Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Care pointe l'absence de données économiques
Le Think Tank appelle les organismes de sécurité sociale à publier leurs comptes
Publié dans Liberté le 16 - 01 - 2021

Le Cercle d'action et de réflexion pour l'entreprise (Care) met en chantier une série d'articles sur les lacunes du système d'information économique. Le think tank estime que "les lacunes de notre système d'information économique et social figurent sans conteste parmi les tares qui caractérisent le mode actuel du fonctionnement de notre économie".
Le Care, qui n'a eu de cesse depuis très longtemps de dénoncer cette situation, estime que le rattrapage des retards en la matière est une nécessité vitale en ces temps de révolution mondiale des technologies de l'information et de la communication. Dans un communiqué, publié jeudi, le think tank porte le focus sur les données relatives aux institutions en charge de la protection sociale dans notre pays.
Le Care appelle à corriger rapidement une anomalie préoccupante : la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés (Cnas), la Caisse nationale de Sécurité sociale des travailleurs non salariés (Casnos), la Caisse nationale d'assurance chômage (Cnac) et la Caisse nationale des retraites (CNR) ne publient pas leurs comptes. "C'est pourtant une information importante, à laquelle ont droit les millions d'Algériens qui cotisent à ces caisses", estime le think tank.
Ce dernier explique que la publication de comptes annuels permet de voir les cotisations collectées, par secteurs d'activité et par catégories de cotisants, ainsi que l'usage effectif qui en est fait.
"C'est le niveau minimal de la redevabilité envers le public", souligne le Care qui demande "solennellement" à la Cnas, à la Casnos, à la Cnac et à la CNR de rendre publics, sur leur site web, leurs rapports annuels circonstanciés, avec les données essentielles liées à leurs ressources, leurs activités et leurs résultats.
Le think tank note que les comptes annuels des entreprises publiques et privées sont déposés obligatoirement au CNRC qui a pour charge de les rendre accessibles à tous. L'Etat, lui-même, présente à l'Assemblée nationale les données principales concernant son budget annuel, lesquelles font l'objet de publication au Journal officiel.
"Même si on peut regretter les quelques années de retard mis à l'élaborer, une loi de règlement rend compte de manière détaillée des conditions d'exécution de chaque budget annuel", indique le Care.
Le think tank trouve "surprenant que des institutions aussi fondamentales dans la vie de notre pays que la Cnas, la Casnos, la Cnac ou la CNR, qui collectent des cotisations auprès de millions d'Algériens, ne considèrent pas qu'elles doivent à leurs cotisants le minimum de redevabilité que constitue la publication de leurs comptes".
Il ajoute que "par des informations éparses, nous savons que ces caisses sont confrontées à des difficultés sérieuses qui menacent leur équilibre financier". On y apprend que le déficit annuel de la CNR est de l'ordre de 600 à 700 milliards de dinars.
Les finances des autres caisses seraient, elles-mêmes, l'objet de tensions très fortes dont chacun sait qu'elles sont exacerbées autant par le contexte de crise sanitaire que par les difficultés plus récurrentes à collecter des ressources au sein d'une économie gangrénée par l'informel.
"Ces caisses sont des organismes dont la gestion est intimement liée à l'avenir de nos politiques de santé, de notre capacité à accéder à des soins de qualité ou de la garantie concrète de nos retraites futures. La publication régulière de leurs comptes est une nécessité démocratique de premier plan", conclut le Care.

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.