Tribunal de Sidi M'hamed : l'ancien DGSN Hamel condamné à 15 ans de prison ferme    Naftal réaffirme le maintien de l'ouverture des stations-service et la disponibilité du carburant    131 nouveaux cas confirmés et 14 nouveaux décès enregistrés    Lutte contre le COVID-19: la presse chinoise évoque la profondeur des relations algéro-chinoises    Décès du diplomate sahraoui M'hamed Kheddad    Pandémie COVID-19 et devenir du football algérien    Le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle pour 5037 détenus    Il n'y a personne à la barre du navire    L'heure est plus que jamais à la sérénité, à la lucidité, à la mobilisation…..    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    Le gouvernement mobilise les entreprises publiques    RSF : "C'est une atteinte aux droits fondamentaux et une mise en danger"    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    Ce que préconise Touring de Belgique pour les conducteurs    Le jour où Bouteflika a capitulé    L'autre visage des Ultras du MCO    Milan AC : Sans Maldini et Boban, Ibrahimovic veut partir    Le wali de Mascara contrôlé positif    Une trentaine de boulangeries ont fermé leurs portes à Oran    3 corps repêchés à Mostaganem    Les clarifications du P-DG de Cevital    "La Maison indigène" revisitée par Leon Claro    Syrie : Troubles dans une prison des détenus de Daesch    Tchad : Offensive militaire contre Boko Haram    Confit libyen : Une mission militaire de l'UE pour contrôler l'embargo sur les armes    ASO Chlef : Une aide de 3 mds accordée par l'ECDE    L'hommage de l'Olympique de Marseille à Pape Diouf    NOS RIZIERES PLETHORIQUES    Tourisme: Des travailleurs contractuels en appellent à Tebboune    Des commerçants qui ne reculent devant rien    Confinement partiel à Oran: entre soumission et insouciance    Education: Les vacances scolaires prolongées au 19 avril    Jeux méditerranéens 2021: Les JM d'Oran officiellement reportés à 2022    Sous la pandémie couve le nouveau monde    Covid-19 : Rapatriement des Algériens bloqués en Turquie dans deux ou trois jours    Coronavirus: Une aide de 130 millions USD proposée à l'Algérie par la BM et le FMI    Ouverture d'un compte courant postal de solidarité pour les dons    L'Algérie face à un casse-tête    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Lancement des premières journées virtuelles du court métrage    TV-6 de l'EPTV récupère des journalistes de Dzair TV    Une exposition virtuelle en temps de confinement    Covid-19 : un lot de 10.000 livres remis aux résidants des hôtels de confinement    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Targui
15e partie
Publié dans Liberté le 22 - 02 - 2020

Résumé : Toufik entame seul sa petite enquête. Il interrogera des gens et tentera de retrouver une trace de sa famille. En vain. Fatigué, il rentre dans un restaurant pour se reposer et déjeuner. Le tenancier reconnaît en lui un étranger.
Toufik lui jette un regard méfiant, puis s'enhardit à répondre :
- Je suis un touriste. Je viens du Nord. Je fais partie d'un voyage organisé. Pour le moment, je suis en train de découvrir la ville en solitaire.
- Ce n'est pas une bonne idée, jeune homme. Vous auriez mieux fait de rester avec votre groupe. Le guide pourrait vous orienter pour le mieux. Seul, vous risquez de vous égarer. La région est infestée de scorpions. Croyez-vous qu'il est facile de se balader dans une ville comme Tam et se faufiler dans ses labyrinthes qui n'en finissent pas ?
Toufik ébauche un sourire :
- Merci pour votre mise en garde, cher ami. Pour que vous ne me preniez pas pour un étranger, je vous apprends que mon propre père est de la région.
L'homme fronce les sourcils :
- Sans blague ?
- Je n'ai pas du tout envie de blaguer sur le sujet.
De plus en plus intrigué, l'homme le dévisage plus attentivement, essayant de déceler un trait familier, un repère, ou une ressemblance avec les gens de sa ville.
- Votre père est de notre région ? Comment s'appelle-t-il donc ?
- Amar. Amar M.
L'homme se gratte le menton :
- Amar M. N'est-il pas le fils de Si Aïssa ?
- Exact. Mon grand-père s'appelait Aïssa. Vous le connaissez ?
- Et comment ! Aïssa était le patriarche d'une grande famille de la région. La famille M.
- C'est ce qu'on m'a raconté. Mais je n'arrive pas à retrouver sa trace.
L'homme tire une chaise et s'installe en face de lui :
- Je ne vous suis toujours pas, jeune homme. Vous habitez le Nord, vous êtes là en voyage organisé, et vous me dites que votre famille est de la région et…
Il s'interrompt et le dévisage, avant de poursuivre :
- Et vous êtes aussi blond que les épis de blé au soleil !
Toufik ébauche un sourire :
- C'est un peu ça le paradoxe, n'est-ce pas ?
Sans laisser le temps à l'homme de répliquer, il reprend :
- Ma mère est une femme du Nord. Elle est aussi blonde que moi.
- Votre mère est du Nord, et votre père est de Tam ?
Le jeune homme hausse les épaules :
- Cela vous étonne ?
- Un peu. Mais étant donné que je n'ai pas eu le loisir de bien connaître la famille M., je ne pourrai pas me prononcer sur ce mariage qui a dû avoir lieu il y a des décennies. D'ailleurs, votre famille a quitté la région depuis longtemps.
- C'est ce qu'on m'a dit. Mais je ne perds pas l'espoir de retrouver sa trace.
- Vous cherchez après vos origines, c'est ça ?
- Tout à fait.
- Votre père vit toujours à Alger et a coupé les liens avec les siens.
- Non. Vous n'y êtes pas.

(À SUIVRE)
Y. H.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.