Ligue Europa: les premiers résultats de la soirée    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    FC Barcelone: La sortie surréaliste du Barça sur l'avenir de Messi !    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Le capitaine Benzema ne réussit pas au Real Madrid    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand la politique chahute la stratégie de lutte
Des meetings de campagne sans respect du protocole sanitaire
Publié dans Liberté le 26 - 10 - 2020

Même s'il s'agit, a priori, d'une précaution, la décision du staff médical de la présidence de la République préconisant le confinement volontaire au chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, vient confirmer par certains égards l'ampleur prise par l'épidémie de Covid-19 qui semble connaître une inquiétante recrudescence depuis quelques semaines.
Les contaminations ne touchent pas seulement de simples citoyens, des fonctionnaires du secteur de la santé ou des sportifs, mais elles concernent également les membres du gouvernement et de hauts cadres de la présidence de la République. On ignore pour l'heure leur nombre, mais il semble important si l'on se fie au communiqué de la présidence de la République évoquant "plusieurs cadres de la Présidence et du gouvernement" présentant des symptômes de contamination par le nouveau coronavirus.
Cette évolution, même si elle n'était pas exclue, paraît, cependant, paradoxale : comment se fait-il qu'un Exécutif qui n'a pas cessé depuis mars dernier de multiplier les décisions et les mesures, n'hésitant pas à sanctionner des citoyens, à renouveler ses appels à la vigilance, relayés pour l'occasion par les médias, finit par enregistrer nombre de contaminés parmi ses membres ? Une situation qui suggère toute l'étendue prise par l'épidémie et que ne reflètent pas les chiffres communiqués quotidiennement par la commission scientifique.
Pourtant, hormis la réouverture des écoles, ni les frontières n'ont été rouvertes ni les rassemblements, notamment à l'occasion des fêtes de mariages, circoncisions et des défilés politiques, ne sont autorisés. Très peu de mesures ont été décidées depuis la décrue constatée à la fin de l'été, comme la réouverture des commerces ou encore des mosquées pouvant répondre aux critères du protocole sanitaire.
Si la baisse de vigilance, le relâchement et l'incivisme de certains citoyens peuvent expliquer la recrudescence de l'épidémie ces dernières semaines, il reste qu'un certain laxisme des autorités à l'égard, notamment, des rassemblements politiques semble avoir ouvert la voie à la propagation.
Faut-il rappeler les réunions organiques du FLN et du RND en juin dernier ? Plus récemment encore, alors que le RCD s'était vu refuser une autorisation pour la tenue de son conseil national dans un hôtel pour des motifs sanitaires, d'autres partis tiennent des rassemblements sans le respect des mesures barrières, ni de distanciation, comme on a pu le voir avec ce récent meeting du RND à Constantine qui a enflammé la Toile.
À se fier aux images relayées sur les réseaux sociaux, nombre de meetings tenus par les partis, essentiellement le FLN et le RND et d'autres évoluant à la périphérie du pouvoir, dans le cadre de la campagne pour le référendum sur la Constitution, ne respectent pas le protocole sanitaire.
Face au tollé suscité sur la Toile, l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie) a rappelé, il y a une semaine, que l'octroi des salles et autres espaces pour abriter les rassemblements et meetings dans le cadre de la campagne référendaire sur le projet d'amendement de la Constitution du 1er novembre prochain "était soumis à une autorisation préalable délivrée par l'autorité administrative et tributaire de l'application stricte du protocole sanitaire".
Un rappel de rigueur, mais loin d'être contraignant, puisque les considérations politiques, la mobilisation en faveur du référendum, semblent transcender tout le reste. Signe de ce souci : de nombreux partis sans ancrage populaire, ne disposant pas de groupes parlementaires, animent des meetings et bénéficient d'une couverture médiatique. Ce qui est en porte-à-faux avec les critères fixés par... l'Anie la veille de la campagne. Entre l'objectif politique et la lutte contre l'épidémie, il y a sans doute un choix à faire.

K. Kebir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.