OL : Rudi Garcia calme le jeu pour Benzema    Programmes AADL en difficulté à l'Est : Les VRD traînent et les raccordements en attente à Guelma    Alejandro Gomez n'est plus un joueur de Bergame    Milan AC : Ibrahimovic a présenté ses excuses    Cafouillage paralysant    L'automobile tente une "reprise" sur une pente raide    Intouchable Bouteflika jusqu'à quand?    L'ambassadrice de Turquie rend visite au Soir d'Algérie    L'acte d'accusation de Trump déposé au Sénat    L'engagement de Rolls-Royce    Les ambitions ailées de General Motors    Rappel et excuses de Mercedes    La justice turque émet 90 mandats d'arrêt    Confrontations entre agriculteurs et policiers    Le RND émet quelques réserves    Le ministre des Moudjahidine hospitalisé en Espagne    La directrice des médias limogée    La coupe de la Ligue remplace la coupe d'Algérie    Première défaite du MCA et du MCO    Belmadi inspecte le stade Mustapha-Tchaker de Blida    Le mystère des actionnaires    Le juge menace de "quitter son corps"    24 heures antigonflette : chaque boisson a ses qualités    Les croissants    Racines grasses et tiges sèches, deux fois plus d'entretien !    À TRAVERS    Axxam nnegh diffusée sur la chaîne YouTube du TNA    Hafila Tassir doublement primée    Le projet présenté demain à Agouni Gueghrane    Décès du moudjahid Mohamed Guentari    Lecteur d'Apulée de Madaure    Autoroutes à étages et relance du système de régulation du trafic : Des projets réalisables ou simple effet d'annonce    Mouloudia d'Alger : El Mouaden libéré, Ibara en stand-by    Budget des communes à Bouira : La moitié des PCD pour les zones d'ombre    Sidi Naâmane : Une maison historique menace ruine    Mort d'un Algérien en Belgique: Les curieux dérapages de la presse belge    Djerad somme les Douanes à faire plus contre la corruption    LE BOUT DU FIL    Selon une étude menée par Sonelgaz- Covid-19 : le tabagisme, un important facteur de risque    La clé de tous les soucis    Appel à la levée des sanctions économiques contre la Syrie    "Les Douanes doivent contribuer à la lutte contre la corruption"    "On voit le bateau couler et on ne fait rien"    L'Etat attaché à la moralisation de l'action politique    "Une dérobade historiquement indigne"    Charfi répond aux «petits» partis    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Large vague d'indignation
Après leS propos de Soufiane Djilali sur les détenus
Publié dans Liberté le 18 - 01 - 2020

Invité, mardi 14 janvier, par le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, Soufiane Djilali, président de Jil Jadid, subit depuis des attaques de part et d'autre. La raison : sa déclaration sur les détenus d'opinion, un sujet qu'il a abordé avec M. Tebboune lors de leur entrevue. Même si Soufiane Djilali a rendu public le contenu de ses pourparlers avec le chef de l'Etat, il n'en demeure pas moins que sa sortie sur les détenus d'opinion a suscité et suscite toujours la polémique.
Le chef de Jil Jadid a déclaré que le chef de l'Etat l'a rassuré et qu'il ne pouvait, en aucun cas, "interférer dans le processus judiciaire" enclenché. Hormis ce qui s'apparente à une assurance quant à la libération des détenus, Soufiane Djilali a laissé échapper un propos qui a provoqué une vague d'indignation parmi l'opinion publique.
En effet, il a soutenu, lors de son passage sur Radio M, qu'il revient, désormais, "aux détenus de démontrer qu'ils sont victimes et qu'ils n'ont commis aucun délit". D'aucuns assimilent cette déclaration à un déni de la présomption d'innocence et accusent le chef de Jil Jadid de faire dans "la surenchère au profit du pouvoir", en "justifiant les arrestations des hirakistes".
"C'est à la justice de prouver la culpabilité des détenus et non à ces derniers d'apporter les preuves de leur innocence", ont réagi la plupart des internautes et des manifestants. Contacté par Liberté, Soufiane Djilali a tenu à apporter des précisions quant à ce qu'il a appelé "une mauvaise compréhension" de ses déclarations.
"Il y a une réaction incompréhensible", a-t-il dit, estimant qu'il y a une réaction "violente" et que celle-ci est "montée de toutes pièces" pour transformer "de manière odieuse mes propos". Soufiane Djilali a expliqué que concernant l'innocence ou la culpabilité des détenus que sa déclaration concerne plutôt des charges, autres que celles relevant de l'opinion.
"S'il s'avère que des charges autres que celles relevant d'opinion sont retenues contre un ou plusieurs détenus, c'est au tribunal que les choses seront connues", a dit Soufiane Djilali. Sur un autre volet, le chef de Jil Jadid regrette que cette campagne qui le vise soit menée "par des cercles connus" pour "leur proximité douteuse avec le pouvoir". "Tous mes contacts avec les représentants du pouvoir sont publics", a-t-il dit, accusant certains de mener "des négociations obscures".

Mohamed Mouloudj


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.