Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boukadoum souligne les positions de l'Algérie
Dialogue interlibyen et crise au Mali
Publié dans Liberté le 24 - 02 - 2021

L'Algérie pourrait reprendre la main dans ce dossier. Naturellement, par ses positions de principe et sa proximité avec la Libye, elle est appelée à passer à l'offensive diplomatique.
Une visite des membres de la nouvelle autorité exécutive en Libye est prévue en Algérie, a indiqué hier le ministre des Affaires étrangères Sabri Boukadoum, en affirmant s'être entretenu par téléphone à ce sujet avec le Premier ministre de l'autorité exécutive intérimaire libyenne, Abdelhamid Dbeibah, le vice-président du conseil présidentiel libyen, Moussa Al-Kouni, et le président du conseil présidentiel libyen, Mohamed El-Menfi.
Dans une déclaration à la chaîne France 24, M. Boukadoum est revenu sur les recommandations issues des réunions des membres du Forum de dialogue politique inter-libyen portant sur la formation d'une autorité exécutive et la tenue d'élections parlementaires et présidentielle, en soulignant qu'elles avaient été évoquées et soulignées depuis bien longtemps par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune.
"Le président de la République Abdelmadjid Tebboune avait mis l'accent, depuis le début, sur la nécessité de résoudre la problématique de la légitimité des dirigeants en Libye et tenir des élections générales", a-t-il affirmé, précisant que "ce sont les mêmes recommandations qui ont sanctionné les travaux des membres du Forum de dialogue politique inter-libyen (tenus en novembre à Genève NDLR), qui ont convenu de la tenue d'élections générales, le 24 décembre 2021". "En fait, les orientations qu'avait données, depuis bien longtemps, le président de la République aux parties libyennes ont été bel et bien adoptées au final", a ajouté M. Boukadoum.
Pour rappel, les belligérants libyens avaient réussi, début février courant dans le cadre du Forum de dialogue politique tenu à Genève sous les auspices des Nations unies, à choisir une nouvelle autorité exécutive (gouvernement) qui se chargera de diriger le pays jusqu'aux prochaines élections. Concernant la situation au Mali, M. Boukadoum a affirmé que l'Algérie avait initié plusieurs démarches pour accompagner le peuple malien dans la mise en œuvre de l'accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger.
Le comité de suivi de la mise en œuvre de l'accord s'est récemment réuni à Kidal (nord du Mali), sous l'égide des autorités maliennes, des années après la signature par les parties libyennes de ce document, a-t-il ajouté précisant qu'"il s'agit d'un nouveau pas d'une extrême importance", en ce sens qu'il permet d'impulser la mise en œuvre des clauses de l'accord.
"L'Algérie suit de plus près les derniers développements au Mali", a souligné le chef de la diplomatie algérienne, ajoutant que son rôle consiste, sur instructions du président de la République, en le rétablissement de la confiance entre les parties signataires de l'accord, ce qui est tout aussi important pour la sécurité de l'Algérie. L'occasion était pour le ministre de rappeler l'attaque terroriste ayant ciblé le consulat d'Algérie à Gao, dans le nord du Mali, laquelle a coûté la vie au consul général et au vice-consul.
Il est à noter que la réunion du comité de suivi de la mise en œuvre de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger, qui s'est tenue pour la première fois dans la ville de Kidal, dans le nord du Mali, a été saluée par toutes les parties concernées, y compris les Nations unies, qui ont estimé que cette réunion historique constituait un "nouveau départ ayant contribué au renforcement de la confiance" entre les parties signataires de l'accord, à même de faire avancer la mise en œuvre de ses clauses de manière à rétablir la paix dans le nord du pays.

R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.