Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Santé du président : La présidence rassure et annonce que Tebboune rentrera dans les jours prochains    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    Coronavirus: 978 nouveaux cas, 605 guérisons et 21 décès ces dernières 24    REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE : La SNTF apporte des précisions    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Reprise des vols vers la France le 27 décembre    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    Le confinement partiel prolongé de 15 jours, sauf pour les mosquées    SCOLARISATION A DOUBLE VACATION : Annulation des cours du samedi    Jeux olympiques et paralympiques 2020: versement de subventions financières à trois disciplines    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    ASSE: Boudebouz a vu des Lillois "timides"    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Le barrage de Beni-Haroun rempli à 90%    Saisie de marchandises prohibées à travers plusieurs wilayas par la gendarmerie    Début de semaine agité sur le front social    Place au numérique    Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis aujourd'hui    Pas de majorité législative pour le président Kaboré    Abus de fonction, clientélisme et rapine    Repli historique du dinar face à l'euro    L'Eniem en arrêt technique à partir du 1er décembre    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Aménagements extérieurs des 8700 logements sociaux d'Oued Tlelat: Les entreprises retardataires menacées de résiliation de contrats    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sale temps pour l'opposition
Après la levée de l'immunité parlementaire au président du RCD
Publié dans Liberté le 25 - 10 - 2020

Lorsqu'en mai 2019, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, a été placée sous mandat de dépôt pour un présumé "complot contre l'Etat" et "atteinte à l'autorité de l'armée", accusations abandonnées quelques mois plus tard par la justice, peu y avaient vu le signe avant-coureur de ce qui apparaît aujourd'hui comme une criminalisation de l'action politique et une entreprise d'étouffement de toute voix d'opposition.
Car, depuis, bien des figures de l'opposition, à l'image de Karim Tabbou, ont été réduites au silence lorsqu'elles ne sont pas "neutralisées".
En décidant de la levée de l'immunité parlementaire au président du RCD, Mohcine Belabbas, le Parlement, dénué de toute légitimité et composé essentiellement de "députés" de partis rejetés massivement par le mouvement populaire, vient de donner la preuve éclatante, malgré lui, que cette entreprise d'étouffement n'est pas une simple vue de l'esprit mais procède bien d'une stratégie dont les contours et les desseins demeurent pour l'heure flous.
Sinon, comment expliquer que parallèlement à cette levée de l'immunité, un membre du conseil national du RCD, issu de l'émigration, est condamné à un an de prison ferme, tandis qu'un jeune maire du même parti de la commune d'Afir dans la wilaya de Boumerdès a été suspendu après avoir été condamné à son insu pour avoir donné l'autorisation à une famille de célébrer un mariage dans la cantine d'une école ?
Bien avant ces faits, le parti s'était déjà vu refuser l'autorisation de tenir son conseil national dans un hôtel à l'ouest d'Alger au motif officiel "d'impossibilité du respect du protocole sanitaire vu le nombre de participants".
Loin d'être isolées, ni fortuites, ces "attaques" simultanées laissent à penser que le RCD est ciblé et que des parties cherchent probablement à le neutraliser, faute peut-être de ne pas pouvoir l'apprivoiser.
Mais à qui profite cette entreprise visant à réduire au silence un parti légal, existant depuis plus de trois décennies, et qui a eu à jouer un rôle de premier plan dans la sauvegarde de la République, à travers l'appel à la résistance, face à la menace du terrorisme dans les années 90 ? Cherche-t-on à éliminer un parti en phase avec le Hirak ? Son rôle au sein du Pacte pour l'alternative démocratique (PAD) incommode-t-il dans ce contexte de "normalisation" qui ne dit pas son nom ?
Cherche-t-on à le faire plier pour l'amener à quelques concessions et à la soumission ? "L'interdiction du conseil national du RCD et la demande de levée de l'immunité parlementaire de son président sont l'illustration parfaite de cette stratégie du pire.
Il s'agit dans cette opération de neutraliser le RCD pour ouvrir la voie à une hypothétique reconfiguration autoritaire de la scène nationale", avait estimé récemment le RCD à l'issue de la tenue de son conseil national.
C'est peut-être cette perspective de reconfiguration de la scène politique qui explique aussi le refus d'autoriser des partis appelant à voter "non" à la Constitution d'activer sur la scène politique, à l'image du MSP, et de parrainer officiellement une pseudo-société civile et les partis ayant constitué la base sociale et politique de l'ère Bouteflika.
"Bloquer les activités de ceux qui disent ‘non' et exploiter l'administration pour la réussite des activités de ceux qui disent ‘oui' : y a-t-il plus de preuves vers quoi nous nous acheminons avec cette Constitution ?", a posté sur son compte Facebook le MSP qui s'est vu refuser deux activités, à Sétif et à Oran. Assurément, l'opposition, déjà exclue des médias, traverse l'une des pires périodes de son existence.
Une situation qui contraste singulièrement avec les assurances officielles et les professions de foi des dirigeants sur la bonne santé "démocratique" du pays. Il reste que la neutralisation d'un dirigeant de parti ne signifie aucunement que les aspirations portées par les militants seront étouffées. Les exemples dans l'histoire sont légion. Et rien de plus emblématique que les marques de solidarité dont le président du RCD a été destinataire.

Karim K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.