Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    Chanegriha supervise un exercice tactique avec munitions réelles    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    Djerad aux walis: Les actes d'urbanisme doivent être délivrés dans les délais    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Sahara Occidental : la décision de Trump en cours d'examen    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    CR Belouizdad: Méforme ou accident de parcours ?    Tournoi de l'UNAF - U17: Victoire logique de l'Algérie face à la Libye    Première phase de vaccination contre la Covid-19: 124.000 personnes ciblées    Réalisés pour parer à l'informel: 21 marchés «parisiens» désertés depuis plusieurs années    Aïn El Turck: Une tentative de construction illicite avortée    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    7 longues années d'attente    Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    Session de formation aux métiers de l'export    Prolongation de mandat    Enquête    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Principes et autres considérations    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réflexion sur les violences faites aux femmes
Campagne digitale "20 Nadhra"
Publié dans Liberté le 30 - 11 - 2020

Initiée par la coopérative culturelle "Dima cinéma", cette campagne qui s'étalera jusqu'au 18 décembre proposera des conversations, notamment sur la production et la diffusion des images sur les violences : la question de l'éthique au centre de la discussion", des expositions photos et des ateliers.
Après la campagne de solidarité contre les féminicides sur les réseaux sociaux, initiée par des actrices algériennes ; d'autres initiatives ont été lancées pour sensibiliser et dénoncer toutes ces violences. Parmi ces nobles entreprises, nous retrouvons la campagne digitale "20 Nadhra", première étape du projet "Remchet 3in", qui porte sur les représentations des violences faites aux femmes à l'image.
Organisée par la coopérative culturelle "Dima cinéma", depuis le 26 novembre, et ce, jusqu'au 18 décembre, les internautes pourront découvrir des conférences, des expositions de photographies ainsi que des ateliers. Dans la présentation, les organisateurs ont indiqué que : "La violence est un générateur d'émotions fortes, et à l'heure où les violences faites aux femmes font débat en Algérie, il nous apparaît important, en tant qu'acteurs culturels et professionnels de l'image, d'interroger ces représentations".
Dans la perspective d'"encourager la réflexion sur les images qu'on produit ou que l'on diffuse", "Dima cinéma" s'est associée avec La Maison d'Axxam-N-Daa Ali, l'agence Rhizome, l'agence Wodjooh et le réseau Wassila. Ces partenaires se sont donné pour objectif d'encourager, entre autres, "à la création de contenus artistiques éthiques dans le respect de la dignité des personnes représentées".
À cet effet, ils proposent sur la page Facebook "20 Nadhra", une réflexion interdisciplinaire "essentiellement basée sur l'image et sur la violence comme force d'inspiration artistique", et ce, "en confrontant l'univers de plusieurs artistes et acteurs, durant trois semaines de campagne digitale".
Pour la première de ce projet, il a été diffusé le court-métrage Safia, une histoire de femme, de Habiba Djahnine. Synopsis : Safia est victime de violence conjugale, elle décide de se prendre en main et de déposer plainte contre son mari. Alors, elle demande le divorce qu'elle peine à obtenir. Ici se déroule un témoignage poignant d'une femme déterminée. Suite à cette diffusion, s'est tenue en direct une conversation autour de "Produire et diffuser des images sur les violences : la question de l'éthique au centre de la discussion".
Animée par Habiba Djahnine (réalisatrice, poète et programmatrice de films), Wiame Awres (militante féministe), et modérée par Salima Tenfiche (chercheuse, doctorante et chargée de cours en études cinématographiques à l'Université de Paris), les conférencières sont revenues, notamment sur le film de Djahnine et le site féminicides-dz.com de Wiame Awres et Narimane Mouaci.
Durant une heure, les intervenantes ont réagi sur diverses interrogations portant sur la responsabilité et l'éthique de ceux qui produisent et diffusent des images consacrées aux violences faites aux femmes.
Tout en apportant des réflexions sur nombreuses interrogations : faut-il montrer les corps ? Les blessures ? Et faire entendre les souffrances ? Ou alors faut-il montrer ces souffrances différemment ? De rendre visible l'invisible ? Et de s'interroger, ainsi sur le statut de victime, la nécessité de parler de cette question, et ce, "tout en réussissant à garantir la dignité, le respect des victimes et les effets de la diffusion de ces images sur elles".
À noter que la vidéo est toujours disponible sur la page de "20 Nadhra".

H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.