Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le bilan de la pandémie de Covid-19 à 11H00 GMT    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Toujours pas de conclusions    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Incendie au niveau du siège    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    APC d'Oran : Des logements vides mais difficiles à distribuer    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    La pâleur d'une façade    Tournoi de l'UNAF - U17 : Algérie - Tunisie, aujourd'hui à 14 h 30: Les Verts à une marche de la CAN    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sonatrach revoit ses priorités
Le groupe contraint à réduire ses dépenses
Publié dans Liberté le 05 - 07 - 2020

La compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach vient de confirmer des réductions conséquentes dans ses dépenses globales, dans le sillage de la crise que traverse actuellement le pays.
Il y a quelques années, la conjoncture pétrolière et gazière dans le monde était porteuse d'une croissance marquée des investissements destinés à augmenter la production d'hydrocarbures, ainsi que leur transformation en produits pétroliers et pétrochimiques.
Mais l'euphorie n'a pas duré et la conjoncture actuelle du marché n'est pas celle d'il y a dix à douze ans. Les prix se détériorent dans des proportions significatives, ne laissant pas entrevoir une amélioration des investissements dans l'amont pétro-gazier dans le pays.
La réalité prend ainsi le pas sur les prévisions établies avant la crise sanitaire et contraint Sonatrach à revoir l'ordre de ses priorités, opérant des coupes radicales dans ses dépenses, les faisant passer de 14 à 7 milliards de dollars, ce qui est un niveau assez bas.
Dans les années fastes, la compagnie nationale investissait environ 20 milliards de dollars par an dans différents segments du secteur des hydrocarbures. Pour autant, le P-DG du groupe, Toufik Hakkar, se veut rassurant et s'efforce de dissiper les inquiétudes concernant la pérennité de la croissance et les risques inhérents à la crise pétrolière et sanitaire.
S'exprimant tout récemment en marge de la cérémonie de signature de plusieurs accords de coopération avec la compagnie énergétique italienne Eni, Hakkar a ainsi expliqué que certains projets, dont il faut réétudier la réalisation, ont été repoussés dans le temps et que les projets d'exploration et de production jugés importants ont été maintenus.
De son point de vue, la baisse de moitié des dépenses du groupe n'impactera pas l'activité de production. Elle sera compensée par des partenariats, a-t-il soutenu, ajoutant que le fait de travailler en partenariat permet de partager les coûts.
Il serait, cependant, difficile à Sonatrach de pouvoir poursuivre son effort d'optimisation des dépenses, en réduisant de 30% le budget d'exploitation au 31 décembre 2020, sans toutefois compromettre les facteurs de production. C'est en effet un casse-tête difficile à résoudre a fortiori dans une conjoncture où la compagnie manque de ressources et où les partenaires étrangers ne se bousculent pas au portillon.
Principale pourvoyeuse de devises pour l'Algérie, Sonatrach n'a d'autre choix que d'œuvrer à renouveler les réserves du pays en hydrocarbures et de tirer vers le haut la production. Mais entre vouloir l'augmenter et prendre des décisions réalistes, il y a parfois des arbitrages difficiles.
Pour certains experts, dans des circonstances exceptionnelles, il peut s'avérer nécessaire de modifier les objectifs. Dans ses projections d'avant l'épidémie, Sonatrach tablait sur une production cumulée, sur la période 2019-2021, de l'ordre d'un milliard de tonnes équivalent pétrole (TEP), évoluant à un rythme annuel moyen de 3,7%.
Il apparaît que même cet objectif peu ambitieux sera difficile à atteindre. Au chapitre de modernisation et de développement des capacités de raffinage, l'entreprise a mis aussi au point un ambitieux programme d'investissements devant renforcer les capacités actuelles de production des raffineries. Au moins, ce plan ne devrait pas être touché par la cure d'amaigrissement des dépenses d'investissement.

Youcef SALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.