Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dialogue : Soufiane Djilali pose des préalables
Il a écarté toute implication de Jil Jadid dans le futur Exécutif
Publié dans Liberté le 18 - 12 - 2019

"Le pouvoir devra accepter des changements fondamentaux allant dans le sens de la demande populaire. Il n'a plus le choix car le chaos guette le pays", a estimé le président de Jil Jadid.
Le président de Jil Jadid, Soufiane Djilali, n'est pas contre le principe du dialogue avec le pouvoir, maintenant que ce dernier "a un interlocuteur civil". C'est ce qu'il a déclaré, hier, lors d'une conférence de presse qu'il a animée à Alger, en mettant l'accent sur des préalables, comme "la libération des détenus, l'ouverture des champs politique et médiatique", et ce, "avant l'entame d'un dialogue inclusif, sincère et sérieux pour formaliser dans un accord global la volonté populaire". "Le pouvoir devra convaincre les Algériens en faisant des concessions significatives pour ressouder le pays dont l'unité a été mise en danger par ses pratiques", a résumé le chef de Jil Jadid, qui part du principe qu'on ne peut s'opposer à un dialogue quelconque, surtout lorsqu'on n'est pas tenu de suivre ses conclusions. Pour Jil Jadid, la situation est complexe, d'où son choix d'"interagir avec responsabilité avec le président de la République". Il a rappelé certaines positions de son parti, notamment son opposition à la tenue de la présidentielle, mais écarte "tout entêtement" à tout refuser, car "l'élection donne, certes, une marge de manœuvre plus importante au pouvoir", mais "elle ne constitue en rien un échec pour le hirak". Jil Jadid conçoit, ainsi, le dialogue comme un engagement de part et d'autre sur des principes plusieurs fois réitérés par la rue, à savoir l'amorce d'une dynamique de changement en profondeur des hommes du système et des pratiques, le respect des règles démocratiques... Il a expliqué qu'Abdelmadjid Tebboune a donné les grandes lignes de son projet, comme la révision de la Constitution, des élections législatives anticipées… Partant de cette esquisse, Soufiane Djilali considère que le dialogue avec le nouveau président doit être perçu comme "une transition" qui aboutira à la satisfaction des revendications de la rue. "Le pouvoir devra donc accepter des changements fondamentaux allant dans le sens de la demande populaire. Il n'a plus le choix car le chaos guette le pays", a-t-il estimé. "Nous avons toujours défendu le principe du dialogue. Cependant, nous n'accepterons pas de subterfuges ni de fausses solutions. Il s'agira d'obtenir de vraies avancées pour le pays, et en aucun cas une négociation sur un quelconque partage de responsabilités. C'est le sens profond de notre position de principe qui est : aider le pouvoir à s'en aller et non pas à mieux rester", a dit M. Djilali. Outre la "faiblesse" du pouvoir devant la dynamique citoyenne de la rue, il considère qu'avec l'ouverture du champ politique et médiatique, la société pourra "s'organiser en toute liberté" et accéder le moment voulu à la gestion des affaires. "Il s'agira de changer très largement le personnel politique et exécutif, d'une part, et de faire évoluer significativement l'organisation de l'Etat et des règles de son fonctionnement, d'autre part", a souligné M. Djilali, précisant que les politiques ont la responsabilité de traduire les aspirations de la rue dans un projet de société.
Il a exclu, au passage, "les imposteurs" que des médias, notamment des télévisions, "veulent imposer comme interface du hirak". Interrogé sur les possibilités qui s'offrent actuellement à la rue, M. Djilali a estimé qu'"aujourd'hui, le hirak a trois issues possibles, à savoir le refus catégorique et radical à tout dialogue, débouchant alors sur la désobéissance civile et la sédition ; l'abandon du terrain politique et le retour à la situation antérieure au 22 février, ou enfin la transformation de la conscience du hirak en action politique organisée".

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.