ENCORE UN PAS À FRANCHIR...    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    "L'EN doit continuer à apporter de la joie aux Algériens"    C'EST DEJÀ LA FIN !    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Six personnes arrêtées lors des manifestations    De fausses licences de moudjahidine pour importer des voitures    Lancement de "Lawhati" pour la vente d'œuvres d'art en ligne    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Une enquête choquante    Les inconnues d'un scrutin    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Victoire du CRB devant le CABBA    Brèves    Les Africains connaissent leurs adversaires    182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès en 24h    Des milliers de travailleurs investissent la rue    Les raisons de la 2e vague de la hausse des prix    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Déprime ramadhanesque    Les islamistes rêvent de victoire    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    «Les centres d'archives sont une vitrine»    Projection de Hassan Terro    Expo «Quelques choses d'Alger»    Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    «Le sondage doit devenir un réflexe»    la liste des membres sélectionnés approuvée    Hausse au premier trimestre 2021    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    La fièvre des stèles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces trois rejetés de la société : la philosophie, la poésie et la laïcité
...SOUFFLES...SOUFFLES...SOUFFLES...
Publié dans Liberté le 21 - 11 - 2020

La philosophie est la mère de toutes les sciences. La matrice des questions gênantes et génies. De l'autre côté, la poésie est la mère de tous les arts. Le Big Bang de l'errance humaine. Quant à la laïcité, elle est le mode de gouvernance le plus respectable. L'espace où on respecte toutes les libertés, toutes les questions et toutes les folies positives sont respectées ! Mais ces trois pôles de réflexion sont poursuivis, condamnés et rejetés dans notre société intellectuelle et politique.
Et parce que la philosophie est la bannière de la raison et de la rationalité, à travers toute son Histoire, elle a été, et elle l'est toujours, pourchassée par les féqihs orthodoxes. Parce qu'elle est la source de toutes les questions gênantes et fâcheuses qui réveillent la conscience collective et individuelle, la philosophie est l'ennemie de la paresse intellectuelle, d'el Mektoub le fatalisme. Une guerre intellectuellement ravageuse menée jusqu'au jour d'aujourd'hui, par les religieux contre la philosophie. Et la paix n'est pas pour demain, dans une société fanatisée. La poésie, symbole des belles lettres, est l'emblème de la défense de liberté individuelle. Et sans la liberté individuelle le citoyen n'est qu'un individu, une tête, un chiffre dans le troupeau sociétal. Et les trois consœurs – la philosophie, la poésie et la laïcité – sont l'ennemies numéro un des salafistes obscurantistes. Toute société islamisée ou fanatisée tourne le dos à ces trois activités. Pour dénigrer la parole de quelqu'un, on dit : rah ytfalsaf il se philosophie ! Et pour dévaloriser les propos de quelqu'un, on dit : rah yachaâr il se poétise ! Et pour accuser l'opposition de quelqu'un, on dit : rah hizb frança, il est laïc.
Les extrémistes religieux ont diabolisé la poésie, la philosophie et la laïcité. Ainsi, le poète est un fourvoyé ! Le philosophe est un danger ! La laïcité est un blasphème ! Entre la philosophie, la poésie et la laïcité, il existe une complexité complexe et organique. Parce que la philosophie respecte la raison et défend la liberté de confession, elle est bien accueillie dans l'espace laïque. Parce que la poésie est l'îlot de la liberté individuelle, elle trouve dans la philosophie son refuge et dans la laïcité les ailes pour s'envoler plus haut pour l'expédition des délices de la liberté. Et parce que la laïcité est le mode de gouvernance qui défend la raison et le vivre ensemble et les libertés de confessions, elle trouve dans les philosophes et dans les poètes les piliers inéluctables et les soubassements incontournables.
Il n'y a pas de poésie libre et en bonne santé sans une création philosophique libre d'expressions, dans un environnement laïque. On ne peut imaginer une société humaine, équilibrée, saine et rêveuse en l'absence de la leçon philosophique et du texte poétique, sous l'œil éveillé d'un arsenal judiciaire laïque. La philosophie est le temple de la raison et de la morale, la poésie est la gardienne de l'esthétique et de la langue, et la laïcité est le sage veilleur de la citoyenneté. La poésie, comme la philosophie, comme la laïcité, sont les annonciateurs de la fin de l'ère de la révélation.
Ainsi, nous instruisent sur les chemins pour l'adhésion à l'ère de l'intelligence, de la communication, de la productivité et de la concurrence décente. Une société qui célèbre la création poétique et croit en la raison philosophique et milite pour une vie politique basée sur la laïcité est une société capable d'aller vers l'autre.
Capable de respecter et d'intégrer le "vivre ensemble" en paix et en harmonie dans nos différences mutuelles !
Et en cette journée internationale de la philosophie, il faut reconnaître que le chemin est encore long pour la philosophie, la poésie et la laïcité ! Mais tout est possible.
A. Z.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.