Sidati: le parti pris aveugle de la France retarde et complique la tâche de la Minurso    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Tribunal de Tipasa: report du procès d'Abdekader Zouk au 8 décembre prochain    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Castex attendu à Alger    Non, je préfère me taire...    Football/Ligue 1 Algérienne - Transfert : Youcef Bouzidi nouvel entraîneur de la JSK    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Guardiola fixe les nouvelles règles à Riyad Mahrez    Plus du quart des tests positifs au Covid-19    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Large mobilisation en France    Aribi termine meilleur buteur    L'héritage    Les non-dits    Le Cerefe publie son premier rapport annuel    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Les candidatures des groupes armés rejetées    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Les pilotes de ligne demandent la reprise du trafic aérien    Un projet qui risque le naufrage    Alger dénonce des "accusations gravissimes et malveillantes"    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    Nouveau projet AADL : Les inscriptions à partir d'hier    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    L'asymétrie des idioties    USTO Mohamed Boudiaf: Signature de deux nouvelles conventions de partenariat    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    El-Bayadh: Le maïs au secours des éleveurs    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    L'affaire de l'automobile sera rejugée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Messi : "Je suis triste, mais je reste !"
FC Barcelone
Publié dans Liberté le 06 - 09 - 2020

Fin du bras de fer au FC Barcelone : la superstar argentine Lionel Messi a reculé et décidé vendredi d'honorer la dernière année de son contrat avec son club de toujours, dont il a accusé la direction d'avoir rompu une "promesse" de le laisser partir. "Je n'irai jamais en procès contre le Barça car c'est le club que j'aime, qui m'a tout donné depuis que je suis arrivé, c'est le club de ma vie", a déclaré Lionel Messi (33 ans) dans un long entretien à Goal.com, un média spécialisé dans le football. C'est la fin d'un feuilleton qui a tenu la planète football en haleine, après dix jours d'un bras de fer avec le Barça pour qui la "Pulga" (puce, en espagnol) était encore sous contrat jusqu'au 30 juin 2021, malgré ses envies de départ immédiat.
C'est un soulagement pour les supporters du club catalan qui ont craint de voir leur légende vivante quitter son club de toujours par la petite porte. Le message de Messi, ce vendredi, a grandement rassuré la Liga, qui avait déjà perdu les stars Neymar (parti au PSG en 2017) et Cristiano Ronaldo (parti en 2018 à la Juventus). Le FC Barcelone s'est réjoui de cette annonce en postant dans la soirée sur Instagram une photo du capitaine blaugrana avec le maillot 2020-21 du Barça et en reprenant cette phrase de Messi en guise de légende : "Je donnerai le maximum. Mon amour pour le Barça ne changera jamais." Le dernier match de Messi sous les couleurs blaugrana ne sera donc pas cet humiliant 8-2 encaissé en quart de finale de Ligue des champions contre le Bayern Munich, le 14 août à Lisbonne.
Il s'agit d'une victoire pour le président Josep Maria Bartomeu, critiqué de toutes parts pour sa gestion du club et qui avait mis sa démission dans la balance : imperturbable, Bartomeu peut se targuer d'avoir fait primer les intérêts du Barça sur les souhaits d'un joueur, aussi emblématique soit-il. Messi n'a pas hésité à égratigner de nouveau Bartomeu, qui n'aurait "pas tenu sa promesse" de le laisser partir s'il le souhaitait. "Le président a toujours dit qu'à la fin de la saison je pouvais décider si je voulais partir ou si je voulais rester", a affirmé l'Argentin, pour qui la direction actuelle n'a "pas de projet". Il avait pensé à un départ bien avant la gifle contre le Bayern (8-2). "J'ai dit au club, et surtout au président, que je voulais partir. J'ai continué à le lui dire pendant toute l'année. Je pensais qu'il était temps de faire un pas de côté. Je croyais que le club avait besoin de plus de jeunes joueurs, de nouveaux joueurs, et je pensais que mon temps à Barcelone était fini (...) Ce fut une année très difficile", a-t-il expliqué. Après 34 trophées avec le Barça, Messi n'a en effet rien gagné cette saison avec son équipe. Mais même si cet énième coup de pression de la part de Messi s'est clos, la querelle risque de laisser des traces. D'abord dans la tête des supporters et des dirigeants, à qui il sera difficile de faire oublier que le capitaine blaugrana a tout fait pour rompre son contrat de manière unilatérale et abandonner le navire Barça en pleine tempête. "Je vais continuer au Barça et mon attitude ne va pas changer parce que j'ai voulu m'en aller", a-t-il assuré. "J'ai toujours dit que ma maison était ici", a-t-il insisté, "blessé" par les critiques à ce sujet. Après une réunion stérile de deux heures avec les dirigeants du club jeudi, le clan Messi a tout fait pour forcer les négociations autour d'un départ du joueur. Jorge Messi, le père et agent de "Leo", a écrit ce vendredi une lettre à Javier Tebas, président de la Liga (gestionnaire du foot pro en Espagne), pour lui répéter que la clause libératoire de 700 M EUR fixée par le Barça ne s'appliquait plus et que son fils pouvait partir gratuitement.
Des arguments immédiatement réfutés par la Liga, qui s'était déjà rangée aux côtés du club blaugrana en publiant un communiqué la semaine dernière pour confirmer que la clause permettant à Messi de partir librement avait expiré le 10 juin, comme chaque année. La prochaine étape sera de voir si le sextuple Ballon d'or, qui a volontairement zappé les tests PCR de l'équipe dimanche et les premiers entraînements de reprise depuis lundi, va bien réintégrer le groupe au centre d'entraînement Joan Gamper à Barcelone. ll faudra notamment observer son attitude vis-à-vis du nouvel entraîneur Ronald Koeman, dont le discours a précipité ses envies de départ mi-août... et surtout quelle influence aura sa décision sur l'avenir de ses amis Arturo Vidal ou Luis Suarez, écartés par Koeman et approchés par des clubs italiens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.