Man City : De Bruyne, Guardiola n'est pas rassuré...    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Milan AC : Trois nouvelles pistes en attaque    Vers l'adaptation du système LMD au marché de travail    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Le gouvernement allège la procédure    350 millions de dinars mobilisés    «Pour un baril à 100 dollars, il faudra d'autres chocs»    Sonatrach réplique aux accusations de Petroceltic    Recensement des dossiers en suspens    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    Présidentielle et législatives en février 2022    La libération des détenus d'opinion réclamée    Moins nombreux, mais toujours déterminés    SOUS LA PLUIE, LE HIRAK    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    (12e journée)    Le MJS promet de prendre en charge la reconversion    Rejet des recours introduits    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Plus de 9 600 tonnes de pomme de terre déstockées    Sit-in des citoyens devant la résidence du wali    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Saisie de viande blanche avariée    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Bouira : Le protocole sanitaire oublié    ABUS DE POUVOIR    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    Du 18 avril au 18 mai célébration du mois du patrimoine    Opéra d'Alger : Des Ateliers de danses traditionnelles et de musique arabo-andalouse    Retard dans le versement des salaires: Grève et protestation des enseignants    Aïn Defla: Carambolage entre 34 véhicules, huit blessés    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Manifs et manips    Elle s'appele Elizabeth Moore Aubin    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    Place au carré se dessine    Le Hirak perd son inspiration    Garder son numéro en changeant d'opérateur    L'entente cordiale    Le processus électoral est inéluctable    Une situation explosive au Sahel    Quand la jeunesse répond présent    Initiation des enfants aux arts    Des films algériens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La marche des étudiants empêchée
Plusieurs manifestants ont été arrêtés par la police
Publié dans Liberté le 24 - 02 - 2021

Tôt dans la matinée d'hier, l'impressionnant dispositif sécuritaire déployé sur Alger présageait une journée mouvementée pour les étudiants qui ont été nombreux, la veille, à appeler à la marche.
Ils avaient déjà participé à la marche du 22 février pour marquer le deuxième anniversaire du Hirak, mais ils tenaient à ressortir le mardi pour rappeler que les étudiants ont constitué une part indéniable de cette révolution pacifique et ont payé un lourd tribut fait d'interpellations et d'emprisonnements.
Vers 11h30, au niveau du TNA d'où devait s'ébranler la marche, la police a encerclé le premier groupe d'étudiants qui a donné le top départ de la marche, les empêchant, ainsi, d'avancer.
Une autre vague d'étudiants a entamé sa manifestation depuis la place Emir-Abdelkader appuyée, cette fois, par de nombreux citoyens qui sont venus leur prêter main-forte. Et là, un rempart de deux rangs de policiers n'a pas hésité à charger les étudiants, et ainsi, réprimer la marche avec violence.
Le premier cordon leur barrait le chemin menant vers la Grande-Poste et le second les empêchait d'atteindre l'avenue Pasteur pour rejoindre la Fac centrale. Les étudiants ont, malgré tout, réussi à passer entre les mailles du filet pour rejoindre la place Audin en scandant à tue-tête : "Daoula madania, machi âaskaria" (un Etat civil et non militaire) ou encore "Istiqlal, Istiqlal" (Indépendance).
Mais c'était sans compter sur l'acharnement des éléments de la police qui ont même eu recours à la BRI. Vers 14h, un groupe d'étudiants a tenté de rejoindre la Grande-Poste et la Fac centrale. En vain. La police s'est acharnée sur eux à coups de matraque tout en les poursuivant jusqu'à Tafourah. "Rien n'a changé, le comportement de la police est toujours le même.
Je me souviens encore que lorsque nous marchions les vendredis, il ne se passait rien, mais les mardis, c'est comme si l'Algérie avait changé de visage...", nous déclare cet étudiant qui, sans achever sa phrase, prend ses jambes à son cou se voyant poursuivi par la police.
Coups de matraque, insultes et interpellations ont été le lot des étudiants qui ont tenté de résister, mais ont fini par se disperser.

Nabila SAIDOUN


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.