Création de projets: 50% des microcrédits prévus en 2021 au profit des femmes    Algérie Télécom: déploiement de 104 Km de fibre optique à Tamanrasset en 2020    Marché de Tidjelabine : Les prix s'envolent dès le premier jour    Le Liban renoue avec la contestation populaire : «Journée de la colère» au pays du Cèdre    D'amour et de guerre : Une littérature de combat    A l'initiative d'Appel égalité / La place des femmes dans le hirak    USM Alger : Zeghdoud remplace Froger    Face au refus du Maroc d'accueillir l'équipe Algérienne : La CAF tranchera pour un report ou une délocalisation de la CAN-U17    Italie : Ounas victime de propos racistes    Crue de l'Oued Meknassa à Chlef : le bilan s'alourdit à neuf morts    Education nationale : Oudjaout reçoit des représentants de syndicats du secteur    Ramadhan : Les médias appelés à étre responsable dans la sélection des programmes    Femmes, un combat universel    Journée internationale de la Femme : Ouverture d'une exposition d'œuvres artistiques    Cinéma. La 35e édition des prix Goya (Espagne) : Las Niñas (Les filles), meilleur film    Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Match reporté à une date ultérieure    La JSK avec un effectif au grand complet    Joan Laporta, le grand retour    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Fin de la polémique sur les «tarawih»    L'Algérie épuise ses stocks de vaccins    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Tendances instables    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HRW demande une enquête "rapide et impartiale"
Frappe aérienne française dans le centre du Mali
Publié dans Liberté le 23 - 01 - 2021

Trois soldats maliens ont été tués jeudi dans le centre du pays par un engin explosif improvisé attribué aux jihadistes, alors que l'ONG Human Rights Watch a appelé à l'ouverture d'une enquête sur une frappe aérienne française dans le centre du pays qui a tué 19 civils selon des habitants locaux.
Les trois membres de la Garde nationale, l'un des corps de l'armée malienne, ont trouvé la mort quand leur véhicule a sauté sur un explosif entre Koro et Mondoro, près de la frontière avec le Burkina Faso, dans le centre du Mali, un des foyers de la violence polymorphe qui ensanglante le Sahel, ont indiqué deux responsables militaires sous le couvert de l'anonymat. Sur un autre chapitre, l'ONG Human Rights Watch (HRW) a demandé jeudi une enquête "rapide et impartiale" sur une frappe aérienne française dans le centre du Mali qui a coûté la vie à au moins une vingtaine de personnes lors d'un mariage dans le village de Bounti, le 3 janvier. Les autorités françaises et maliennes martèlent que les avions de chasse français ont visé et éliminé des dizaines de jihadistes et qu'il n'y avait ni mariage, ni femmes, ni enfants.
Les "graves allégations selon lesquelles des civils auraient été tués dans des frappes aériennes doivent faire l'objet d'une enquête rapide afin de déterminer la légalité des frappes au regard des lois de la guerre", a déclaré Jonathan Pedneault, chercheur auprès de la division crises et conflits à HRW, cité dans un communiqué. La Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) et l'Association malienne des droits de l'homme (AMDH) ont déjà demandé l'ouverture d'une enquête indépendante.
La coordinatrice au Mali du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), Amy Martin, a également estimé "important que toute la lumière soit faite sur cet événement". Une enquête a déjà été ouverte par la Mission de l'ONU au Mali, la Minusma. Dans ce cadre, des manifestants maliens ont été blessés mercredi après la dispersion d'une marche contre la présence des forces françaises à laquelle ont appelé les dirigeants du collectif formé d'organisations de la société civile, de partis politiques et d'activistes. Selon des médias maliens, plusieurs membres du CNT figurent parmi les organisateurs de ce rassemblement prévu devant le Monument de l'indépendance dans la capitale malienne.
Sur le plan politique, l'ONU signale des "avancées incontestables" dans le processus de la mise en place des organes de transition "mais le chemin reste encore à faire", en pointant du doigt "la détérioration de la situation socioéconomique caractérisée par une multitude de grèves dans les différents secteurs d'activités". Le CNT, installé début décembre 2020, fonctionnera comme une Assemblée nationale, et est chargé de la mise en œuvre de l'accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger.

R. I./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.