Ammar Belhimer reçoit Issad Rebrab    Lancement d'une application permettant aux retraités de connaître le jour de virement de leurs pensions    Coronavirus : 585 nouveaux cas, 315 guérisons et 12 décès en Algérie durant les dernières 24h    Tentative d'agression à l'hôpital de Bouira : 2 personnes sous mandat de dépôt et 5 autres sous contrôle judiciaire    Le SG de l'OPEP souligne les efforts de l'Organisation et ses alliés pour la stabilité du marché    Football / Algérie : la FAF approuve la mise en place d'un collège technique national    Ministère de la Communication: renforcer la coopération sur la base du référent religieux national    Au moins 12 morts dans des combats opposant l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Les troupes américaines se retirent de cinq bases    Elyes Fakhfakh présente sa démission    Mahieddine Tahkout condamné à seize ans de prison et tous ses biens confisqués    Entre conditions sanitaires, économiques et raison d'Etat    Reprise samedi prochain    Dites Oui et nous serons heureux !    Installation d'un nouveau chef de Sûreté de wilaya    Le confinement partiel reconduit au 27 juillet en Algérie    Les éleveurs réclament des points de vente des moutons    La double peine !    Le FCE appelle à la refonte du système bancaire    Un portrait à l'effigie de Mohamed El Badji    Carlos Gomes et ces Européens qui ont marqué l'Histoire du football en Algérie    La culture et l'entreprise    Fête de l'indépendance : le Président Tebboune reçoit de nouveaux messages de vœux    M'sila: placement sous mandat dépôt de deux jeunes pour agression sur le personnel de l'EPH Ain El Melh    L'infrangible lien...    Le NAHD saisit le TAS    L'énigme Bouchouareb    Lancement officiel d'un Guide de protection des enfants en ligne    "La décennie 2020 sera celle de l'automobile"    Sahara occidental : le MRAP appelle l'ONU à porter une attention particulière aux violations systématiques du Maroc    Tout savoir sur les promotions de Peugeot    La tension monte entre Washington et Pékin sur Hong Kong    Les bénéficiaires reviennent à la charge    3 personnes décédées par asphyxie    Les guichets itinérants rétablis    Les habitants soulagés    Ouyahia, Sellal, Benyounès et Yousfi hospitalisés    La fille des Aurès    La femme qui embrasse les pieds de son homme !    "L'écriture se vit comme un rêve"    L'œuvre de Frantz Fanon à l'honneur à Avignon    Débat sur la Réforme constitutionnelle 2020    On vous le dit    La candidature de la Tunisie confirmée    MC Oran: Sonatrach entretient l'espoir    Skikda: Le P-DG du port, 28 fonctionnaires et 4 opérateurs économiques sous contrôle judiciaire    Comment écoper la mer avec une cuillère à café ?    Tebboune demande l'élaboration d'une loi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mesures d'urgence pour les PME en difficulté
Contribution
Publié dans Liberté le 06 - 04 - 2020

Un dispositif particulier d'aide aux petites et moyennes entreprises (PME) publiques et privées en difficulté s'impose désormais, en particulier pour le remboursement de leur endettement bancaire et le renouvellement de leurs lignes de crédit d'exploitation.
Nonobstant les batteries de mesures à mettre en place pour relancer l'outil de production en général, secourir les entreprises des services de restauration et d'hôtellerie et enfin, assurer la liquidité des banques primaires par la Banque d'Algérie, nous préconisons ainsi un dispositif d'aide qui vise à rééquilibrer la structure financière des petites et moyennes entreprises et à dynamiser leur activité à court terme.
Ce dispositif découle des constats suivants : l'allongement des délais de paiement des créances des petites et moyennes entreprises par les administrations et les entreprises publiques économiques, les répercussions négatives sur les petites et moyennes entreprises de la conjoncture politique, économique et sociale ayant prévalu durant ce dernier exercice, les tergiversations et les lenteurs des décisions des administrations et des banques durant cette période délétère, ainsi que la méfiance des banques à l'égard des petites et moyennes entreprises ayant enregistré des contreperformances pendant l'exercice 2019.
S'ajoute à cela, l'impact de la pandémie de Covid-19, le souci de préservation des petites et moyennes entreprises et de sauvegarde des emplois, les taux abusifs appliqués par les banques au rééchelonnement des échéances impayées et les graves préjudices subis par toutes les entreprises de production et de services en général.
Ces préjudices pénalisent particulièrement les petites et moyennes entreprises créancières de l'Etat et des entreprises publiques économiques, mais aussi celles activant dans la production de matériaux de construction et les transports, en plus des PME autorisées précédemment à importer des kits CKD ou fonctionnant sous licence.
Compte tenu de cet état des lieux, il est recommandé de mettre en place en urgence des mesures réparatrices : toutes les administrations, en général, et les DTP, en particulier ainsi que les entreprises publiques sont tenues de délivrer des attestations de reconnaissance de dette, sous réserve des contrôles préalables de service fait, aux entreprises créancières.
De même, toutes les banques et établissements financiers publics et privés devraient mobiliser à hauteur de 70% ces créances avec échéance, date de règlement de ces créances, sous réserve des études de risque-entreprise préalable et d'éligibilité aux critères définis par note aux banques et établissements financiers à élaborer par l'Association des banques et établissements financiers (Abef).
Il est également préconisé de rééchelonner toutes les échéances impayées, y compris les échéances leasing, de l'exercice 2019 et du premier semestre 2020 en les consolidant sous forme de crédit à moyen terme d'une durée de cinq années avec un an de différé à un taux de 6% (ou coût moyen des ressources +2%).
Il s'agit aussi d'adapter le renouvellement des lignes de crédit d'exploitation des petites et moyennes entreprises au business plan présenté par ces dernières, en évitant de les pénaliser au regard de leur contreperformance en 2019 et des timides prévisions de clôture pour l'exercice 2020. Sont concernées par le bénéfice de ce rééchelonnement toutes les petites et moyennes entreprises privées et publiques de droit algérien, légalement constituées, connaissant des difficultés de remboursement de leurs dettes bancaires, viables économiquement et disposant d'un marché.
Aussi, les entreprises éligibles à ce dispositif devront formuler par écrit, avant le 30 juin 2020, date butoir, une demande expresse de rééchelonnement de leur dette impayée, et une demande de renouvellement de leurs lignes de crédit d'exploitation accompagnées des documents usuels (états financiers et pièces fiscales et parafiscales) et d'un business plan sur cinq ans. Enfin, toutes les entreprises dont les dirigeants ont été impliqués dans des affaires de détournements de deniers publics sont à exclure de ce dispositif.

Par : Abderrahmane Ouahioune (*)

(*) Consultant financier, ex-directeur central à la Banque extérieure d'Algérie, chargé du financement des grandes entreprises du secteur public (DFSP)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.