Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Les membres officiellement désignés    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le procès d'Amira Bouraoui ajourné au 27 avril
À LA DEMANDE DE LA PARTIE CIVILE QUI S'EST CONSTITUEE LE JOUR MÊME DE L'AUDIENCE
Publié dans Liberté le 14 - 04 - 2021

Elle est accusée d'"outrage à un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions", d'"atteinte au président de la République", d'"atteinte aux préceptes de l'islam et au prophète" et de "diffusion d'informations susceptibles d'attenter à l'ordre public".
Le procès de la militante politique, Amira Bouraoui, n'a pas eu lieu, hier, au tribunal de Cheraga où il a été programmé. La juge du tribunal a décidé de renvoyer le procès au 27 avril prochain sur demande de la partie civile. Cette dernière ne s'était constituée dans l'affaire qu'hier, avec la désignation d'un agent judiciaire représentant du Trésor public. Prévu un première fois le 30 mars dernier, avant son report, le procès est donc ajourné pour la seconde fois.
Pour rappel, Amira Bouraoui est accusée d'"outrage à un fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions", d'"atteinte au président de la République", d'"atteinte aux préceptes de l'islam et au prophète" et de "diffusion d'informations susceptibles d'attenter à l'ordre public".
Toutes ces accusations concernent ses écrits sur les réseaux sociaux et sont punis, pour précision, par les articles 144 bis et 196 du code pénal. En juin de l'année dernière, Amira Bouraoui avait été condamnée à un an de prison ferme avant de bénéficier d'une remise en liberté après un mois de détention à la prison de Koléa dans la wilaya de Tipasa.
La même peine a été confirmée en appel. Dans cette affaire, la militante était poursuivie pour "incitation à attroupement non armé", "offense ou dénigrement du dogme ou des préceptes de l'islam", "offense au président de la République par une expression outrageante, injurieuse ou diffamatoire", "publication pouvant porter atteinte à l'unité nationale", "informations ou nouvelles, fausses ou calomnieuses susceptibles de porter atteinte à la sécurité ou à l'ordre public", "incitation à la violation délibérée et manifeste d'une obligation de prudence ou de sécurité édictée par la loi ou le règlement, exposant directement la vie d'autrui ou son intégrité physique à un danger".
En somme, elle fait face à dix chefs d'accusation, dont elle se défend d'en être coupable. Militante engagée depuis plusieurs années, Amira Bouraoui, médecin spécialiste, s'était distinguée par son opposition farouche à un 4e mandat pour Bouteflika.
Elle avait mis sur pied avec d'autres militants le mouvement "Barakat" en 2014, à travers lequel, elle s'était engagée à faire capoter le 4e mandat pour Bouteflika. Figure de proue de l'opposition à un nouveau mandat pour Bouteflika, Amira Bouraoui s'est également distinguée par ses positions courageuses contre, notamment, l'islamisme politique. À travers sa page Facebook, la militante s'en était prise, avec raillerie et sarcasme, à l'islamisme.
Ce qui lui a valu ce procès, car accusée d'atteinte aux préceptes et au prophète de l'islam. Pour les militants progressistes, le procès d'Amira Bouraoui, comme celui intenté contre l'islamologue Saïd Djabelkhir, n'est qu'une "preuve supplémentaire" de l'instrumentalisation "à la fois de la religion et de la justice" à des "fins politiques".
Certains est y voient "une caution" à l'islamisme, surtout que le débat sur "la place" de cette idéologie "au sein du mouvement populaire se pose depuis un moment". Interrogée à sa sortie du tribunal, Amira Bouraoui a estimé qu'elle est "libre" de lancer le débat qu'elle veut. "Je n'ai jamais obligé personne à lire mes écrits sur les réseaux sociaux", a-t-elle indiqué.

Mohamed MOULOUDJ


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.