Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Elections, ANP, économie nationale: Tebboune s'explique    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Relance des enquêtes ménages à Aïn El Turck: Les mal-logés crient leur désarroi    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    La brindille que tu méprises t'éborgnera    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une fake news fait flamber les prix    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    La 2A devient GIG-Algeria    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des responsables locaux contaminés
Biskra enregistre une trentaine de décès en quelques jours
Publié dans Liberté le 06 - 07 - 2020

Face à la gravité de la situation, le wali a décidé de reconfiner neuf communes, les plus touchées par la pandémie, et de fermer les marchés hebdomadaires, les centres commerciaux, ainsi que les points de vente de cheptel.
La situation épidémiologique inquiète depuis des semaines la population aux quatre coins de la wilaya de Biskra où chaque jour qui passe apporte son lot de décès. En effet, après les 26 décès survenus vendredi à Biskra et à Sidi Okba, hier encore, au moins 12 patients ont rendu l'âme à Biskra, a-t-on appris de sources hospitalières. "Ce n'est un secret pour personne, il y a des centaines de cas positifs au coronavirus, dont des cadres de l'exécutif de wilaya. Et des dizaines de cas de décès aussi. Ce qui confirme ces statistiques, ce sont ces nombreuses inhumations qui ont lieu quotidiennement et organisées suivant les mesures d'enterrement des victimes Covid", ajoutent nos sources, précisant que "les cimetières d'El-Boukhari et de Laâzilet, pour ne citer que ces deux-là, témoignent de la gravité de la situation".
Et le plus inquiétant à Biskra, c'est que le coronavirus s'en prend à des familles entières. Le célèbre prosateur et poète de Biskra, Djemouaï Enfif, est décédé, avant-hier, après avoir perdu son père et son frère. Contactée par Liberté, une source hospitalière, en contact permanent avec les patients victimes de cette pandémie, nous déclare : "Nous avons toujours à l'hôpital Hakim-Saâdane les membres d'une même famille, mais maintenant, nous n'admettons que les cas présentant des formes graves, et parfois, nous n'avons plus de places. Nous sommes donc dans l'obligation de les transférer à Tolga, ou à Zeribet El-Oued, selon la disponibilité des places." Pour ce qui est des services de la DSP, ces derniers affichent dans leur dernier bilan un total de 23 nouveaux cas positifs, portant à 228 le nombre des cas de contamination.
"C'est la prise en charge insuffisante, vu la pénurie de moyens matériels et humains, qui est toujours à l'origine de tous ces décès. L'hôpital enregistre un manque criant en personnel, nous ne pouvons pas exercer notre devoir comme il se doit, il est impossible de s'occuper de tous les malades en raison du manque d'effectifs", relate, avec regret, une des soignantes de l'hôpital Hakim-Saâdane, laquelle évoque également le problème de l'insuffisance d'oxygène. L'état lamentable de cet établissement sanitaire a, entre autres, été une des raisons qui a poussé le personnel paramédical à observer, pour la troisième fois, un sit-in avant-hier devant le siège de la wilaya.
"Nous dénonçons ces conditions de travail dans lesquelles nous exerçons notre métier, le manque de personnel nous empêche de mener à bien notre mission, nous ne pouvons plus travailler dans ces circonstances, nous sommes épuisés... J'invite ces citoyens qui nous accusent à tort de négligence envers les malades de venir nous voir, de s'enquérir de nos conditions de travail. Nous manquons de personnel", nous déclare un infirmier.
Face à cet état de fait, beaucoup de voix s'élèvent, plaidant pour l'exploitation d'autres lieux appropriés pour admettre les centaines de cas positifs. Soulignons que face à la gravité de la situation, le wali a décidé de reconfiner neuf communes les plus touchées par la pandémie, à savoir Tolga, Doucen, Ouled Djellel, Sidi Khaled, Biskra, Chetma, Sidi Okba, Aïn Naga, Zeribet El-Oued. Il a également été décidé, dans ce contexte, la fermeture des marchés hebdomadaires, des centres commerciaux, ainsi que des marchés et points de vente de cheptel. Le respect des mesures de prévention est désormais obligatoire, notamment le port du masque.

H. BAHAMMA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.