Les avocats en colère    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    "On veut nous neutraliser !"    Ces nids à problèmes    L'initiative de Macron pour le Liban bat de l'aile    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    23 morts dans le crash d'un avion militaire    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Mostaganem : La police met en échec une tentative d'émigration clandestine    Les écueils d'une rentrée inédite    Jijel : La barre des 1000 contaminés dépassée    Les locataires tirent la sonnette d'alarme    Les travaux traînent en longueur    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    La Foire du livre de Francfort invite les libraires pour une formation    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Fantasme électronique !    Table ronde sur le droit et l'accès à l'information    1er Festival du tourisme rural, la forêt de Aïn-Sedjra à l'honneur    «Pour que la nature soit toujours plus belle»    FC Barcelone : le grand «Koemancement»    La révolte des robes noires    Zeghmati, le certificat de nationalité, le casier judiciaire et le bon sens    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    ANSEJ: large mouvement au niveau des directions d'annexes    Les effets négatifs du stress sur votre apparence    Ain Bessem: Une femme blessée dans un incendie    LES CROCS AIGUISES DE LA REALITE DES PRIX    Faire le pied de grue devant un distributeur fâché    AS Aïn M'lila: Un retard considérable à rattraper    RC Relizane: Aucun projet sportif à l'horizon    GC Mascara: Vers le retour du président Bouchentouf    Tlemcen: Un nouveau quota d'eau pour les terres agricoles de Fehoul    Massacres du 17 octobre 1961: Une Association française demande la reconnaissance du crime    L'avis des experts    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    L'Algérie condamne l'attaque terroriste contre le convoi du gouverneur de Borno (Nigeria)    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    UN TEXTE DE LOI VA ETRE PROMULGUE : Les enlèvements, nouvelle cible de Zeghmati    Libye: l'ONU appelle à l'arrêt immédiat des hostilités en banlieue de Tripoli    Après plusieurs mois de fermeture : Le musée des Beaux-arts d'Alger rouvre ses portes    Importation: Pas de retour aux licences    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'infrangible lien...
125e partie
Publié dans Liberté le 05 - 08 - 2020

Résumé : Samira reçoit un appel de Radia pour prendre de leurs nouvelles. Houari arrive derrière elle et lui enlève le portable de sa main. Encore une fois, il insiste pour qu'elle continue de garder son secret. Il la prévient qu'elle risquait de tout perdre avant de lui rendre son portable. Radia la rappelle. Elle prend de court Samira. Elle a envie de venir. Elle était prête à se contenter d'une toute petite place...
-Ma chérie, je préfère que tu patientes un peu, le temps que mon beau-père soit opéré et que ma belle-famille reparte, dit Samira après avoir croisé le regard de son mari. Si tu viens maintenant, je ne pourrais pas profiter de toi. Je vais être tellement occupée...
-Je ne gênerais pas, promet la jeune fille. Je me ferais toute petite. Je garderais Mya pendant que tu es avec eux.
-Non ma chérie, dit-elle fermement. Je préfère qu'on attende le bon moment. Car je veux partager chaque instant avec toi. Tu dois patienter.
La jeune fille, déçue, coupe sans même lui dire au revoir. Samira soupire et ferme les yeux, proie à un malaise. Houari, qui la surveillait du coin de l'œil, accourt inquiet. Il la saisit par le bras et la force à le suivre jusqu'à un banc d'où il peut voir le manège.
-Tu ne te sens pas bien ?
Samira lève des yeux larmoyants vers lui.
-Elle voulait venir et je lui ai dit de patienter, car je ne voulais pas qu'elle croise ta mère une nouvelle fois. Elle a raccroché... Elle a coupé...
-C'est une enfant gâtée... Mais ne t'inquiète pas, elle te rappellera.
-Et si elle ne le fait pas ?
-Elle prouvera que j'ai raison, dit-il. C'est pourquoi je te conseillais de ne rien lui dire, car elle est imprévisible. Allons ne t'inquiète pas. Si elle t'aime autant qu'elle le disait, elle te rappellera lorsque la déception et la colère lui seront passées.
-Mais si elle ne le fait pas ?
-Patience. Il faut lui mettre des limites. Je te l'ai toujours dit, mais tu ne m'écoutais pas. Allez, on rentre à la maison.
Samira le suit. Elle essuie ses larmes et sourit à Radia-Meriem, même si elle sent une boule grossir dans sa gorge. Elle soupire et cela n'échappe pas à Houari. Il lui prend la main.
-Parle, crie si tu en as envie. Tout ce stress n'est pas bon pour toi. Comment te sens-tu ?
-Je vais bien, le rassure-t-elle. Je veux rentrer à la maison. Je suis fatiguée...
Ils attendent que Radia-Meriem descende du manège pour partir, non sans lui avoir acheté une barbe à papa avant. À la maison, ils trouvent Khadidja et Lila en train de prendre un goûter.
-Bon appétit, leur dit Samira. Je suis épuisée. Je vais m'allonger dans la chambre des filles...
-Non, non Samira, j'ai profité de votre absence pour prendre nos affaires et nous installer dans l'ancienne chambre de Narimène. On en a profité pour faire du rangement... Je ne comprends pas pourquoi tu en as fait un débarras.
-Demande à ton fils...
Samira est heureuse de retrouver sa chambre, mais il y a le parfum de sa belle-mère qu'elle ne supporte plus. Elle change les taies d'oreiller, les draps, ouvre grand la fenêtre et va s'allonger. Elle envoie les photos et les vidéos de Radia-Meriem à sa fille. Celle-ci est en ligne, mais elle les ignore. Enfant gâtée, capricieuse, elle doit être en train de bouder...
(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.