Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les implications politiques d'une décision
Le FFS fait l'impasse sur les élections législatives
Publié dans Liberté le 05 - 04 - 2021

C'est la première fois depuis plus de 20 ans que l'ensemble des partis de la mouvance démocratique prennent la décision de boycotter un scrutin national.
Après des semaines de suspense, de débats parfois chauds et de tiraillements, le Front des forces socialistes s'est résolu à rejoindre les rangs des partis qui feront l'impasse sur les élections législatives du 12 juin prochain. La décision du FFS de ne pas prendre part au scrutin législatif risque de gêner les plans du pouvoir qui tablait fortement sur une présence du parti cher à Hocine Aït Ahmed à ce rendez-vous électoral.
La première implication de la décision prise par les instances du parti est donc d'abord politique. Surtout venant d'une formation qui a son poids sur la scène nationale. Elle contraindra sans nul doute les promoteurs de la feuille de route actuelle à revoir leurs ambitions à la baisse, ne serait-ce que sur le plan de la participation.
Car dans sa quête de faire adhérer le doyen des partis de l'opposition à son agenda politique, le pouvoir espérait obtenir un taux de participation minimal en Kabylie, où le taux de votation lors des deux derniers scrutins était nul. Le scénario a, visiblement, échoué lamentablement devant l'intransigeance de la base militante du FFS qui a pesé de tout son poids pour infléchir une tendance à la participation qui a commencé à se dessiner au sein de l'appareil du parti.
Les membres du conseil national du FFS ont rejeté ce qui semblait être un compromis trouvé entre une partie de la direction du parti et le pouvoir politique. Ce choix, arraché après d'âpres débats, annihilera tout espoir de porter à la hausse, ne serait-ce que de quelques points, le taux de participation au scrutin législatif. "(...) Ce parti vient de démontrer que le destin du pays est plus important pour lui que des sièges dans le Parlement du régime !", a commenté le politologue Mohamed Hennad.
Plus direct, l'ancien premier secrétaire national du FFS, Ahmed Betatache, estime, quant à lui, que l'éventualité d'une forte abstention en Kabylie aura des conséquences "incalculables sur l'unité et la cohésion de la nation si le pouvoir s'obstine à imposer ce carnaval électoral".
En plus du fort taux d'abstention qu'elle provoquera notamment en Kabylie, l'absence du FFS lors des élections de juin prochain créera une situation politique inédite. C'est la première fois depuis plus de 20 ans que l'ensemble des partis de la mouvance démocratique prennent la décision de boycotter un scrutin national.
Le FFS rejoindra ainsi le RCD, l'UCP, le PT, le MDS et d'autres partis politiques de cette mouvance. Seul Jil Jadid participera au scrutin dans lequel les islamistes et les traditionnels alliés du régime vont s'affronter. Sur le plan interne au FFS, cette position a permis au parti d'éviter une nouvelle fracture. "C'est une décision qui prouve qu'il y a une cohérence entre la base militante et la direction", s'est félicité le nouveau chargé de communication du parti, Chaffaâ Bouaïche.
Le parti a ainsi évité le piège de la division, surtout que l'éventualité de voir le parti fondé par Hocine Aït Ahmed au prochain scrutin commençait à provoquer un vent de colère parmi les militants. "Nous avons choisi d'adopter la motion de boycott à l'unanimité pour éviter un vote qui risquerait de créer des divisions inutiles. Parce que, in fine, les deux tendances ont des prises de positions respectables. Les membres du conseil national ont adopté une décision unanime. Il n'y a ni vainqueur ni perdant", a-t-il indiqué.
Maintenant qu'il s'est détourné du scrutin législatif, le FFS va se consacrer à la préparation de sa proposition de sortie de crise qui sera rendue publique d'ici à une semaine.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.