Man City s'empare de la tête du championnat. Mahrez entré en jeu en deuxième période    Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Boulaya a pris une décision importante pour son avenir    La gamme Dacia étoffée    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    Nouveau statut pour le Cnes    Otretien, nouvelle application pour les Algériens    Véritable moelleux au chocolat    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Près de 140 morts en trois jours    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Peugeot Algérie et IRIS signent un partenariat    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Le marché du travail touché de plein fouet par la crise : Les offres d'emploi ont baissé de 30% en 2020    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    Retrait de confiance au maire de Belouizdad    Université de Constantine 1 : Des postulants au concours de doctorat en colère    40 décès et 103 blessés sur les routes en 2020    Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?    Des contraintes entravent le parachèvement du dernier tronçon    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le P-dg de Sonelgaz: «Toutes les créances impayées seront récupérées»    Métro d'Alger: Aucune date n'a été fixée pour la reprise de service    La future loi, le sexe et l'âge    Un avant-projet en question    Recouvrement des taxes: Les délégations communales sommées de s'impliquer davantage    Tébessa: Sit-in des habitants de «Mizab 2» devant la wilaya    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelawahab Boumaza présente ses œuvres au public
Espace culturel Menia de Jijel
Publié dans Liberté le 09 - 12 - 2019

L'écrivain et nouvelliste Abdelwahab Boumaza, ancien rédacteur en chef du bureau régional d'El Watan à Constantine, était, samedi, l'invité de l'espace culturel Menia, à Jijel, pour présenter ses œuvres littéraires au public. Accompagné de Farida Hamadou, ancienne journaliste dans le même quotidien, qui s'essaye à l'écriture depuis quelque temps, a modéré cette rencontre inscrite autour du dernier ouvrage de son accompagnateur Les corps en puent.
Suite à la présentation du livre, le couple a animé un débat avec l'assistance de ce café littéraire. Dans son intervention, Abdelawahb Boumaza a surtout fait une critique au manque de considération à la nouvelle en Algérie. "Et pourtant", a-t-il martelé, "elle nous permet d'oublier un quotidien souvent fait de mauvaises nouvelles".
Sur son œuvre Le mariage du loup, un conte pour enfants, il a indiqué que cette histoire l'a marquée durant son enfance. "J'ai été tellement marqué que j'ai pris sur moi de l'écrire aux enfants, j'aime ce conte", lâchera-t-il. D'ailleurs, il n'a pas manqué d'étayer ses dires par une anecdote qu'il a tenu à raconter pour déplorer ce manque de considération au texte littéraire en Algérie.
"En 2015, je me suis présenté à un organisme culturel à Guelma pour la présentation de ce livre, une femme qui m'avait reçu m'a demandé de laisser mon numéro de teléphone pour qu'on m'appelle plus tard, et à ce jour, on ne m'a jamais contacté !", a-t-il confié sur un ton humoristique. La même œuvre a pourtant eu tout un intérêt à Paris, puisqu'elle a été adaptée au théâtre.
Et de déplorer à ce propos que "notre société est en panne, l'Algérie est devenue comique !". Retraité aujourd'hui, Abdelawahab Boumaza est revenu brièvement sur son parcours journalistique en confiant qu'à son époque "on a fait du journalisme d'enfants de bonnes familles (ouled familia)", déplorant au passage "un journalisme de banditisme où l'argent prime sur l'information".
Cet écrivain est l'auteur de plusieurs ouvrages, publiés dès le début des années 2000, alors qu'il était encore journaliste à El Watan. Beaucoup de ses nouvelles ont d'ailleurs été publiées dans ce journal. On peut citer : Le mariage du loup, Had Ezzine et autres contes, Au pied du mur et enfin Les corps en puent.

Amor Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.