Man City : Sterling aurait également pris sa décision    Gouvernement-walis: un cadre de concertation pour améliorer la gestion des collectivités locales    Appel à consacrer davantage d'études historiques au parcours du cheikh Larbi Tébessi    Un fichier du produit national fin prêt dans six mois    Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire    Gouvernement-Walis: concrétiser la nouvelle feuille de route pour la relance de l'investissement et le développement local    Slimani dans l'équipe type de France Football    Appel à l'ouverture d'un dialogue entre syndicats et ministère de l'Education nationale    L'Algérie s'emploie "activement" à trouver une solution à la crise libyenne    LOGEMENT : Vers l'unification du Fichier national    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers la création prochaine de 7 pôles d'excellence    AIR ALGERIE : Grève sans préavis du personnel naviguant    CORONAVIRUS : Les Algériens rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    BECHAR : Saisie de plus de 2708 comprimés de psychotropes    BATNA : Deux éléments de soutien aux terroristes appréhendés    Karim Younes: un Médiateur de la République pour veiller au respect des droits des citoyens    Enquête : après Anis, son épouse    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Nouveaux tirs de roquettes près de l'ambassade américaine à Bagdad    Les discussions entre Doha et Riyadh «suspendues»    Le club des magistrats algériens rend hommage au peuple    D'importantes décisions attendues    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    À tout jamais…    Mahour Bacha précise    Le derby de toutes les souffrances !    Foncier économique : nécessité d'un cadre juridique global pour l'octroi des assiettes    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Les 2 300 recalés obtiennent gain de cause    Alors que les affaires de contrebande connaissent une légère baisse, les crimes et délits en hausse    Les résidents dénoncent un promoteur immobilier    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    31 civils tués par la coalition saoudienne au Yémen    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    Brèves    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Large vague d'indignation
Après leS propos de Soufiane Djilali sur les détenus
Publié dans Liberté le 18 - 01 - 2020

Invité, mardi 14 janvier, par le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, Soufiane Djilali, président de Jil Jadid, subit depuis des attaques de part et d'autre. La raison : sa déclaration sur les détenus d'opinion, un sujet qu'il a abordé avec M. Tebboune lors de leur entrevue. Même si Soufiane Djilali a rendu public le contenu de ses pourparlers avec le chef de l'Etat, il n'en demeure pas moins que sa sortie sur les détenus d'opinion a suscité et suscite toujours la polémique.
Le chef de Jil Jadid a déclaré que le chef de l'Etat l'a rassuré et qu'il ne pouvait, en aucun cas, "interférer dans le processus judiciaire" enclenché. Hormis ce qui s'apparente à une assurance quant à la libération des détenus, Soufiane Djilali a laissé échapper un propos qui a provoqué une vague d'indignation parmi l'opinion publique.
En effet, il a soutenu, lors de son passage sur Radio M, qu'il revient, désormais, "aux détenus de démontrer qu'ils sont victimes et qu'ils n'ont commis aucun délit". D'aucuns assimilent cette déclaration à un déni de la présomption d'innocence et accusent le chef de Jil Jadid de faire dans "la surenchère au profit du pouvoir", en "justifiant les arrestations des hirakistes".
"C'est à la justice de prouver la culpabilité des détenus et non à ces derniers d'apporter les preuves de leur innocence", ont réagi la plupart des internautes et des manifestants. Contacté par Liberté, Soufiane Djilali a tenu à apporter des précisions quant à ce qu'il a appelé "une mauvaise compréhension" de ses déclarations.
"Il y a une réaction incompréhensible", a-t-il dit, estimant qu'il y a une réaction "violente" et que celle-ci est "montée de toutes pièces" pour transformer "de manière odieuse mes propos". Soufiane Djilali a expliqué que concernant l'innocence ou la culpabilité des détenus que sa déclaration concerne plutôt des charges, autres que celles relevant de l'opinion.
"S'il s'avère que des charges autres que celles relevant d'opinion sont retenues contre un ou plusieurs détenus, c'est au tribunal que les choses seront connues", a dit Soufiane Djilali. Sur un autre volet, le chef de Jil Jadid regrette que cette campagne qui le vise soit menée "par des cercles connus" pour "leur proximité douteuse avec le pouvoir". "Tous mes contacts avec les représentants du pouvoir sont publics", a-t-il dit, accusant certains de mener "des négociations obscures".

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.