Manchester City: Guardiola chipe un record à Mourinho    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un accord au forceps
L'OPEP+ décide d'augmenter la production
Publié dans Liberté le 05 - 12 - 2020

L'accord d'avril 2020 a été révisé et modifié, notamment ses dispositions concernant les niveaux de baisse de production.
Après quatre jours de négociations tendues et complexes, l'Opep+ a finalement trouvé, jeudi 3 décembre au soir, un accord portant sur l'augmentation de la production pétrolière de 500 000 barils par jour à compter du 1er janvier 2021.
Ainsi, en vertu de cet accord, les membres de l'alliance (Opep+) s'engagent à faire passer le volume de pétrole retiré du marché de 7,7 millions de barils par jour (actuellement ) à 7,2 millions de barils par jour au 1er janvier prochain.
Ils ont, par ailleurs, convenu de se retrouver tous les débuts de mois à partir de janvier afin "d'évaluer les conditions du marché et de décider des ajustements de la production pour le mois suivant".
Ils pourraient ainsi augmenter, chaque mois, la production de 500 000 barils par jour, si le marché le permettait, jusqu'à atteindre 2 millions de barils par jour, un volume optimal souhaité par plusieurs producteurs.
Cette mesure de relèvement de la production est "l'aboutissement d'une réflexion formulée par trois pays", participant aux négociations à savoir "l'Algérie, l'Azerbaïdjan et le Koweït", selon le ministre de l'Energie et président en exercice de l'Opep, Abdelmadjid Attar.
Il s'agit là d'un compromis entre, d'un côté, les pays qui souhaitaient prolonger les réductions actuelles et ceux qui voulaient suivre les marches du calendrier arrêté après d'âpres négociations en avril 2020, et qui prévoyait l'abaissement du volume de pétrole retiré du marché à 5,8 millions de barils au 1er janvier.
Les négociations ont ainsi abouti à des solutions de type "couper la poire en deux". L'Opep+ a-t-elle, pour autant, abandonné l'accord d'avril 2020 ? Ce dernier a été, en fait, révisé et modifié en profondeur, notamment ses dispositions concernant les niveaux de baisse de production.
Selon cet accord, la production devrait être réduite de 7,7 millions de baril par jour (bpj) en août pour se maintenir à ces niveaux jusqu'en décembre 2020. Il prévoyait ensuite une diminution de 5,8 millions de bpj de janvier 2021 à avril 2022, date d'expiration de l'accord.
Il faut dire que l'Opep et ses partenaires s'étaient imposé des quotas d'un niveau sans précédent dans l'industrie pétrolière dans le cadre de cette entente.
Aujourd'hui, l'alliance a décidé de relâcher cet effort pour aborder l'année 2021 avec l'objectif clair de rouvrir les vannes, en espérant que les vaccins contre la Covid-19, mis au point par certains laboratoires, permettront de redonner confiance aux marchés et, partant, de faire remonter les prix de l'or noir.
Cependant, cet optimisme doit être tempéré par une bonne dose de réalisme, car, la production de pétrole risque d'augmenter fortement, en 2021, avec de gros volumes de brut en provenance de Libye et d'Iran, une donnée endogène (autrement dit en interne) dont l'Opep+ devra tenir compte.
La production libyenne est repartie en flèche depuis octobre. Elle a désormais dépassé le million de barils par jour. Par ailleurs, à moyen terme, une politique américaine plus souple vis-à-vis de l'Iran, après l'élection du candidat démocrate Joe Biden, pourrait faire revenir sur le marché des centaines de milliers de barils par jour.

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.