Le Président Tebboune et l'Emir du Qatar se félicitent de l'évolution des relations bilatérales    Manchester City vise un latéral argentin    Logement: Nasri ordonne l'accélération de la cadence de réalisation des projets en cours    ATTEINTE AUX SYMBOLES DE LA REVOLUTION : Appel à l'application des lois de la République    Noureddine Khaldi, nouveau directeur général des Douanes    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : L'université algérienne dotée d'un statut particulier    Constitution: le Comité d'experts achèvera sa mission vers le 15 mars prochain    FAUTE DE TRANSPORT DES ELEVES SCOLARISES : Le programme de vaccination risque l'échec à Mostaganem    SIDI BEL ABBES : 29.000 demandes de logements à la daïra    LES HABITANTS RENCONTRENT LES REPRESENTANTS DU WALI D'ORAN : Tafraoui classée commune à risque    Liverpool à quatre matchs d'un sacre en Angleterre    Le Coronavirus poursuit sa propagation faisant des victimes et des dégâts collatéraux    Accidents de la route: 30 morts et 1.270 blessés en une semaine    "Halte aux pratiques liberticides !"    La mobilisation se poursuit à Montréal    Le Chabab alterne le bon et le moins bon    Attention, le Mouloudia arrive !    «2020 sera l'année de l'amélioration du service public»    L'extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis à l'étude    Israël vise le Jihad islamique palestinien à Gaza et en Syrie    Le vote de confiance reporté à jeudi    Etat d'alerte sanitaire en Tunisie    Ouadjaout passera-t-il aux sanctions ?    Sit-in des corps communs de l'éducation nationale devant la wilaya    ACTUCULT    L'infrangible lien…    Parution en France d'"Algérie décennie 2010-2020 : aux origines du mouvement populaire du 22 février"    Amnesty International projette un film sur le hirak    Le café littéraire évoque l'épopée historique de l'Emir Abdelkader    Carnaval : «Laissez Alost être Alost», répond le maire aux accusations d'antisémitisme    Il aura lieu au tribunal de Sidi M'hamed : Le procès de Karim Tabbou programmé pour le 4 mars    Procès des détenus du mouvement populaire : L'autre tribune des «hirakistes»    Le FMI prêt à apporter «l'assistance technique et des conseils de politiques économiques»    La femme dans le mouvement populaire : Le nouveau souffle du féminisme en Algérie    Transition énergétique: objectif 16 000 mégawatts d'énergies renouvelables à l'horizon 2035    Encore une transgression de la loi    Championnats les plus fair-play : L'Algérie 54e mondial    Coupe arabe (U20) : L'Algérie qualifiée aux quarts de finale    «Camus a vécu à Alger la moitié de sa courte vie»    Dérives islamistes en France : «Séparatisme», le nouveau nom du communautarisme    Objectif : La relance du cinéma algérien    Plan d'action du gouvernement: Impérative amélioration du pouvoir d'achat    Pour dénoncer la mainmise des organisations «estudiantines»: Sit-in aujourd'hui des enseignants de l'institut de maintenance de l'université Oran 2    Ligue des champions d'Europe: Attractions à Madrid et Naples    Respectivement ex-directeur du protocole de Bouteflika et patron de Safina: Reguieg et Metidji incarcérés    Conseil des ministres: Un observatoire de prévention contre la discrimination et le discours de haine    Baisse significative de la participation aux législatives    Mercedes-Benz dévoile son programme pour Genève    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les autorités irakiennes poussent à l'escalade
Trois manifestants tués dans de nouveaux heurts à Bagdad
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2020

La représentante de l'ONU en Irak, Jeanine Hennis-Plasschaert, a affirmé que l'absence de réponse aux demandes des manifestants ne ferait qu'alimenter "la colère et la méfiance".
Au lieu de répondre par des mesures d'apaisement, les autorités irakiennes ont choisi la répression meurtrière contre le mouvement de contestation, qui boucle la semaine prochaine quatre mois de mobilisation citoyenne inédite contre le régime, rejeté et accusé de corruption et d'incompétence. Un manifestant a été tué encore hier à Bagdad, après avoir reçu un tir de gaz lacrymogène, dans la rue Mohammad al-Qassem, dans l'est de la capitale.
La veille, au moins trois autres manifestants ont été tués par balles réelles, toujours dans la capitale, après l'intervention violente des forces antiémeute contre la foule, rassemblée en grand nombre pour réclamer le départ de toutes les figures du régime. Au moins cinquante manifestants ont été par ailleurs blessés, certains grièvement, selon les médias irakiens. Ces événements, qui font craindre un basculement de la contestation dans une violence généralisée, interviennent, rappelle-t-on, après l'expiration, dimanche au soir, du délai fixé aux dirigeants du pays par la rue afin de répondre aux revendications des contestataires.
Le régime acculé a choisi le pourrissement. Hier encore, les forces de l'ordre ont fait usage d'une extrême violence contre les protestataires à Kerbala, dans le sud du pays, où une dizaine de blessés ont été dénombrés, après que la police antiémeute a tiré à balles réelles sur les manifestants.
D'autre part, selon des témoins cités par des médias locaux, des hommes en civil, armés, et des milices ont refait leur apparition au milieu de la foule dans la capitale pour intimider vainement les manifestants.
À Bassora ou à Nassiriya, dans le sud du pays, les protestataires ont bloqué hier les principaux axes routiers de la ville avec des barricades. Les manifestants ont réclamé, outre l'appel à des élections, une réforme de la loi électorale, la désignation d'un Premier ministre indépendant, la fin de la corruption, et exigent la fin du système politique de répartition des postes en fonction des ethnies et des confessions.
Les protestataires ont appelé également à ce que cesse l'ingérence du voisin iranien. "Toutes les mesures prises jusqu'à présent pour répondre aux inquiétudes de la population resteront dérisoires si elles ne sont pas mises en œuvre", a averti la représentante de l'ONU en Irak, Jeanine Hennis-Plasschaert, dans un communiqué. Depuis octobre, 460 personnes ont perdu la vie dans les violences liées le plus souvent à la répression des manifestations et 25 000 ont été blessées, selon des ONG, alors qu'un centre de documentation irakien de crime de guerre a révélé la semaine dernière que le nombre de manifestants tués avoisine les 670.



Karim Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.