Conflit au Sahara occidental : le Conseil de sécurité opte pour l'inaction    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Emouvantes obsèques de la moudjahida Annie Fiorio-Steiner à Alger    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"
Abderrahmane Benkhalfa, expert financier
Publié dans Liberté le 08 - 03 - 2021

Il faut mettre le paquet sur les réformes bancaires. Mais pas seulement. Pour l'ancien ministre des Finances et expert financier, Abderrahmane Benkhalfa, une rupture avec le mode de financement de notre économie est nécessaire.
Joint, hier, par téléphone, l'ancien ministre des Finances constate que le marché financier est quasiment inexistant."Nous avons l'une des plus petites Bourses d'Afrique", a déploré l'envoyé spécial de l'Union africaine, plaidant pour un plan d'urgence.
"Il faut qu'il y ait plusieurs acteurs. Les grandes entreprises doivent rejoindre le marché financier", a-t-il suggéré. Plus globalement, l'expert financier a insisté sur l'urgence d'un traitement structurel des dysfonctionnements de l'économie, qui affaiblissent le dinar, l'investissement et l'attractivité de l'économie algérienne, non seulement pour les investisseurs nationaux mais également internationaux.
"Nos transactions ne sont pas basées sur une valeur concurrentielle. Les salaires sont en décalage. Le taux d'intérêt n'est pas le taux d'intérêt des ressources du marché et la parité du dinar n'est pas encore celle du marché", explique Abderrahmane Benkhalfa.
"Il faut remettre de la valeur pour que les automatismes économiques commandent les marchés. Les marchés et l'économie ne peuvent pas se suffire d'ordres administratifs ni de lois", estime-t-il.
L'ancien ministre des Finances juge le rythme de la réforme bancaire "lent". Mais, souligne-t-il, "parce qu'il exige un assainissement des portefeuilles et la rénovation complète du mode de gouvernance des banques publiques".
Selon lui, il faut séparer les financements de marché et les financements qui ne sont pas complètement de marché. Interrogé sur le dernier communiqué de la Banque d'Algérie, l'ancien ministre des Finances indique que celui-ci photographie une situation déjà connue, aggravée par l'inactivité partielle dans le monde et en Algérie durant l'année 2020.
Il pointe un recul des dépôts et de la liquidité par rapport aux années antérieures. La Banque d'Algérie relève, également, la circulation fiduciaire hors banques qui a augmenté. Benkhalfa souligne la nécessité de poursuivre "le processus d'inclusion bancaire et fiscale à large échelle avec une continuité".

M. RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.