Ammar Belhimer reçoit Issad Rebrab    Lancement d'une application permettant aux retraités de connaître le jour de virement de leurs pensions    Coronavirus : 585 nouveaux cas, 315 guérisons et 12 décès en Algérie durant les dernières 24h    Tentative d'agression à l'hôpital de Bouira : 2 personnes sous mandat de dépôt et 5 autres sous contrôle judiciaire    Le SG de l'OPEP souligne les efforts de l'Organisation et ses alliés pour la stabilité du marché    Football / Algérie : la FAF approuve la mise en place d'un collège technique national    Ministère de la Communication: renforcer la coopération sur la base du référent religieux national    Au moins 12 morts dans des combats opposant l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Les troupes américaines se retirent de cinq bases    Elyes Fakhfakh présente sa démission    Mahieddine Tahkout condamné à seize ans de prison et tous ses biens confisqués    Entre conditions sanitaires, économiques et raison d'Etat    Reprise samedi prochain    Dites Oui et nous serons heureux !    Installation d'un nouveau chef de Sûreté de wilaya    Le confinement partiel reconduit au 27 juillet en Algérie    Les éleveurs réclament des points de vente des moutons    La double peine !    Le FCE appelle à la refonte du système bancaire    Un portrait à l'effigie de Mohamed El Badji    Carlos Gomes et ces Européens qui ont marqué l'Histoire du football en Algérie    La culture et l'entreprise    Fête de l'indépendance : le Président Tebboune reçoit de nouveaux messages de vœux    M'sila: placement sous mandat dépôt de deux jeunes pour agression sur le personnel de l'EPH Ain El Melh    L'infrangible lien...    Le NAHD saisit le TAS    L'énigme Bouchouareb    Lancement officiel d'un Guide de protection des enfants en ligne    "La décennie 2020 sera celle de l'automobile"    Sahara occidental : le MRAP appelle l'ONU à porter une attention particulière aux violations systématiques du Maroc    Tout savoir sur les promotions de Peugeot    La tension monte entre Washington et Pékin sur Hong Kong    Les bénéficiaires reviennent à la charge    3 personnes décédées par asphyxie    Les guichets itinérants rétablis    Les habitants soulagés    Ouyahia, Sellal, Benyounès et Yousfi hospitalisés    La fille des Aurès    La femme qui embrasse les pieds de son homme !    "L'écriture se vit comme un rêve"    L'œuvre de Frantz Fanon à l'honneur à Avignon    Débat sur la Réforme constitutionnelle 2020    On vous le dit    La candidature de la Tunisie confirmée    MC Oran: Sonatrach entretient l'espoir    Skikda: Le P-DG du port, 28 fonctionnaires et 4 opérateurs économiques sous contrôle judiciaire    Comment écoper la mer avec une cuillère à café ?    Tebboune demande l'élaboration d'une loi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'amour et l'humanisme pour effacer l'horreur de la guerre
"À ne pas ouvrir", de Hocine Toumi
Publié dans Liberté le 23 - 11 - 2019

L'injonction À ne pas ouvrir, qui obstrue de toutes ses lettres le trou de serrure d'une porte, n'est pas cette ligne rouge ni l'oukase de la Barbe bleue (1697), ce conte de Charles Perrault (1628-1703) qui a terrifié tant d'enfants. Et bien que l'image de couverture du livre soit aux antipodes de ce qu'il est attendu à la lecture de l'intitulé, l'édit prohibitif À ne pas ouvrir n'est pas du tout une consigne mais plutôt le vœu testamentaire d'un père à sa fille Nadège ou, de préférence, l'aveu d'un beau-père à son futur gendre Saloman, né dans l'horreur d'un bombardement et confié aux bonnes âmes d'un couvent, a-t-on su de Hocine Toumi, ce docteur en sciences de l'information et de la communication qui a été l'invité de l'espace "Les mercredis du verbe" du 20 novembre pour disserter autour de son livre À ne pas ouvrir (éd. El-Fairouz 2019). D'emblée, l'auteur d'Awal s wawal (éd. Le savoir 2008) s'est investi dans l'analyse du réel ou c'est quoi le réel ? Qu'il s'est ingénié à repérer dans le précis de l'étymologie mais aussi dans l'écrit.
Alors et pour témoigner de la réalité, l'orateur a emprunté à Louis Aragon (1897-1982) la citation : "Pas plus que le roman ne peut se borner à la fiction, il ne peut se passer d'elle." C'est dire qu'il n'y a pas loin du cas réel vers l'illusoire du récit qui est embelli toutefois à l'encre de la romance, a déclaré l'auteur du roman Le revenant (éd. Le savoir 2002).
Au demeurant, la parure du fictionnel humanise au mieux la laideur de la réalité. Et à ce propos, l'évidence aussi disgracieuse qu'elle soit et la fiction toute attrayante qu'elle est doivent rouler sur le même essieu pour guider le lecteur vers l'univers de l'évasion et du songe, a ajouté l'auteur du roman en arabe Ni envol ni atterrissage (éd. Le savoir 2007). D'où qu'il est requis d'adoucir l'encre de la réalité, à l'aide d'un zeste de création de l'esprit pour cueillir au bout de sa plume l'élixir du rêve. Et puisqu'on est dans la songerie et son corollaire de l'extase, Hocine Toumi y impulse à sa plume l'allure de l'irréel d'où il cueille d'autres noms de lieux tout autant fictionnels, à l'instar de la contrée neigeuse de "Moutonie", du pays "De La Jarre" qui est doté d'un Sahara, et le territoire de Chapeauconie. "Donc, c'est à la lecture de la trame et de la procession d'événements tout récents que le lecteur décélera l'intitulé exact de ces pays qui ne lui sont pas étrangers", a conclu le tribun. Autre escale à laquelle nous convie l'auteur et où tout bascule, la soupente de la veuve Anne et son vide-grenier d'où est tombée la fameuse lettre de son défunt mari Paul où il est écrit : "SVP à ne pas ouvrir avant ma mort…" Mais on n'en dira pas plus si ce n'est de se référer à la citation de Gaëtan Faucer qui a écrit : "La réalité n'est jamais qu'une fiction exacerbée", et où le lecteur esquissera la fin qu'il voudrait selon son imaginaire.

Nourreddine Louhal
"À ne pas ouvrir" de Hocine Toumi, éditions El-Fairouz, 2019, 129 pages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.