Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Ould Kaddour dans le collimateur    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sonatrach réduit ses investissements
Impactée par la crise sanitaire
Publié dans Liberté le 16 - 12 - 2020

Toufik Hakkar a indiqué que les revenus pétroliers de la compagnie nationale s'établiront à " 20 milliards de dollars en 2020. Ce qui correspond à une chute de 40% par rapport à l'exercice 2019".
Du fait de la pandémie de coronavirus, Sonatrach a vu ses dépenses d'investissement "baisser de 8 à 5 milliards de dollars en 2020". C'est ce qu'a déclaré, hier, le P-DG de Sonatrach, Toufik Hakkar, sur la chaîne de télévision Echorouk News. La compagnie nationale des hydrocarbures voit ainsi sa stratégie d'investissement complètement bouleversée en moins d'un an et les objectifs en la matière fixés, il y a deux ans, revus à la baisse.
Sonatrach prévoyait, en effet, de réaliser des investissements estimés à "plus de 59 milliards de dollars dont 45,8 milliards de dollars dans l'exploration et la production, 8,6 milliards de dollars dans le raffinage et la pétrochimie et 2,3 milliards de dollars dans le transport par canalisation".
Toufik Hakkar a, par ailleurs, indiqué que les revenus pétroliers de l'entreprise qu'il dirige s'établiront à "20 milliards de dollars en 2020, ce qui correspond à une chute de 40% par rapport à l'exercice 2019".
Le ministre de l'Energie, Abdelmadjid Attar, affirmait, récemment, que les recettes en devises tirées des hydrocarbures se chiffraient à "14,6 milliards de dollars, à fin septembre dernier, contre 25 milliards de dollars en septembre 2019".
Selon lui, ce recul est dû, d'une part, à la "baisse du volume des exportations de 14%" et, d'autre part, à la "dégringolade des cours du pétrole, atteignant, à fin septembre dernier, 41 dollars/baril contre 65 dollars à la même période de 2019, soit une différence de 24 dollars/baril".
Le P-DG de Sonatrach a, en outre, indiqué que les charges financières de la compagnie ont enregistré, en 2020, une "diminution, variant entre 9 et 6 milliards de dollars".
Ainsi, et à la suite de la politique de rationalisation des dépenses, Sonatrach est parvenue à faire baisser les charges. Mais elle n'a pas réussi à conserver intact le volume d'investissements qu'elle projetait de réaliser.
La compagnie a déjà mis en place une nouvelle direction chargée de mener à bien sa nouvelle stratégie de réduction des coûts et d'optimisation de ses performances.
Elle mise désormais sur l'optimisation et la réduction de ses coûts comme principal enjeu de performance, en particulier dans la conjoncture difficile que connaît actuellement l'industrie pétrolière mondiale, avec des prix de l'or noir en baisse depuis mars 2020.
Il est vrai que les marchés commencent, peu à peu, à reprendre, soutenus par les vaccins contre le Covid-19 mis au point par certains laboratoires. Et que les prix évoluent positivement depuis plus d'une semaine, atteignant la barre symbolique des 50 dollars le baril.
Mais pour Toufik Hakkar, il faut "rester prudent dans le contexte actuel". Le patron de Sonatrach a, dans un autre chapitre, déclaré que l'entreprise continue "d'explorer des opportunités d'affaires à l'étranger".
Il a également affirmé qu'il a fallu "cinq mois de négociations" entre la compagnie nationale des hydrocarbures et la société espagnole Noury pour régler le différend relatif au prix du gaz. Il a, en outre, précisé qu'il existe "20 postes occupés" par des employés dans des bureaux de Sonatrach à l'étranger.

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.