La "liste ouverte" pour contrer la "chkara"    L'Algérie "tenace face aux ennemis d'hier et d'aujourd'hui"    7 longues années d'attente    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Tournoi de l'UNAF (U17): entame réussie pour les Verts    Mondial 2021 de handball. Portugal 26 – Algérie 19 : Réaction encourageante du sept national    Barca : Lionel Messi ne sera pas lourdement sanctionné !    Saisie de 376 millions de centimes en faux billets à Annaba    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Prolongation de mandat    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Enquête    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    LA TRITURE    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens
Pénurie de médicaments
Publié dans Liberté le 03 - 12 - 2020

La pénurie des médicaments en Algérie est liée à la propagation de la Covid-19, explique, dans un communiqué publié hier, l'Association des distributeurs de produits pharmaceutiques (Adpha), précisant que les informations relayées par des syndicats de pharmaciens, selon lesquels, le nombre de médicaments manquant dépasse 300, sont erronées.
En réponse aux informations publiées par des médias, concernant la rareté des médicaments, dans lesquelles, les distributeurs sont accusés d'en être à l'origine, l'Adpha "tient à porter à l'opinion publique que le nombre exact de médicaments manquant ne dépasse pas 100", lit-on dans le communiqué, qui ajoute que la vraie raison de cette rareté est "la forte propagation de la pandémie qui a engendré une augmentation significative de la demande de certains produits, d'une part, et des perturbations dans l'approvisionnement du marché mondial des matières premières et des perturbations enregistrées dans les moyens de transport, d'autre part".
Accuser les distributeurs d'être à l'origine de cette pénurie ou d'en avoir bénéficié, poursuivent les rédacteurs du document, "porte un grand préjudice à leur égard, car en plus des patients, ils sont aussi des victimes de cette situation, et ce, surtout avec les pressions supplémentaires qui leur sont imposées qui, de surcroît, augmentent la difficulté d'exercer leur métier dans ces conditions de santé exceptionnelles", justifie l'Association des distributeurs de produits pharmaceutiques. Pour l'Adpha, "la multiplication de ces déclarations malveillantes entraînera une augmentation de la crainte des citoyens, en particulier des personnes atteintes de maladies chroniques, du risque de perdre l'accès à leurs médicaments, ce qui les poussera à effectuer des stockages préventifs, et à l'élargissement de ces pénuries à d'autres produits".
Dans son document, l'Adpha déplore, par ailleurs, que ces informations, qui visent "des objectifs syndicaux", soient relayées en pleine crise sanitaire.
Condamnant l'"acte", l'Association plaide le "dialogue". "Vouloir instrumentaliser cette rupture de certains produits en lançant une campagne médiatique visant à atteindre des objectifs syndicaux en pleine pandémie et au détriment de la santé des citoyens, de la réputation des sociétés de distribution et de fabrication de médicaments est un acte condamnable qui doit cesser et être plutôt remplacé par un dialogue responsable entre toutes les parties concernées sous le patronage du ministère de l'Industrie pharmaceutique", affirme l'Adpha.
K. Benamar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.