L'ancien député Tliba jugé en appel    Droits de l'Homme: Alger condamne la résolution du Parlement européen    Talaie El Hourriyet: «La crise économique est antérieure à la crise sanitaire»    300 médicaments en rupture de stock: Le syndicat des pharmaciens accuse les distributeurs    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Détresse dans les airs    Aïn El Turck: Des bouchers dénoncent la concurrence des revendeurs de viande de l'abattage clandestin    DROIT DE VIVRE ET DE RESPIRER    110 civils tués dans une attaque terroriste au Nigéria    Football - Ligue 1: Des promesses et des imperfections    JSK - Youcef Bouzidi nouvel entraîneur: Retour à la case départ !    Education: Grève aujourd'hui dans les écoles    Décès de 4 personnes à l'intérieur d'une voiture à Skikda: La mort causée par asphyxie au dioxyde de carbone    Tebessa: Ils détournaient l'argent d'une personne décédée    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    La France face à ses contradictions    Le Dinar poursuit sa dégringolade    Schalke : Bentaleb indiscipliné à cause de ses origines selon un ex international allemand    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Plus de peur que de mal pour Aribi    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants adaptent leurs slogans
39e acte de mobilisation hier à Alger
Publié dans Liberté le 20 - 11 - 2019

Les manifestants ont repris à l'unisson, les mots d'ordre du mouvement populaire, tout en appelant à l'annulation du scrutin du 12 décembre.
Les étudiants d'Alger sont revenus encore plus nombreux en ce 39e mardi de mobilisation, qui intervient avec l'entame de la campagne électorale pour la présidentielle. Evidemment, ils n'ont pas raté l'occasion de descendre en flammes les candidats.
Les étudiants ont réussi, hier, à relever le défi d'organiser une marche grandiose. En effet, ils ont massivement marché dans les rues de la capitale, en bravant la pluie et l'imposant dispositif sécuritaire déployé pour la circonstance. Le 39e acte de contestation estudiantine contre le régime politique intervient avec le lancement de la campagne électorale pour la présidentielle. Les manifestants n'ont d'ailleurs pas omis de conspuer les cinq candidats en lice. Pour rallier la place Audin, depuis la place des Martyrs, les universitaires ont emprunté le parcours habituel, en passant par les rues Bab Azzoun, Larbi-Ben M'hidi, l'avenue Mohamed-Khemisti, le boulevard Colonel-Amirouche et la rue Mustapha-Ferroukhi. Organisés en petits carrés et encadrés par leurs tuteurs et des personnes âgées, les jeunes manifestants ont encore démontré qu'ils restent plus que jamais déterminés à faire aboutir leurs revendications. "Nous sommes venus, aujourd'hui, pour réitérer notre refus de la présidentielle du 12 décembre et rappeler que la barre des revendications des millions d'Algériens qui sortent chaque vendredi est toujours placée très haut : ‘Yetnahaw gaâ'. Nous ne ferons aucune concession à ce pouvoir", ont scandé les étudiants, qui ont brandi des écriteaux qui renseignent sur leur résolution à poursuivre pacifiquement le combat jusqu'au départ des derniers locataires du régime de l'îssabat. Les jeunes manifestants ont repris à l'unisson les mots d'ordre du mouvement populaire, tout en appelant à l'annulation du scrutin du 12 décembre : "Il n'y aura jamais de vote cette année", "Nous sommes les enfants d'Amirouche, nous ne ferons jamais marche arrière, nous menons un combat pour les libertés." Puis ils ont crié encore plus
fort : "Ya Ali", allusion à Ali La Pointe, héros de la bataille d'Alger. Parmi les slogans qui ont fait leur entrée hier dans l'album de la mobilisation de la communauté universitaire figurent : "Djaboulna khamsa aârias, habbou ydirou raïs" (On nous a ramené cinq marionnettes pour placer un président). En arrivant à hauteur de la place Emir-Abdelkader, les manifestants répétaient en chœur, face un petit groupe de jeunes favorables à l'élection présidentielle, qui avaient tenté de s'introduire au milieu de la foule pour provoquer les manifestants : "Makanch l'vote, ya s'hab el casse-croûte" (Il n'y aura jamais de vote, adeptes du casse-croûte). Ces refrains et bien d'autres ont bien résonné dans les ruelles adjacentes à la rue Larbi-Ben M'hidi. Un autre cortège d'étudiants a brandi des pancartes qui résument la position des millions d'Algériens par rapport à la prochaine élection présidentielle : "Le 12 décembre, c'est le jour des suicides", "Se taire est une trahison." Poursuivant sous une fine pluie leur marche jusqu'au jardin Mohamed-Khemisti via la place Audin, les étudiants reprennent en chœur d'autres slogans de contestation populaire : "On acquerra notre indépendance." Ils ont clos le
39e acte de la contestation en scandant : "On ne s'arrêtera jamais, il y aura chaque mardi une marche jusqu'au départ de la îssaba."

Hanafi H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.