L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre le convoi du gouverneur de Borno (Nigeria)    PNJ: une démarche fondamentale pour la promotion de la jeunesse et des sports    Rassemblement de protestation des robes noires : Ils réclament le départ du ministre de la Justice    La révision constitutionnelle a consacré la démocratie participative et le rôle de la société civile dans la prise de décision    Premier League : Chelsea arrache un point face à WBA    Coronavirus: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Arsenal va revenir à la charge pour Aouar    Covid-19: 160 nouveaux cas, 102 guérisons et 4 décès    Le verdict final dans l'affaire Sovac connu mercredi    Le parlement a perdu toute crédibilité    MASCARA : Mise en place d'un terminal de paiement électronique    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    TIZI-OUZOU : Démantèlement d'un réseau de voleurs de véhicules    Plus de 97 mns DA de marchandises saisies depuis janvier à l'aéroport d'Alger    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Constitution: les droits et libertés consacrés par une vingtaine de nouvelles dispositions    Deux militaires tués dans l'explosion de leur véhicule    Mandat d'arrêt contre 82 personnes prokurdes    L'Algérie exclut le retour aux licences d'importation    Les précisions de la direction de Batimetal    Quid des conteneurs des produits dangereux au port d'Oran ?    Le FFS en rangs dispersés    Messi, prié de rester mais privé de sa garde rapprochée    Zelfani autorisé à entrer en Algérie    La fille des Aurès    Les non-dits    Demande de levée de l'immunité à Mohcine Belabbas et Abdelkader Ouali    Près de 1 270 000 bénéficiaires en 20 ans    Incendie dans un bâtiment de Huawei    Affichage des listes des bénéficiaires    «Pas d'inquiétude, vos enfants seront bien accueillis»    Les bavettes non distribuées dans les campus    Le musée des beaux-arts d'Alger rouvre ses portes aux visiteurs    Une association française demande la reconnaissance du crime par l'Etat    Marche pacifique et arrestations à Tichy    Des sites archéologiques à l'abandon    Tizi Ouzou : Les souscripteurs AADL maintiennent la pression    Des hommes et des dieux de Xavier Beauvois : «J'ai un peu improvisé avec Sabrina Ouazani»    «C'était un bonheur que de camper le rôle du frère Luc, un philanthrope universel...»    Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»    Tiaret: 20 jeunes chômeurs en formation en entrepreneuriat    Oran: 10 harraga interceptés    Un mort et six blessés dans deux accidents de la route    Importation: Pas de retour aux licences    Marchandise à caractère commercial: Plus de 900 smartphones saisis à l'intérieur d'un car-ferry    M6, La petite chaîne qui «mente» !    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Ni endettement extérieur ni planche à billets"
aymane benabderrahmane, ministre des Finances
Publié dans Liberté le 30 - 06 - 2020

Le ministre des Finances, Aymane Benabderrahmane, a réaffirmé, hier, la décision du gouvernement de ne recourir ni à l'endettement extérieur ni à la planche à billets.
"Nous avons des marges que nous allons exploiter sans lésiner sur aucun moyen pour parvenir au financement du déficit et faire face aux besoins budgétaires de l'Etat", a indiqué le ministre des Finances, en marge d'une journée d'études sur la mise en œuvre de la réforme budgétaire, organisée au siège du ministère des Finances à Alger. Pour rappel, le déficit budgétaire, prévu dans la loi de finances complémentaire 2020, est estimé à 1 976,9 milliards de dinars, soit 10,4% du produit intérieur brut.
Le grand argentier du pays ne donne aucune précision sur le type de marges dont dispose le gouvernement pour financer ce déficit. Néanmoins, il promet de réunir la presse, dans une quinzaine de jours, pour en parler. Interrogé sur le niveau de liquidités bancaires, l'ancien gouverneur de la Banque d'Algérie, soutient que celles-ci se trouvent "à un niveau acceptable".
Le grand argentier du pays assure que "les banques peuvent octroyer des crédits" et que "les comités de crédit sont fonctionnels".Le ministre a rappelé que la réforme du système financier et bancaire constitue une priorité du président de la République et du gouvernement.
Il évoque, notamment, la réforme de la gouvernance des banques "pour parvenir à un système bancaire moderne". Le ministre a indiqué que "la mise en place d'une nouvelle approche budgétaire appropriée et rénovée des finances publiques est aujourd'hui plus que nécessaire". Il a insisté sur "l'impératif de suivre et d'évaluer chaque dinar dépensé notamment sur le budget de l'Etat".
La mise en œuvre de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF), explique le ministre, "permettra d'instaurer plus de transparence et donner plus de diligence aux différents responsables ministériels et d'organismes publics à l'effet de préparer leurs budgets sur un objectif triennal".
Cela permettra, aussi, aux gestionnaires de maîtriser les flux budgétaires et à l'Etat de se projeter sur des espaces temporels plus conséquents et éviter d'être pris au dépourvu, à travers le caractère d'urgence donnée à certaines dépenses publiques, ce qui a engendré des réévaluations budgétaires qui ont impacté négativement le budget de l'Etat.
La nouvelle approche et les nouveaux instruments de gestion budgétaire prévus par la LOLF se basent sur une logique de résultats qui confère désormais plus d'autonomie et de responsabilisation aux gestionnaires et consacrent les principes d'évaluation et de contrôle de performance.
L'entrée en vigueur de la LOLF est prévue en 2023. Selon le directeur général du budget, 12 projets de décrets exécutifs d'application de la LOLF sont élaborés et sont transmis au secrétariat général du gouvernement, pour examen et conformité. "On a fait beaucoup de mauvaises dépenses", a-t-il relevé, soulignant la nécessité de changer de mode de gestion.

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.