Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Ould Kaddour dans le collimateur    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des capacités d'exportation à améliorer
Zone de libre-échange africaine
Publié dans Liberté le 07 - 12 - 2020

La Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), dont le lancement effectif est prévu début 2021, constitue pour l'Algérie un choix "stratégique", a réaffirmé avant-hier le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, en appelant à davantage d'efforts pour régler les questions en suspens.
Certes, le libre-échange est un prérequis au développement d'une économie de marché. Mais l'Algérie est-elle prête à faire appliquer le libre-échange dans le commerce de tous les produits avec les Etats africains, alors qu'elle ne dispose pas de capacités de production suffisantes ?
Le pays, ayant toujours favorisé une stratégie basée sur les hydrocarbures, n'est pas arrivé à développer ses capacités de production de services ou de produits facilement exportables.
De même, il n'a pas réussi à créer des passerelles avec les pays d'Afrique en vue d'améliorer ses exportations et se positionner comme un acteur clé dans la sphère économique et commerciale du continent. Cependant, il existe un potentiel important d'expansion du commerce sur le continent, qui pourrait être développé.
Avec un marché de 1,2 milliard de consommateurs, représentant, en valeur, 3 000 milliards de dollars et un produit intérieur de 2,5 milliards de dollars, les potentialités et les capacités économiques de l'Afrique peuvent connaître une exploitation optimale grâce aux flux commerciaux intracontinentaux qui pourront avoisiner les 52% au lieu du taux actuel, qui ne dépasse pas 16%.
Par ailleurs, le développement du commerce interafricain contribuera au développement des chaînes de valeurs régionales, de l'industrialisation et de la création des opportunités d'emploi.
Ces perspectives restent toutefois liées au rythme de mise en œuvre des plans de démantèlement tarifaire dans les pays d'Afrique. Le démantèlement tarifaire progressif entre les Etats africains, à hauteur de 90% de positions tarifaires, est prévu sur 5 ans.
Il donnera la priorité aux entreprises africaines afin de répondre aux besoins croissants du marché continental et de profiter de ses avantages. Le fait est que l'Algérie risquerait de perdre au change, exactement comme cela se passe avec l'Union européenne, parce qu'elle ne dispose pas d'une offre de produits exportables suffisamment étoffée.

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.