Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    JM/lutte féminine: Soudani Mestoura en demi-finale    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    Crise alimentaire: la FAO appelle à des mesures urgentes    JM: les podiums de la 2e journée    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    Face aux séismes    Lorsque la consommation domestique menace l'exportation: Déperdition énergétique et gaspillage    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le terroriste Benhalima révèle la structure organisationnelle de " Rachad ", ses sources de financement et ses relations avec le " MAK "    Riga débarque    Le club otage des forces occultes    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



USMA-JSK... la grande affaire
Publié dans Liberté le 10 - 10 - 2005

Ce qu'il y a d'épatant chez mes compatriotes c'est qu'on peut les occuper avec n'importe quoi ? Il leur faut leur actualité — leur “débat”, disent les plus cultivés d'entre nous — qu'importe de quoi sera-t-elle faite. De la paix qui, miraculeusement, surgira de quelques lois et décrets, d'un plébiscite qui tient plus de la farce que du vote, d'un conflit de sérail qui aura raison de leur mal-aimé de la pertinence doctrinale de “la prière de l'éclipse”.
Les Algériens branchés peuvent même se passionner d'un conflit de sérail qui, escomptent-ils, aura raison du plus antipathique des deux protagonistes. Ils n'ont pas encore digéré la leçon de l'épique et douçâtre mutinerie de Benflis. Ces jours-ci, ce sont Ouyahia et Belkhadem qui font les frais de nos amers ressentiments : qui des deux pourra nous offrir le scalp de l'autre ?
Nos songes comme nos causeries se nourrissent d'imaginaires péripéties et de non-évènements ?
Et plus l'incident est insignifiant, plus il démocratise la controverse et la généralise. Ainsi, l'incident de vestiaire du stade de Tizi Ouzou. Parce que cela se passait au cours d'un match entre la JSK et l'USMA, l'incorrection verbale ou physique, qui caractérise les stades nationaux, a subitement pris la dimension d'un drame auprès d'une large partie de la population dont très peu savaient que quelque chose venait d'exploser encore dans la zone industrielle de Skikda. Preuve que le football est certes un opium délibérément libéralisé. Là où il est roi détourne en effet l'attention populaire des questions qui gênent. Alors servons-lui du football, du bon et du mauvais football, oui, mais du football, comme on dit chez Panzani.
Et si l'USMA et la JSK ne savent pas offrir du football même de mauvais goût, on leur proposera, en exclusivité, pour les veillées ramadhanesques, le match Allik-Hannachi. Ces deux dirigeants, dont on dit qu'ils réussissent aussi bien en affaires qu'en football, peuvent à eux deux faire le spectacle. Cet été, ils ont su faire patienter ceux qui n'avaient pas les moyens de prendre des vacances en surenchérissant autour de leur prometteur poulain.
C'est étrange comme les chamailleries de deux personnages, qui se seraient sûrement contentés du statut initial de notables de faubourg, se trouvent projetés au rang de personnalités nationales. Le fait que l'un ait attiré la mère de Matoub jusqu'à la tribune présidentielle ou que l'autre ait obligé l'USMA à émettre un communiqué de soutien à Betchine n'a rien à voir dans l'intérêt que suscite ce tête-à-tête autour des effets d'une rixe tout à fait révélatrice du niveau sportif du championnat national.
C'est plutôt le désœuvrement moral et une désespérance d'un quelconque progrès qui nous amène à faire feu de tout bois pour occuper nos esprits. Ce faisant, nous accompagnons la régression qu'on nous impose en matière de football comme ailleurs.
D'où le navrant spectacle de foules supputant sur la responsabilité des uns et des autres dans l'historique bagarre des vestiaires suspendus au verdict de la fédération.
Pendant ce temps-là, les voisins maghrébins se disputaient, très sportivement au demeurant, une place en coupe du monde.
À chacun ses soucis. Le tout n'est-il pas d'en avoir ?
M. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.