Référendum constitutionnel : début du vote dans les bureaux itinérants de zones reculées au sud    West Ham : Des débuts frustrants pour Benrahma    La manifestation pacifique à El-Guerguerat contrecarre les plans du Maroc    Référendum : affluence appréciable dans les bureaux de vote au Royaume-Uni et en Irlande    Le wali d'Alger inaugure le parking à étages et la station multimodale de la commune de Kouba    Coronavirus: 291 nouveaux cas, 187 guérisons et 8 décès    L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Début du vote pour les nomades    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Les islamistes reviennent à la charge    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    30 nouveaux notaires prêtent serment    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un pari difficile
les élections législatives anticipées prévues avant la fin de l'année
Publié dans Liberté le 22 - 09 - 2020

Il est quasiment impossible de tenir ce scrutin dans cette échéance au regard du court délai et d'un agenda politique très chargé.
Lors de la traditionnelle rencontre avec la presse, diffusée dimanche soir sur les chaînes de télévision, le président de la République a annoncé la tenue d'élections législatives avant la fin de l'année.
Il a notamment dit son "souhait" de voir les citoyens "plébisciter le projet de révision constitutionnelle, pour qu'on puisse passer directement à la révision de la loi portant régime électoral, laquelle sera soumise au Parlement pour donner naissance, si possible, à de nouvelles institutions élues avant la fin de l'année".
Interrogé sur les délais dont dispose la commission Laraba, chargée de rédiger la nouvelle loi électorale, le chef de l'Etat a précisé que les experts disposent "en principe", d'un délai d'"un mois et demi de sorte que, dès que les citoyens approuveront comme nous le souhaitons la nouvelle Constitution via le référendum, nous commencerons immédiatement après à préparer les élections".
Abdelmadjid Tebboune a ajouté que le but était de doter le pays d'institutions crédibles. "Il faut que la représentation nationale soit réelle, avec des prérogatives élargies (...)", a insisté le chef de l'Etat qui indique que "rien ne pourra se faire avec des institutions qui manquent de crédibilité".
En attendant, Abdelmadjid Tebboune a admis que le pays n'était pas encore en démocratie qu'il faut "consolider", ce qui l'oblige à "intervenir personnellement" parfois pour gérer certaines situations. Avec cet agenda, le dernier trimestre de l'année en cours sera chargé politiquement. Référendum populaire sur la révision constitutionnelle, adoption d'une nouvelle loi électorale et élections législatives anticipées. Difficile de tenir un tel pari dans un délai aussi court.
Toujours au volet politique, le chef de l'Etat a, une nouvelle fois, réfuté l'existence d'atteintes à la liberté de la presse. Pour lui, Khaled Drareni, condamné à deux de prison ferme, n'est pas jugé en sa qualité de journaliste. "J'ai déjà eu à le déclarer, et le ministre de la Communication également, qu'il ne s'agit pas là d'une affaire de délit de presse", a-t-il indiqué.
On "ne peut pas trancher de l'inexistence de la liberté d'expression dans un pays en raison d'une personne impliquée dans une affaire n'ayant aucune relation avec la presse", a-t-il indiqué en réponse aux critiques des ONG. Il s'en prendra particulièrement à l'organisation Reporters sans frontières (RSF), qu'il accuse de vouloir "déstabiliser" le pays. Il rappellera que le pays dispose de 180 journaux et qu'aucun "journaliste n'a été inquiété pour ses écrits".
Rentrée scolaire : le doute plane
Evoquant la rentrée scolaire sur laquelle plane le doute et qui préoccupe sérieusement le gouvernement et inquiète les parents d'élèves, Abdelmadjid Tebboune a renvoyé la balle au Comité scientifique chargé du suivi de la pandémie. Tout dépendra, en effet, de l'évolution de la situation sanitaire. "Concernant la rentrée scolaire et universitaire, la réponse ne peut être que scientifique.
Il ne s'agira pas d'une décision autoritaire", a indiqué le chef de l'Etat. "Il ne faut pas oublier que certains pays, y compris en Europe, ont été contraints de refermer les écoles après les avoir ouvertes. D'autres ont été contraints de retourner au confinement, ce qu'il nous faut absolument éviter (...)", a-t-il encore argumenté.
"L'Algérie a opté pour une politique qui privilégie la santé du citoyen au détriment de l'économie", a-t-il ajouté, tout en précisant que, désormais, il "n'y aura pas de rentrée universitaire unique", mais que chaque institution universitaire agira en fonction de ses moyens.
Sur le plan diplomatique, le chef de l'Etat a rappelé que l'Algérie n'avait pas l'intention de normaliser ses relations avec Israël. "(...) Je ne pense pas qu'il y aura une solution dans cette région sans la résolution de cette question qui doit être la proclamation d'un Etat palestinien indépendant sur les frontières de 1967 avec El-Qods pour capitale", a-t-il tranché.
Le chef de l'Etat a également plaidé pour "une solution sous l'égide de l'ONU en Libye" et réclamé "une courte transition avec un président civil" au Mali, deux conflits dans lesquels l'Algérie compte jouer un rôle.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.