Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    LIBYE : L'Algérie salue l'accord de cessez-le-feu global    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    Série A: la Sampdoria s'offre l'Atalanta    Clasico: encore un record pour Fati !    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    Tebboune réitère l'engagement de l'Etat    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Un clasico devant 100 000 sièges vides, une première    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Le chef de l'ONU s'inquiète d'une «situation tendue»    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Oran : Plantation d'arbres à l'université    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Concours du meilleur joueur de mandole algérien : Appel à Candidature    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Par-delà l'image    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les non-dits
23e partie
Publié dans Liberté le 21 - 09 - 2020

Résumé : Fadhéla est bien triste et déçue, en découvrant qu'il était parti sans même l'appeler ou lui laisser un message. Nedjma tente de la réconforter en lui rappelant qu'elle le rejoindra dans quelques mois. Elle lui conseille d'apprendre l'anglais et de demander son passeport en attendant. Elle a envoyé à Rédha le livret de famille qu'il avait oublié...
- Ah, ma fille, sois la bienvenue ! Tu nous as manqué. J'espère que vous avez passé un bon séjour en Tunisie, dit Nedjma en l'étreignant fort contre son cœur.
Fadhéla accueille chaleureusement sa belle-sœur. Hacène arrive derrière, avec de petites valises. Nedjma est heureuse au point d'avoir les larmes aux yeux.
Hacène est un second fils pour elle. Sa présence lui rappelle l'absence de Rédha. Même s'il n'est parti que depuis quelques jours, il lui semble que c'est une éternité.
Ils passent au salon. Nedjma a déjà préparé le dîner et insiste pour qu'il le partage avec elles et même passer la nuit, mais Hacène se contente de dîner puis de rentrer chez lui. Samra profite de l'absence de Fadhéla qui s'occupe de la cuisine pour discuter avec sa mère.
- Apparemment, vous vous entendez bien.
- Oui, ton frère est bien tombé, dit Nedjma. C'est une personne douce, spontanée mais soucieuse aussi. Figure-toi qu'elle s'inquiète du silence de ton frère. Il ne l'a pas appelée et ne lui a pas écrit. J'ai dû envoyer le livret par poste, lui confie-t-elle à voix basse. Où a-t-il la tête ?
- Il a repris ses manies de mettre de la distance, dit Samra. Maintenant qu'il est marié, il doit penser à elle. L'autre fois, il avait aussi parlé de revenir ici. Je vais rappeler à Hacène de contacter ses amis. On ne sait
jamais.
- Oh, ma fille, si un jour il revient s'installer ici, je pourrai mourir tranquille. Tu auras ton frère près de toi.
Fadhéla les a rejointes.
- Revenir ici ? Tu en es sûre ? Samra, il ne m'en a jamais parlé, leur dit-elle. Mais je voudrais qu'il revienne ici. Je ne serai pas séparée de ma famille. Je n'ai jamais voyagé.
- Ma fille, tu voyageras avec lui. Rédha ne peut pas revenir avant d'avoir du concret. Il ne se contentera pas de promesses. Il faut le comprendre, murmure Nedjma. Il a un train de vie enviable. Il rentrera s'il peut trouver un équivalent, pas avant.
Nedjma est un peu fatiguée.
- Mes filles, je vais me coucher. Je ne tiens plus. Bonne nuit !
- Bonne nuit, yemma !
Samra et Fadhéla vont se mettre à l'aise dans sa chambre. Elles restent à papoter jusqu'à une heure tardive. Confidence sur confidence, Fadhéla lui apprend qu'entre elle et Rédha il ne s'est rien passé.
- Il était tout le temps fatigué. Je pensais qu'on irait voir un médecin. Il est rentré à Londres quand j'ai passé la nuit chez mes parents.
- Mais qu'est-ce qui lui a pris ? Il est fou ? Quelle que soit l'urgence, cela pouvait attendre un jour ou deux, dit Samra, énervée. Il aurait pu passer te voir chez tes parents. Ils n'habitent pas à l'autre bout du pays. Franchement, il me déçoit. Il va m'entendre.
- Non, non, ne lui dis rien, la prie Fadhéla. Je ne veux pas me fâcher avec lui. Je n'ai rien raconté à ta mère. Je ne voulais pas qu'elle s'inquiète. Elle aussi était déçue et triste à son départ. C'est dur de vivre sans lui. Je n'ai pas été longtemps avec lui mais il me manque beaucoup.
- Vous vous retrouverez un jour, promet Samra. On devrait essayer de dormir un peu. On en reparlera demain.
Si Fadhéla s'endort rapidement, Samra ne parvient pas à fermer l'œil. Ce qu'elle lui a confié l'inquiète. Elle s'est rappelé les doutes de sa mère. Elle a beau tenter de chasser ses idées noires, elle n'y parvient pas. Le matin, elle est la première levée. Sa mère est surprise de la trouver debout et préparant le petit-déjeuner aussi silencieusement que possible.
- Bonjour. L'odeur du café m'est parvenue jusqu'au lit. J'en prendrai bien si tu veux me servir.
- Avec plaisir.
Samra la sert puis va fermer la porte de la cuisine. Elle doit absolument lui parler.


(À SUIVRE)
T. M.
[email protected]
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.