EHS EL EULMA : 4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Djerad participe à une réunion de haut niveau sur le financement du développement à l'ère du Covid-19    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Cour de Tipasa: Karim Tabou "a volontairement refusé d'effectuer un appel téléphonique"    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    140 nouveaux cas confirmés et 7 décès enregistrés en Algérie    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Coronavirus: Peurs, défis et remises en question    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    L'infrangible lien…    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les feuilles de l'automne    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime
Dans une pétition lancée hier
Publié dans Liberté le 29 - 03 - 2020

Dans une pétition lancée hier, une soixantaine de signataires ont, en soulignant l'offre de "trêve sanitaire" du hirak, dénoncé la dérive totalitaire du régime. Ils ont, d'abord, rappelé la position responsable du mouvement populaire de suspendre temporairement les marches hebdomadaires à partir du 20 mars 2020, dont l'objectif est d'"unir les forces de la nation pour arrêter la propagation du coronavirus".
Toutefois, les signataires de la pétition ont relevé que "le régime a réagi en intensifiant sa campagne hostile contre le mouvement et ses symboles, notamment en demandant à son bras judiciaire de se conformer aux ordres du téléphone".
Et de citer en exemple la condamnation de Karim Tabbou en son absence suite à un malaise qui a nécessité son transfert urgent à l'infirmerie de la Cour, la campagne d'arrestations qui a été menée à l'encontre des militants du mouvement, tels qu'Ibrahim Daouadji, Slimane Hamitouche, Samir Benlarbi et d'autres, l'appel contre la relaxe prononcée en faveur de Fodil Boumala, le retard dans le jugement du moudjahid Lakhdar Bouregaâ et de Abdelouahab Fersaoui, président de l'association RAJ, et le mandat de dépôt prononcé contre le journaliste Khaled Drareni.
Selon les signataires de la pétition, "tous ces cas soulignent la volonté claire du régime d'exploiter le retrait des Algériens de la rue pour se venger contre des personnalités du mouvement".
Et, ajoutent-ils, "la détermination du régime à faire passer son projet de Constitution, à un moment où l'activité politique, électorale et parlementaire connaît une suspension dans le monde entier en faveur de la mise en œuvre des mesures sanitaires, est une preuve supplémentaire de la détermination de l'autorité à poursuivre cette voie et de son entêtement à ignorer les exigences des Algériens".
Les signataires, qui se disent "profondément préoccupés par la sécurité sanitaire" de nos citoyens et "solidaires avec leurs revendications pour la liberté et l'établissement d'un Etat de droit en Algérie", ont fermement condamné "les actions téméraires du régime et exigé qu'il assume ses responsabilités envers les citoyens dans la gestion de la crise actuelle".
Aussi, ils ont exhorté les Algériens au respect des instructions relatives aux obligations de confinement émises par le personnel médical et paramédical, de "s'abstenir de répondre aux provocations du régime qui entend à travers ses comportements pousser les citoyens à se révolter dans la rue, dans le but de se blanchir et de s'innocenter de la catastrophe sanitaire actuelle" et à "la vigilance afin de faire face aux manœuvres du régime militaire qui donne des coups de poignard dans le dos, profitant de la période de trêve pour marquer des objectifs politiques en situation de hors-jeu".
Ils ont, enfin, appelé au "maintien, par tous les moyens sécurisés qui ne menacent pas la santé publique", de la flamme du hirak et à la préparation pour le retour des marches populaires une fois la pandémie de Covid-19 terminée.

A. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.