Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'après-occupation israélienne
Gaza
Publié dans Liberté le 23 - 08 - 2005

Israël évacue sa dernière colonie à Gaza que les Palestiniens comptent reconstruire. Sharon doit s'occuper maintenant de ses colons de Cisjordanie, de loin moins belliqueux que ceux de Gaza.
Sharon est satisfait. Le retrait de Gaza est sur le point d'être achevé et celui de la Cisjordanie a commencé avec moins d'appréhension pour lui, les colons dans le nord de cette région étant moins belliqueux, même s'il s'attend à un bras de fer avec des ultras juifs retranchés dans deux des quatre implantations promises au démantèlement. Netzarim, une minuscule implantation jouxtant la ville de Gaza, devait être évacuée hier, sans incidents. Les familles de colons de Netzarim sont convenues de quitter de leur plein gré leurs maisons et de participer à une prière collective dans leur synagogue avant leur départ.
Les anti-retrait, qui ont échoué, s'occupent de leurs nouvelles installations prenant à partie les juifs laïcs qu'ils accusent de traîtres et avec lesquels ils refusent de cohabiter. Sur les murs des maisons qu'ils ont quittées des graffitis menacent Sharon, tel “tu rejoindras bientôt Lili”, la défunte épouse d'Ariel Sharon, et “Yigal Amir, où es-tu ?”, en référence au meurtrier du Premier ministre Yitzhak Rabin, en novembre 1995. Après le départ des colons de Netzarim, Gaza doit être confiée à l'armée israélienne. Celle-ci devra déménager les biens laissés par les colons, superviser la destruction de leurs maisons et coordonner les efforts en vue du transfert de la région au contrôle de l'Autorité palestinienne. Les équipes de destruction sont à pied d'œuvre dans les implantations de Ganei Tal, Peat Sade, Morag, Rafah Yam et Slav où des rouleaux compresseurs et des pelleteuses aplanissaient les terrains, alors que la question des gravats n'est pas encore résolue. Les Palestiniens souhaitant les voir transposés en Israël tandis que Sharon veut les convaincre qu'ils pourront les utiliser pour reconstruire Gaza. Les Palestiniens ont des projets pour l'après-occupation israélienne : construire des logements, des écoles et des centres de santé, bâtir des hôtels sur la plage et reconstruire l'aéroport. Les Etats-Unis et l'UE ont promis de mettre la main à la poche.
Bush a annoncé une première enveloppe d'une centaine de millions de dollars. Hier, le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a annoncé que 3 000 maisons seraient construites là où se situait Morag, dans le sud de Gaza. Il a également annoncé qu'un complexe portuaire serait construit à la place de Netzarim. Les Palestiniens, impatients de pouvoir enfin fouler une terre dont ils ont été privés pendant les 38 ans d'occupation israélienne, se déchirent pour donner des noms aux localités abandonnées par Israël.
Certains islamistes de Hamas envisagent de baptiser Netzarim ou Kfar Darom, Cheikh Yassine, du nom de son leader spirituel assassiné par l'armée israélienne en mars 2004. Neve Dekalim deviendra Arafat City, Morag s'appellera la Terre de la victoire et les autres ex-implantations prendront le nom de martyrs. Des Palestiniens pensent donner des noms de pays qui les aideront financièrement. Le roi Abdallah de Jordanie est invité à délier sa bourde pour une ville qui portera son nom. Cheikh Khalifa ben Zayed Al Nahyan des émirats arabes unis a reçu une invitation identique, lui qui a promis 100 millions de dollars pour reconstruire une ville de 30 000 Palestiniens. Les habitants de Ganim et Kadim, deux des quatre colonies enclavées dans le nord de la Cisjordanie et promises au démantèlement, ont déjà quitté de leur plein gré leurs logements.
Plusieurs milliers de soldats et policiers israéliens se positionnaient hier autour des colonies de Sanour et Homesh afin de les évacuer par la contrainte.
Les forces de sécurité palestiniennes ont de leur côté érigé sept barrages routiers dans le nord de la Cisjordanie pour prévenir toute attaque palestinienne contre les quatre colonies juives appelées à être démantelées dans ce secteur.
D. Bouatta


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.