Gestion des marchandises en souffrance au niveau des ports : La commission d'inspection chargée de renforcer le contrôle    Sahara occidental: le PAM anéantit à son tour" les illusions" du Maroc    Près de 100 policiers mobilisés à travers les plages autorisées à la baignade    Tissemsilt: inhumation de la moudjahida Guerdane Zohra au cimetière "Si Tahar El Othbi" de Lardjem    Cyclisme-stage de l'UAC pour les entraîneurs: Allab et Alloui admis avec mention    Ligue 1-USMA: le recrutement de Guendouz "en bonne voie", assure Anthar Yahia    Oran: 255 citoyens rapatriés des Etats Unis d'Amérique    JO 2021-Covid19: six mois aux nageurs pour retrouver leur forme    Les donneurs de leçons s'en mêlent !    L'animation culturelle sur la toile, un acquis pour les artistes    Covid-19: 477 nouveaux cas, 304 guérisons et 10 décès    Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    La traque d'un "sulfureux" général    "Retour au confinement si besoin"    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien...
97e partie
Publié dans Liberté le 02 - 07 - 2020

Résumé : Samira discute avec une parente de la belle-famille et apprend que l'ex-belle-sœur de Narimène en a vu de toutes les couleurs et n'a pas supporté longtemps leur méchanceté gratuite. Elle espère que son beau-frère saura prendre soin de Narimène et qu'il saura tenir tête à sa famille en cas de problème. Houari ne s'était pas plié à la règle. Il a mis des centaines de kilomètres entre eux pour être libre et échapper à leur emprise...
- Il va m'entendre à son retour, menace Khadidja. Ce n'est pas une façon de partir en plein mariage. Quelle que soit son excuse, elle n'est pas valable.
Samira hausse les épaules.
- Espérons que ce n'est rien de grave.
Radia-Meriem se met à danser avec d'autres petites filles. La fête finit rapidement. Les invitées commencent à partir. Lila allait rester avec Narimène. Khadidja et Samira s'apprêtent à partir. Au moment de dire au revoir à la mariée, elles fondent en larmes. Khadidja s'accroche à Narimène. La séparation est déchirante. Même des parentes du marié ont la larme à l'œil.
- Elle n'habite pas loin de chez toi. Tu pourras la voir quand tu veux.
- Je sais, mais je laisse une partie de mon cœur avec elle. Je vous la confie.
- Partez le cœur tranquille. On en prendra soin. Maintenant, c'est aussi notre fille.
Radia-Meriem s'accroche à la robe de sa tante.
- Je ne veux pas partir sans toi. Tu viens avec nous.
- Ma chérie, une autre fois.
Mais Radia-Meriem pleure tout en s'accrochant à elle. Samira doit intervenir. Elles partagent la même peine.
- On reviendra la voir demain, promet-elle. Viens, rentrons. Ton grand-père nous attend.
- Pourquoi ne peut-elle pas venir avec nous ? Demain, elle reviendra ici.
- Ma fille, c'est le cycle de la vie. Même toi, quand tu seras grande comme elle, tu te marieras et tu iras vivre ailleurs. Même si tu nous vois pleurer en cet instant, nous sommes heureuses pour ta tante. Toutes les filles se marient un jour.
- Moi, je resterai avec toi, promet la fillette. Comme ça, tu ne seras jamais triste. Tu ne pleureras pas.
- Ah ! Mon petit cœur ! Allez, embrasse ta tante et on y va. Ton grand-père va s'impatienter.
- Papi ne se fâche jamais. Il m'aime beaucoup, dit Radia-Meriem. Autant que papa... Pourquoi on ne rentre pas avec papa ?
- Il est parti, dit Samira, avant de soupirer. Aider un ami... Allez, on y va, ma chérie.
Mais Radia-Meriem pleure encore. Khadidja la prend dans ses bras et tente de la réconforter. Ils rentrent à la maison où un triste silence les accueille. Mahmoud évite leur regard. Il retient avec peine ses larmes.
Samira se rappelle son mariage où personne n'avait pleuré son départ. Seuls les parents ressentent le déchirement le jour où ils se séparent de leur enfant. Elle connaît cette douleur sourde, et si les autres peuvent afficher leur peine, elle, elle a dû la taire tout le temps. Enfin, le seul avec qui elle pouvait en parler est son mari. Sans son soutien, elle aurait perdu la raison. Le cœur serré, elle pense que c'est la première fois qu'il part sans donner d'explication. Il demeure injoignable. Radia lui manque. En se connectant, elle se rend compte que celle-ci n'avait vu aucune des photos et des messages qu'elle lui avait envoyés. Elle tente de joindre Nadia. Tout comme Radia, elle ne répond pas. Samira a un mauvais pressentiment...


(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.