Beldjoud préside l'installation du wali de Bordj Badji Mokhtar    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Tribunal de Sidi M'hamed: le procès de l'ancien wali de Blida Mustapha Layadhi reporté au 15 mars    Création d'un groupe d'amitié parlementaire entre l'Ouganda et la RASD    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Des dizaines d'arrestations lors d'une manifestation d'opposition    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    La double confrontation amicale Algérie-Côte d'Ivoire annulée    Denis Lavagne dompte le Mouloudia    Un espace d'accompagnement pour les jeunes    Pour les bonnes réponses, faudrait faire un effort !    Les transporteurs usagers du CW 80 en colère    En raison d'une faible pluviométrie, les appréhensions des agriculteurs    Plus d'un kilo de kif saisi à Terga    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Bendouda relève l'urgence de promulguer un nouveau cahier des charges    Les principales décisions    Athlétisme-LAA : Reprise de la compétition…    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Retour sur les transferts de fonds à destination de l'étranger    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le décret publié au "Journal officiel"    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Ameur Guerrache condamné à 7 ans de prison ferme    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Dar Abdellatif (AARC) : célébration de la journée de la femme    Accès à Internet à Tizi Ouzou : Raccordement de 38 nouvelles localités en fibre optique    L'impératif de former un front interne solide pour protéger le pays contre les ennemies    Grâce à l'augmentation programmée de la production de la station d'El Mactaâ: La SEOR revient à une alimentation en H/24    MC Alger: Lorsque les joueurs font la loi !    Mise en oeuvre des décisions du gouvernement: Tebboune ordonne la création d'un outil de contrôle    Nouvelles souches du coronavirus: Les autorités appelées à plus de fermeté    Un phénomène devenu anodin à Aïn El Turck: Le squat de la chaussée et des trottoirs prend de l'ampleur    Prise en charge des maladies rares: Un «véritable parcours du combattant» pour les patients    Ambassade des Etats-Unis: Du nouveau pour les titulaires d'un «visa de diversité»    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cafouillage paralysant
bataille de prérogatives autour de la gestion des groupes industriels publics
Publié dans Liberté le 27 - 01 - 2021

Alors que l'économie nationale peine à sortir la tête de l'eau, nombre d'entreprises publiques connaissent des impasses managériales. La guerre des prérogatives rend ardus les arbitrages entre différents secteurs.
Confronté aux graves difficultés que vivent les grands groupes industriels publics, le premier responsable du département de l'Industrie, Ferhat Aït Ali, serait en butte à des résistances au niveau de certaines sociétés et serait prisonnier de certaines lois héritées du temps où Ahmed Ouyahia était à la tête du gouvernement. Cela fait des semaines que le ministre de l'Industrie tente de changer certains dirigeants de groupes publics. Mais selon nos informations, la tâche est ardue. Parfois même délicate.
L'exemple du président du groupe Elec El-Djazaïr est éloquent. Sur décision du ministre, une réunion du conseil d'administration avait décidé de remplacer Kinane Djaouadi Djilali par Mustapha Ferfer à la tête du groupe en question. Pendant des semaines, ce groupe public, qui compte dans son portefeuille l'Eniem, l'Enie ou encore Electro-industrie, était "géré" par deux responsables.
La raison ? En l'absence de l'aval du représentant du Premier ministre, le procès-verbal de la réunion du conseil d'administration n'a pas été validé. Le groupe s'est donc retrouvé avec un P-DG démis de ses fonctions et un nouveau qui n'était pas officiellement installé.Il a fallu l'urgence de régler le cas de l'Entreprise des industries de l'électroménager (Eniem) de Tizi Ouzou pour que Mustapha Ferfer soit installé dans ses fonctions, la désignation des P-DG des filiales devant être officiellement installés par les présidents des groupes.
Le cas d'Elec El-Djazaïr n'est pas isolé. La situation du groupe Algerian Chimical Society (ACS) est encore plus problématique. Un conseil d'administration réuni il y a quelques semaines a décidé de remplacer l'actuel P-DG, Abdelghani Benbetka, à la tête de ce groupe qui englobe entre autres l'industrie chimique (peintures, industries plastiques, détergents...) et pharmaceutique, dont les groupes Saidal et Socothyd. Mais le représentant du Premier ministre a refusé de parapher le document pour des raisons inexpliquées.
Un nouveau responsable a été formellement désigné par le ministère. Abdelghani Benbetka aurait cependant refusé de quitter ses fonctions tant que le PV d'installation du nouveau P-DG n'est pas encore validé par les services du Premier ministère.
Ce dernier s'appuie, dans cette démarche, sur une circulaire signée en 2018 par l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia obligeant les ministres de l'Industrie à demander l'aval du Premier ministre avant d'opérer un quelconque changement à la tête des holdings.
Il s'agissait, pour l'ancien responsable, d'éviter les changements qui s'opéraient à la tête de ces groupes publics selon le bon vouloir des ministres qui semblaient avoir tendance à changer les responsables sans motifs économiques. Mais cette note est devenue une source de blocage pour l'actuel ministre.
Ainsi, à l'occasion de la crise qu'a connue récemment l'entreprise de Matériel de gerbage et de manutention de Constantine (German), le député du FJD, Lakhdar Benkhellaf, a révélé au quotidien El Watan que le ministre de l'Industrie avait des difficultés avec les P-DG des groupes publics.
"Le ministre nous a affirmé qu'il demande depuis une année au holding de lui fournir des rapports de situation sur l'entreprise German, mais il n'a rien reçu", a révélé le député de Constantine, citant le ministre avec qui il avait eu des entretiens quelques jours auparavant. "Ces groupes ont été créés durant une certaine période avec une mission bien définie au profit de la îssaba ; ils n'en font qu'à leur tête", a indiqué le parlementaire qui précise même que "malheureusement, il n'a rien pu faire à cause d'une vieille note d'Ouyahia", qui a désigné ces chefs de holdings en les protégeant, selon lui, par des textes de loi les rendant comptables seulement devant le Premier ministre.
Des éléments probants indiquent que le ministre connaît des difficultés avec d'autres dirigeants d'entreprises ou de groupes publics. Mais en l'absence de communication officielle, on ignore les raisons qui ont poussé les services du Premier ministre à ne pas valider les décisions du ministre de l'Industrie qui, indique-t-on, a pourtant écrit des courriers destinés à Abdelaziz Djerad. Mais point de réponse. Tout comme nos tentatives de joindre certains des groupes concernés et les services du ministre de l'Industrie qui n'ont pas abouti.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.