Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Le Spoutnik V a montré une grande efficacité"
Pr Kamel Djenouhat, président de la Société algérienne d'immunologie
Publié dans Liberté le 02 - 01 - 2021

Liberté : Le choix porté par le gouvernement sur le Spoutnik V est-il lié à sa compatibilité avec le système de vaccination national ou y a-t-il d'autres raisons ?
Pr Kamel Djenouhat : Ce qu'il y a lieu de savoir quant aux moyens logistiques et de conservation, c'est que nous n'avons pas opté pour les vaccins qui se conservent à -20 °C à -80 °C. C'est déjà un point rassurant du fait que la conservation entre 2 et 8 °C ne pose aucun souci en Algérie. Ce système de conservation est disponible à travers tout le territoire national.
L'organisation vaccinale ne sera pas différente de celle adoptée par d'autres pays. Sur le plan scientifique, le vaccin russe Spoutnik V a montré une grande efficacité qui, d'ailleurs, est supérieure à celle d'Astra Zeneca ou de tous les vaccins chinois. Elle est de 91,5% et elle avoisine celles de Pfizer-BioNTech et de Moderna.
Comment peut-on présenter ou expliquer les bienfaits du vaccin russe afin de rassurer la population sur les éventuelles contre-indications du traitement en
question ?
Il est important de souligner que l'institut Gamaleya en Russie dispose d'une grande expérience en matière de production de vaccins à base d'adénovirus humain comme vecteur. Gamaleya a d'ailleurs été parmi les premiers laboratoires dont le vaccin anti-Ebola a été approuvé. Pour mieux vulgariser, il faut savoir que le corps humain est habitué à ce type de virus qu'on contracte lors des épisodes de rhume.
Ce virus atténué, qui est dépourvu du gène de reproduction, est donc incapable de reproduire ou de provoquer les signes de la maladie. Ce vaccin transmet l'information aux cellules pour produire la protéine spike S, contre laquelle le système immunitaire va répondre par la production d'anticorps et de cellules T.
Mais qu'offre de plus le Spoutnik V en termes d'efficacité, alors qu'il est qualifié de vaccin classique par rapport aux autres vaccins innovants, tels que celui de Pfizer/BioNTech ou celui d'Astra Zeneca ?
Les autres vaccins, notamment allemand et américain, se basent sur une technologie complètement différente en utilisant des ARN messagers qui pénètrent dans le cytoplasme de la cellule. Alors que le vaccin d'Astra Zeneca est basé pratiquement sur le même principe que le Spoutnik V à l'exception de deux différences principales : la première réside dans le fait qu'Astra Zeneca-Oxford utilise un vaccin adénovirus de chimpanzé comme vecteur et non pas un adénovirus humain.
La deuxième différence réside dans le fait que le même vaccin est utilisé lors des deux doses, alors que le produit russe utilise dans la deuxième dose un adénovirus différent de celui qui a été utilisé lors de la première dose, et cela, pour éviter ce qu'on appelle les interférences immunitaires, c'est-à-dire une réponse immunitaire non souhaitée dirigée contre le virus lui-même, ce qui peut affecter l'efficacité du vaccin.
Aussi, l'efficacité du vaccin Spoutnik V reste supérieure à celle d'Astra Zeneca approuvé par les instances compétentes anglaises (62% pour Astra Zeneca et 91,5% pour Spoutnik V). D'ailleurs, c'est la raison pour laquelle les responsables d'Astra Zeneca ont engagé, tout récemment, un projet de partenariat avec l'institut russe Gamaleya
Comment peut-on réussir une telle campagne de vaccination à grande échelle ?
La réussite de la campagne vaccinale dépend en grande partie d'une bonne campagne de communication et ce, pour expliquer aux citoyens ce qu'est ce vaccin. Il a montré son efficacité dans plusieurs autres maladies, il est très efficace, il l'est à 91,5%, ce qui a largement dépassé le seuil conditionné par l'OMS (supérieur à 50%).
Ses effets secondaires sont acceptables et sont représentés par ceux habituellement observés avec les autres vaccins. Aussi faudra-t-il compter sur le fait que la vaccination anti-Sars-CoV-2 constitue l'unique solution pour en finir avec cette pandémie, en gardant bien sûr au moins pendant quelques mois les mesures barrières. En conclusion, il faut informer le citoyen que cette vaccination est synonyme d'un retour à une vie normale.
Combien d'Algériens doit-on vacciner pour atteindre le niveau d'une immunité collective ?
L'immunité collective sera atteinte si 70% de la population est immunisée par le vaccin ou par la Covid-19. Par conséquent, on doit soustraire, au début du calendrier, la catégorie des personnes âgées de moins de 18 ans et tout le reste est concerné par la vaccination selon un calendrier déjà préétabli par la tutelle.
Il faudra certainement commencer par les populations prioritaires, à savoir le personnel soignant, les sujets âgés et les sujets vulnérables, c'est-à-dire les personnes qui ont des pathologies pouvant être à l'origine de formes sévères de Covid-19 ou celles présentant un grand risque de contracter le
virus.
Quelle est l'organisation vaccinale à même de mener à bien l'opération dans des délais acceptables ?
La réussite de cette campagne est tributaire d'une bonne organisation logistique par rapport à la multiplication du nombre de sites de vaccination avec le respect des gestes barrières.
Une communication claire et transparente organisée par le Comité scientifique de suivi de cette crise ou par le personnel médical habilité en matière de vaccination, via les médias lourds ou à travers des débats, doit impliquer également les associations à caractère social et humanitaire pour une grande adhésion de la population.

Entretien réalisé par : Hanafi HATTOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.