Le consensus impossible?    Atteinte à la vie privée des enfants: Des télés privées menacées de poursuites judiciaires    Exportation des hydrocarbures: L'Algérie a perdu 10 milliards de dollars en 2020    ANSEJ, JEUNES, EMPLOIS ET PERIMETRES POIGNANTS    Le président du CNES: Pour un contrôle effectif des politiques publiques    Football - Ligue 1: Duels des extrêmes à Tlemcen et Alger    ASO Chlef: Nadir Leknaoui en renfort    MO Béjaïa: L'ère Mourad Karouf commence    Constantine: 20 policiers morts du Covid-19 dans la région Est    Tizi-Ouzou: Un mort et trois blessés dans une explosion de gaz    Examens nationaux: Près de 2 millions d'élèves inscrits via la plateforme du ministère de l'Education    Dans un appel téléphonique à Tebboune: Macron propose de reprendre le travail sur les dossiers en commun    Aït Ali promet un nouveau cadre juridique    Ce que propose l'UGTA    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    Le refus de repentance de la France envers l'Algérie est "inquiétant"    Real : Le titre, Benzema y croit à mort    Chelsea : Tuchel attendu mardi à Londres    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Le nouveau directeur de l'éducation installé    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Un juge face à ses pairs    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La justice se déjuge    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Zlecaf, un choix "stratégique pour l'Algérie"
Selon Abdelaziz Djerad
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 12 - 2020

Le Premier ministre, AbdelazizDjerad, a réaffirmé, hier, que la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), dont le lancement effectif est prévu début 2021, constituait pour l'Algérie "un choix stratégique", appelant à "davantage d'efforts pour aplanir les difficultés qui persistent et régler les questions en suspens".
Le Premier ministre, AbdelazizDjerad, a réaffirmé, hier, que la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), dont le lancement effectif est prévu début 2021, constituait pour l'Algérie "un choix stratégique", appelant à "davantage d'efforts pour aplanir les difficultés qui persistent et régler les questions en suspens".
Dans son allocution aux travaux de la 13e Session extraordinaire de la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA) tenus en visioconférence, M. Djerad a déclaré que "pour l'Algérie, la Zlecaf est un choix stratégique, exigeant une conjugaison des efforts pour aller de l'avant dans la concrétisation des objectifs de développement de notre continent et de nos pays, et la consolidation de la paix et de la sécurité, étroitement liée aux progrès du développement économique". Le Premier ministre a estimé que "l'avancement" réalisé aujourd'hui dans l'activation de la Zlecaf, dont le lancement sera effectif à partir de janvier 2021 avec le début des échanges de marchandises et de services, sans restrictions entre les pays membres, "nous incite à consentir davantage d'efforts pour aplanir les difficultés qui persistent et régler les questions en suspens". Estimant que ces difficultés et questions
"peuvent impacter l'activation totale de la Zlecaf", M. Djerad a cité, notamment, celles ayant trait aux règles d'origine, aux tarifs douaniers et aux listes d'engagements relatifs au commerce de services. Il a souligné, dans ce sens, "l'adhésion de l'Algérie au consensus enregistré au niveau des instances de négociation, concernant les questions en suspens en lien avec les règles d'origine", assurant que "l'élaboration des offres tarifaires du commerce des biens et des services et des offres préliminaires des secteurs prioritaires pour le commerce de services algérien est en voie de finalisation". "Convaincue de l'importance de la complémentarité économique africaine, l'Algérie a été parmi les premiers pays à ratifier l'accord de création de la Zlecaf, lors de la 10e session extraordinaire du Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement en mars 2018, et a pris part, régulièrement et efficacement, depuis le lancement des négociations en 2016, à toutes les réunions des instances de négociation et à tous les niveaux", a rappelé le Premier ministre.
Et d'ajouter : ''Elle a également donné une dimension importante à ce projet en oeuvrant à la mise en place d'une haute entité chargée de la gestion et du suivi de ce dossier stratégique". Djerad a rappelé, dans ce sens, l'entérinement récemment par le Parlement algérien de l'Accord de création de la Zlecaf, le dépôt des instruments de ratification devant se faire dès le parachèvement des procédures internes. Mettant en en exergue "la vision de l'Algérie tendant à conférer aux infrastructures nationales et projets structurants régionaux un caractère complémentaire et intégré", il a souligné que cette vision "s'inscrit en droite ligne de sa fidélité constante à sa dimension africaine, à ses engagements continentaux et à sa politique de solidarité envers les pays africains". "Des projets qui profiteront, inéluctablement, à la Zlecaf, en ce sens qu'ils garantiront le soutien logistique indispensable, notamment à travers la Transsaharienne Alger-Lagos (Nigeria), le gazoduc entre l'Algérie et le Nigeria, la liaison fibre optique Alger-Abuja et le port de Cherchell, en tant que hub de fret maritime".
Commerce interafricain : une hausse de 16% à 52% à la faveur de la Zlecaf La création de la Zlecaf, a estimé le Premier ministre, "est une opportunité cruciale pour intensifier et développer le commerce interafricain", qui devrait connaître, a-t-il ajouté, "une hausse significative, en sus de la consolidation des objectifs de complémentarité et d'intégration continentales à travers le commerce et l'investissement, deux éléments clé pour le soutien de la croissance et du développement économique durable". "Avec un marché de 1,2 milliard de personnes, d'une valeur de 3.000 milliards USD et un Produit intérieur de 2,5 milliards USD, les potentialités et les capacités économiques de l'Afrique connaîtront une exploitation optimale grâce aux flux commerciaux intracontinentaux qui
devront avoisiner les 52% au lieu du taux actuel, qui ne dépasse pas 16%", a-t-il fait remarquer. Djerad a relevé, également, que "le développement du commerce interafricain contribuera au développement des chaînes de valeurs régionales, de l'industrialisation et de la création des opportunités d'emploi", ajoutant que "le démantèlement tarifaire progressif entre les Etats africains, à hauteur de 90% de positions tarifaires sur 5 ans, donnera la priorité aux entreprises africaines afin de répondre aux besoins croissants du marché africain et de profiter de ses avantages". Au début de son allocution, M. Djerad amtransmis les salutations, les voeux de succès et les félicitations du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au président de la République d'Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa, pour "sa direction clairvoyante de notre organisation continentale et son fort attachement à la relance de l'action commune.
Un attachement qui s'est manifesté par ses efforts inlassables pour l'organisation de deux sommets extraordinaires, en dépit de la conjoncture difficile qu'impose la pandémie de coronavirus à nos pays et au monde entier". Il a également adressé les remerciements au président de la République du Niger, Mahmadou Issoufou, pour "les efforts déployés dans le cadre du mandat qui lui a été confié par notre organisation, pour que le projet de la Zlecaf atteigne cette phase avancée à laquelle nous assistons aujourd'hui". "La tenue de notre Sommet autour de ce thème important, en dépit de la conjoncture que traversent nos pays du fait de la propagation de la pandémie de coronavirus, témoigne d'une véritable volonté d'aller de l'avant dans la concrétisation des nobles objectifs tracés par les pères fondateurs et affirmée par les sommets successifs de l'UA, notamment en ce qui a trait à l'intégration continentale et à la complémentarité économique", a conclu le Premier ministre.
Dans son allocution aux travaux de la 13e Session extraordinaire de la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine (UA) tenus en visioconférence, M. Djerad a déclaré que "pour l'Algérie, la Zlecaf est un choix stratégique, exigeant une conjugaison des efforts pour aller de l'avant dans la concrétisation des objectifs de développement de notre continent et de nos pays, et la consolidation de la paix et de la sécurité, étroitement liée aux progrès du développement économique". Le Premier ministre a estimé que "l'avancement" réalisé aujourd'hui dans l'activation de la Zlecaf, dont le lancement sera effectif à partir de janvier 2021 avec le début des échanges de marchandises et de services, sans restrictions entre les pays membres, "nous incite à consentir davantage d'efforts pour aplanir les difficultés qui persistent et régler les questions en suspens". Estimant que ces difficultés et questions
"peuvent impacter l'activation totale de la Zlecaf", M. Djerad a cité, notamment, celles ayant trait aux règles d'origine, aux tarifs douaniers et aux listes d'engagements relatifs au commerce de services. Il a souligné, dans ce sens, "l'adhésion de l'Algérie au consensus enregistré au niveau des instances de négociation, concernant les questions en suspens en lien avec les règles d'origine", assurant que "l'élaboration des offres tarifaires du commerce des biens et des services et des offres préliminaires des secteurs prioritaires pour le commerce de services algérien est en voie de finalisation". "Convaincue de l'importance de la complémentarité économique africaine, l'Algérie a été parmi les premiers pays à ratifier l'accord de création de la Zlecaf, lors de la 10e session extraordinaire du Sommet des chefs d'Etat et de gouvernement en mars 2018, et a pris part, régulièrement et efficacement, depuis le lancement des négociations en 2016, à toutes les réunions des instances de négociation et à tous les niveaux", a rappelé le Premier ministre.
Et d'ajouter : ''Elle a également donné une dimension importante à ce projet en oeuvrant à la mise en place d'une haute entité chargée de la gestion et du suivi de ce dossier stratégique". Djerad a rappelé, dans ce sens, l'entérinement récemment par le Parlement algérien de l'Accord de création de la Zlecaf, le dépôt des instruments de ratification devant se faire dès le parachèvement des procédures internes. Mettant en en exergue "la vision de l'Algérie tendant à conférer aux infrastructures nationales et projets structurants régionaux un caractère complémentaire et intégré", il a souligné que cette vision "s'inscrit en droite ligne de sa fidélité constante à sa dimension africaine, à ses engagements continentaux et à sa politique de solidarité envers les pays africains". "Des projets qui profiteront, inéluctablement, à la Zlecaf, en ce sens qu'ils garantiront le soutien logistique indispensable, notamment à travers la Transsaharienne Alger-Lagos (Nigeria), le gazoduc entre l'Algérie et le Nigeria, la liaison fibre optique Alger-Abuja et le port de Cherchell, en tant que hub de fret maritime".
Commerce interafricain : une hausse de 16% à 52% à la faveur de la Zlecaf La création de la Zlecaf, a estimé le Premier ministre, "est une opportunité cruciale pour intensifier et développer le commerce interafricain", qui devrait connaître, a-t-il ajouté, "une hausse significative, en sus de la consolidation des objectifs de complémentarité et d'intégration continentales à travers le commerce et l'investissement, deux éléments clé pour le soutien de la croissance et du développement économique durable". "Avec un marché de 1,2 milliard de personnes, d'une valeur de 3.000 milliards USD et un Produit intérieur de 2,5 milliards USD, les potentialités et les capacités économiques de l'Afrique connaîtront une exploitation optimale grâce aux flux commerciaux intracontinentaux qui
devront avoisiner les 52% au lieu du taux actuel, qui ne dépasse pas 16%", a-t-il fait remarquer. Djerad a relevé, également, que "le développement du commerce interafricain contribuera au développement des chaînes de valeurs régionales, de l'industrialisation et de la création des opportunités d'emploi", ajoutant que "le démantèlement tarifaire progressif entre les Etats africains, à hauteur de 90% de positions tarifaires sur 5 ans, donnera la priorité aux entreprises africaines afin de répondre aux besoins croissants du marché africain et de profiter de ses avantages". Au début de son allocution, M. Djerad amtransmis les salutations, les voeux de succès et les félicitations du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au président de la République d'Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa, pour "sa direction clairvoyante de notre organisation continentale et son fort attachement à la relance de l'action commune.
Un attachement qui s'est manifesté par ses efforts inlassables pour l'organisation de deux sommets extraordinaires, en dépit de la conjoncture difficile qu'impose la pandémie de coronavirus à nos pays et au monde entier". Il a également adressé les remerciements au président de la République du Niger, Mahmadou Issoufou, pour "les efforts déployés dans le cadre du mandat qui lui a été confié par notre organisation, pour que le projet de la Zlecaf atteigne cette phase avancée à laquelle nous assistons aujourd'hui". "La tenue de notre Sommet autour de ce thème important, en dépit de la conjoncture que traversent nos pays du fait de la propagation de la pandémie de coronavirus, témoigne d'une véritable volonté d'aller de l'avant dans la concrétisation des nobles objectifs tracés par les pères fondateurs et affirmée par les sommets successifs de l'UA, notamment en ce qui a trait à l'intégration continentale et à la complémentarité économique", a conclu le Premier ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.