Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Clémentine de Misserghine a soif
ORAN
Publié dans Liberté le 29 - 11 - 2020

Jusqu'aux années 1980, la région de Misserghine, daïra de Boutlelis, située à l'ouest de la ville d'Oran, était connue pour abriter d'immenses orangeraies produisant la célèbre "Clémentine sans pépins".
C'est une variété qui est née à Misserghine baptisée ainsi au nom de frère Clément, de la congrégation du Saint-Esprit, qui était chef des pépinières de l'orphelinat agricole à la fin du XIXe et début du XXe siècle. La Clémentine, qui est le produit du croisement entre l'orange et la mandarine, est considérée comme un fruit de haute qualité.
Depuis les années 1990, la superficie des orangeraies s'est beaucoup rétrécie, et ces derniers temps, les fellahs tentent de redresser la barre, mais les obstacles n'en finissent pas. "Le problème de l'eau nous empoisonne. Misserghine est connue pour ses eaux douces, mais la consommation abusive et la sècheresse ont tout gâché", confie un jeune fellah de la région.
D'autres soulèvent la problématique de la vente en quantités industrielles de l'eau de source de Misserghine qui affecte sérieusement la nappe phréatique. Du coup, les autorisations pour creuser des puits sont à l'arrêt pour les fellahs de la région. Résultat : en quelques années, la superficie des terres réservées à la culture de la Clémentine a baissé de plus de 700 hectares à 370 hectares.
L'eau n'est cependant pas la seule cause de ce recul. "Le foncier agricole a été dilapidé au bénéfice de l'urbanisme et l'auto-construction. Le béton avale tout sur son passage. Des terres de haute valeur ont ainsi été sacrifiées", poursuit notre interlocuteur.
De fait, la poignée de fellahs (une association d'une vingtaine d'agriculteurs) qui continue d'y croire a tenté de labelliser le produit, mais beaucoup d'obstacles se dressent sur le chemin. Ils continuent tout de même d'espérer des jours meilleurs et un soutien de l'Etat, notamment des services agricoles de la wilaya d'Oran.
Les fellahs de Misserghine et de Boutlélis commenceront la cueillette de la Cémentine à la mi-décembre prochain, et les prévisions de la récolte sont de l'ordre de 180 à 260 q/ha avec une production annoncée de 22 840 qx. Une quantité qui aurait été autrement plus importante si la culture de la Clémentine avait bénéficié d'une plus grande attention des pouvoirs publics.

Noureddine BENABBOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.