Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bordj Bou-Arréridj : 2 mois de prison ferme pour Laâlami
Il a purgé sa peine mais reste en détention pour une autre affaire
Publié dans Liberté le 17 - 02 - 2020

Poursuivis pour "entrave à la tenue du scrutin présidentiel du 12 décembre dernier, attroupement non autorisé, incitation à attroupement non armé, entrave au travail de la commission des élections et possession de drogue à usage personnel", 4 hirakistes, dont Brahim Laâlami, ont été condamnés à 2 mois de prison ferme et 7 autres ont été acquittés, hier, par le tribunal de Zemoura, wilaya de Bordj Bou-Arréridj.
Le juge a rendu son verdict dans la matinée d'hier, prononçant deux mois de prison ferme à l'encontre de quatre hirakistes dont Brahim Laâlami pour attroupement et la relaxe pour tous les autres accusés.
Me Mounir Gherbi, membre du collectif d'avocats chargé d'assurer bénévolement la défense des mis en cause, a rappelé que ces derniers avaient été interpellés le 19 novembre 2019 lors d'une manifestation à Djaâfra, dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, contre l'élection présidentielle du 12 décembre.
Ils ont donc purgé la peine de deux mois et vont retrouver la liberté, à l'exception de Brahim Laâlami qui, lui, est poursuivi dans d'autres affaires. "Brahim Laâlami ne pourra pas sortir car il est poursuivi dans une autre affaire qui est en instruction par le magistrat instructeur du tribunal de Bordj Bou-Arréridj", a tenu à expliquer son avocat qui ajoute que le collectif des avocats va déposer un recours.
"Tous les dossiers de Brahim Laâlami, qui était le premier à sortir dans la rue contre le régime Bouteflika, le 13 février 2019, sont politiques et non pas juridiques", tient à préciser Me Mounir Gherbi qui espère voir cesser "l'acharnement" contre cet activiste. "Une demande de liberté provisoire sera déposée, dès mardi (demain : ndlr)", a fait savoir son avocat.
Le procureur de la République près le tribunal correctionnel de Zemoura avait requis, la semaine passée, une peine de 8 ans de prison ferme à l'encontre de Brahim Laâlami, 2 ans de prison ferme pour 3 hirakistes et 1 an ferme pour les autres prévenus.

Chabane BOUARISSA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.