Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Liverpool: l'hommage de Klopp à Maradona    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    «Nous avons un groupe homogène»    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La passion retrouvée
Sortie de l'album "Assirem", de Kirèche Mohand Akli
Publié dans Liberté le 25 - 10 - 2020

Depuis son premier opus produit dans les années 1980, Kirèche Mohand Akli n'a pas pu concilier son métier d'enseignant et de chanteur et a dû faire un choix. Aujourd'hui retraité, il se réconcilie avec ses premières amours, la musique.
Retraité de l'éducation nationale, Kirèche Mohand Akli est un ancien chanteur des années 1980, qui renoue enfin avec sa passion et le monde artistique. Il revient notamment avec un nouvel album intitulé Assirem (Espoir), où il traite de l'amour, du Hirak, de la harga et de l'union. Ses débuts dans la chanson remontent à 1983, quand il enregistre un passage avec le célèbre chanteur et animateur radio Medjahed Hamid. "1983 a été l'année de mon premier passage à la radio chez Medjahed Hamid, avec la chanson Athavrats", a indiqué Kirèche Mohand Akli. "Encouragé par Medjahed Hamid, j'ai encore enregistré d'autres passages avec lui et avec d'autres titres, dont Ar u taxi thouli et Ayamaghvoun iw", a-t-il poursuivi.
Il a fallu attendre 1986 pour enfin voir son premier album, intitulé Athavrats ayen, sortir aux éditions Star de Tizi Ouzou. Seulement, depuis cette date-là, c'était le désert, a-t-il regretté. "Je n'ai pas pu marier mon métier d'enseignant avec celui de chanteur. Il y avait une tentative de retour en 1998, mais celle-ci n'a pas abouti", a-t-il estimé. Et pour se relancer dans sa passion, Kirèche a attendu sa retraite en 2014. Depuis, il se consacre amplement à la chanson.
"En 2018, j'ai réédité la cassette Athavrats ayen sous forme de CD chez les éditions Tadukli, et en 2019 j'ai enregistré l'album Assirem où figure la chanson Avehri n T'lleli, qui est un hymne au Hirak et qui exprime aussi l'amour du pays et l'espoir d'un lendemain plus clément", a-t-il expliqué.
"L'album Assirem est né grâce au concours de Boulahia Abdelghani, un arrangeur hors pair qui a su m'encourager et me faire revenir sur la scène, et aussi aux amis qui ont apprécié mon travail", a affirmé notre interlocuteur, tout ravi de revivre sa passion et de partager son amour pour la chanson avec ses amis et ses fans. "En plus de la chanson dédiée au Hirak, j'ai aussi composé, dans le même album, une chanson sur le phénomène de la harga.
On retrouve aussi une chanson, Avrid, écrite en 1987 et qui revient sur notre jeunesse à cette époque-là", a-t-il développé. Dans une autre chanson, intitulée Inzan, Kirèche a essayé de remettre au goût du jour quelques proverbes kabyles. "C'était une nécessité d'aller puiser dans notre patrimoine culturel.
On a toujours été bercé par les proverbes anciens où l'on retrouve du sens. C'est une richesse à sauvegarder de la déperdition culturelle qu'impose le monde moderne actuel", a estimé Kirèche.

K. Tighilt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.