OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MOYENS DE PROTECTION CONTRE LE CORONAVIRUS : Arrivage à Alger de la première commande de 8,5 millions de masques    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Alger: les Autorisations exceptionnelles prorogées suite au rallongement des horaires de confinement    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Les journées internationales reportées à fin mai    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Les DAB ne fonctionnent pas tous à Alger    4 hirakistes relaxés    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    Trois banques publiques fin prêtes    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Opérations coup de poing, une cinquantaine d'arrestations    RENAISSANCE HUMAINE    Le Dr Lyes Merabet met en cause le "non-respect" du confinement    Les feuilles de l'automne    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    L'infrangible lien…    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments
L'événement se déroule à la Galerie Ifru-Design
Publié dans Liberté le 19 - 02 - 2020

L'art anatomique de Mouni Benkhodja n'est ni l'ébauche dite corporelle ni l'acte d'enjoliver l'enveloppe charnelle à l'aide du "body painting", où la frise décorative du tatouage et le piercing s'ajoutent à d'hallucinantes photos qui meublent les pages people. Alors, et pour s'éloigner de ce qui enlaidit le corps, l'artiste peintre Mouni Benkhodja s'interdit l'entaille, mais aussi l'incision dans le tissu charnel. En revanche, l'artiste a le chic pour décrire et modéliser le corps qu'elle offre dans toute sa somptuosité au regard qui s'abstient du voyeurisme.
Et, à y voir l'"expo" dite "Corpo", que Mouni Benkhodja dédie à la femme qu'est la féconde source de l'esthétique, l'artiste y mêle aussi "Lei" ou (lui) l'homme. Sage dans son approche, l'artiste peintre fusionne la galanterie de "Amore a prima vista" (Amour à première vue) de l'homme à l'élégance de la femme, pour qu'elle ne soit pas dans les rets de "La Solitudine" (solitude). Mieux, l'art de Mouni Benkhodja est un diaporama de toiles où l'on voit d'anonymes créatures auxquelles la féminité a l'air d'être dévoilée sans qu'elles révèlent une once de leur féminité derrière le haïk de la pudeur.
Néanmoins, il y a l'éloquence de leurs frimousses, où il est aisé d'identifier l'écho d'une parole muette ou, à défaut, l'assourdissante lueur d'un regard. En ce sens, c'est l'intelligente harmonie qu'il y a à extraire du corps, et Mouni Benkhodja le fait d'expressif talent. Et d'un germe à l'autre, cet enfant de Yemma Gouraya (Béjaïa) semble évoquer la coquetterie à l'aide des fragments des Femmes d'Alger dans leur appartement (1833) d'Eugène Delacroix (1798-1863). Autant d'échantillons qu'elle est allée cueillir en l'an 2011 à la cité de "La Louve" de la Rome éternelle (Italie), ce pays de la "Renaissance" qui a rayonné sur l'Europe, a-t-on su de Mouni Benkhodja.
Et de la ville de Romulus et Remus, cet élève issu de l'école de l'autodidactie est allé ensuite en 2013 à Bologne "La Savante", eu égard à son université célèbre qui date de l'an savant de 1088. Certes que le choix de l'Italie n'est pas fortuit, puisqu'elle a dressé son chevalet à l'atelier de dessin et de peinture du professeur Davide Peretti Poggi, a déclaré notre interlocutrice, qui nous a fait faire le tour de sa douzaine de toiles, qu'elle expose jusqu'à aujourd'hui à la galerie Ifru-Design (Télemly).
Autant de toiles qu'elle a peintes lors de son séjour d'apprentissage dans l'atelier de l'artiste plasticien et auteur de l'Emergé et Submergé, qui n'est autre que le fils de son père, l'artiste peintre Wolfango Peretti Poggi (1926-2017). D'ailleurs, c'est au "Matin" de son enfance qu'elle a repéré le trait de crayon de son papa, caricaturiste de son état. Et au "Midi" d'une tranche de sa vie, Mouni Benkhodja se voue "Per sempre" (pour toujours) à l'adoration du trait de l'esquisse du corps qu'elle croque jusqu'à la "Fine giornata" (fin de journée), croit-on savoir à l'intonation de son talent.
Alors, et pour que vous n'ayez pas de "Rimpianti" (remords), le mieux est d'aller pour quêter "Il riposo" (le repos) qu'il suffit d'effleurer à fleur de la chaire de ses doigts, où il y a le doigté de Mouni Benkhodja.



L. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.