Sénat: présentation du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    La révision de la Constitution implique une large révision de plusieurs lois essentielles    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Ces détenus oubliés du hirak    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Un webinaire sur l'éthique et la sécurité des journalistes    Larbi Ouanoughi a fait long feu    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    40% des Maghrébins n'ont pas de comptes bancaires    Lancement prochain du transport de fret roulant    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    Transfert de 700 migrants depuis l'île de Lesbos    La France va organiser une conférence internationale    Pompeo entame des entretiens en Grèce, pour favoriser une «désescalade»    La justice confirme l'inéligibilité du président régional catalan    Vu en France    5 décès et 146 nouveaux cas en 24 heures    La fille des Aurès    Les robes noires en grève à partir de demain    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Saisie de marchandises interdites à l'importation, évaluées à 912 millions de centimes    Un député interpelle le président Tebboune    Deux moteurs de bateau récupérés à BéjaIa    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Lancement de la «La rentrée culturelle» en Algérie    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    En attendant la reprise du mouvement en Algérie : Le hirak diasporique à l'épreuve des dissensions idéologiques !    Juventus : Ronaldo passe devant Lewandowski    6 aliments légers qu'il est possible de consommer le soir    Liverpool : Klopp mécontent d'un commentaire de Keane sur son équipe    Révision constitutionnelle: Lancement le 7 octobre de la campagne de sensibilisation    USM Bel-Abbès: Est-ce le bout du tunnel ?    Energie: Pourquoi le «Super» va être supprimé    Nouvelle opération de rapatriement: 181 Subsahariens transférés vers leur pays en début de semaine    Port d'Oran: Quatre conteneurs de friperie saisis    Mila: L'Agriculture en quête d'infrastructures de stockage    ES Sétif: Un bain de jouvence pour l'effectif    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    Institut français d'Algérie: La cérémonie du choix Goncourt Algérie 2020, le 03 octobre    Le ministère expose les principes généraux du protocole sanitaire    Les contaminations au plus bas depuis plus de 3 mois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Union européenne se dit "préoccupée"
Condamnation du journaliste Khaled Drareni
Publié dans Liberté le 15 - 08 - 2020

Une autre note vient s'ajouter à la partition en faveur de la libération du journaliste, Khaled Drareni, condamné lundi à trois ans de prison ferme par le tribunal d'Alger.
Après le tollé et l'onde de choc provoqués par cette condamnation, la vague d'indignation s'amplifie en Algérie et à l'étranger. Dernière réaction en date : celle de l'Union européenne.
"Nous suivons avec préoccupation la situation du journaliste Khaled Drareni, condamné à trois ans de prison ferme pour ‘attroupement non armé' et ‘atteinte à l'unité nationale'", a déclaré hier Nabila Massrali, porte-parole du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. "Nous traitons des cas individuels et des questions relatives aux droits de l'Homme à différents niveaux dans le cadre du dialogue entre l'UE et l'Algérie", a-t-elle ajouté, comme pour rappeler l'engagement de l'Union européenne en faveur de la liberté de la presse et de la protection des journalistes. Avisée sans doute de la frilosité des autorités à chaque fois qu'une institution internationale s'exprime sur les questions des libertés et des droits de l'Homme en Algérie, l'UE invite "diplomatiquement" Alger à prendre des mesures "d'apaisement".
"L'UE appelle l'Algérie à œuvrer à l'apaisement et au dialogue." Cette réaction de l'Union européenne, du reste, attendue après la vague d'indignation exprimée au sein de l'opinion et parmi de nombreux acteurs politiques et de la société civile, intervient alors que des actions de solidarité se multiplient avant le procès en appel du journaliste prévu dans les prochaines semaines. Lancée par le comité de soutien à Khaled Drareni — mis en place dès le prononcé du verdict —, une pétition a déjà recueilli plusieurs centaines de signatures parmi lesquelles figurent celles de personnalités, dont les icônes de la Révolution, Zohra Drif, Lakhdar Bouregâa et Louisette Ighil Ahriz, le chercheur à la Nasa, Nourredine Melikchi, Pierre Audin, mais également de nombreux journalistes à l'image d'Edwy Plenel et autres artistes, cinéastes et hommes de culture. En Tunisie, plusieurs organisations des droits de l'Homme et des syndicats de journalistes ont rendu public un communiqué appelant à la libération "immédiate" de Khaled Drareni. En France, le SNJ-CGT a joint sa voix aux journalistes algériens en appelant à la signature de la pétition. Le SNJ-CGT appelle à signer la pétition, dont il fait sienne cette revendication : "La place de Khaled Drareni n'est pas en prison. Nous, signataires de cette pétition initiée par un groupe de journalistes, exigeons sa libération immédiate et sa réhabilitation", écrit ce syndicat dans un communiqué. "Il est plus que temps que la liberté de la presse et des journalistes soit respectée en Algérie", ajoute le texte.
Des réactions qui semblent faire écho à l'appel à la mobilisation internationale lancée par les avocats de la défense du journaliste. "Nous lançons un appel aux citoyens, aux élites, à tous les journalistes où qu'ils soient, à l'intérieur et à l'extérieur du pays", a plaidé, il y a quelques jours lors d'une conférence de presse, l'avocate Zoubida Assoul. "Il faut que nous nous mobilisions pour faire barrage à ces pratiques et que nous fassions face à ce pouvoir qui dit quelque chose dans ses discours, mais dans la pratique fait le contraire."
C'est probablement cette onde de choc qui a fait réagir jeudi le ministre de la Communication qui a dénié à Khaled Drareni la qualité de journaliste. Un argument loin d'avoir convaincu grand monde, destiné visiblement à l'opinion internationale, mais qui dissimule difficilement le désarroi du gouvernement face à un dossier qui se révèle, en définitive, comme une patate chaude entre les mains.
Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.