Oran: la perturbation dans l'alimentation en eau potable bientôt réglée    Environnement: Boudjemaa se félicite du lancement de l'Initiative nationale de restauration du barrage vert    Les Iraniens aux urnes vendredi pour élire un successeur à Hassan Rohani    Euro 2020 : la Belgique renverse le Danemark    L'Algérie se dirige vers l'accession à l'OMC    Bac 2021: 5.084 détenus attendus dimanche prochain    Signature d'un mémorandum d'entente entre trois établissements touristiques publics pour une saison estivale 2021 réussie    Coronavirus: 382 nouveaux cas, 245 guérisons et 7 décès    Real Madrid: Benzema salue son "frère" Ramos    Euro 2020 : Une triste première dans l'histoire de la sélection allemande    Le Wali de Bechar limogé    Sahara occidental: "la position de Madrid n'a pas changé et ne changera pas"    «Le RND est une partie de l'Alliance présidentielle»    La surprenante révélation de Kaïs Saïed    Les Verts pour leur résurrection    Le Graët ne désespère pas pour une revanche Algérie-France !    L'ESS face à l'écueil Bordjien, derby indécis à Alger    Coudées franches pour Tebboune    Baadji: "le peuple algérien a barré la route à ceux qui voulaient faire échouer les élections"    Plus de 900 kg de produits avariés saisis et détruits    Vers le pass sanitaire    Journée mondiale de l'enfant africain: le ministère de la Culture trace un programme artistique riche    Première édition des Journées nationales du cinéma amateur    Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes    Le festival national culturel des musique et danse diwane délocalisé à Aïn Sefra    Le Britannique Karim Khan élu procureur général    Le MSP pose ses conditions    Une production de près de 165 000 quintaux de céréales prévue    Lancement de la campagne de vaccination    Le procès de l'affaire Sonatrach 1 renvoyé sine die    Une subvention de Mobilis    Ultime chance de reprise    La Palestine de nouveau sous les bombardements    HISTOIRE D'UN HOMME D'EXCEPTION    Vibrant hommage à Josette et à Maurice Audin    Monologue de l'Algérien irreprésentable    Acheter la rumeur et vendre la nouvelle !    L'Onplc s'unit à la Gendarmerie nationale    Alger «nettoyée» de Daesh    Plusieurs opérations menées par l'ANP    Plus de 13.000 bénéficiaires convoqués    Le Makhzen sombre dans l'agonie    Un soldat nigérien tué, deux soldats français blessés    Dégel furtif au bord du lac Léman    Ça traîne!    "Notre victoire, c'est celle de l'Algérie nouvelle"    Cabale médiatique contre l'Algérie    L'APN fait tomber les peaux mortes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les effets secondaires de la pandémie
Devant la dégradation continue du pouvoir d'achat, le front social bouillonne
Publié dans Liberté le 18 - 04 - 2021

Des enseignants aux médecins, en passant par les fonctionnaires des secteurs du commerce et des impôts, les postiers et les agents de la Protection civile, la colère du monde du travail gronde.
Après une accalmie qui aura duré dans le temps, en raison notamment de l'éruption du Hirak et de la pandémie de coronavirus, le front social est en appel. Le bouillonnement social gagne de plus en plus de secteurs d'activité et l'arrivée du mois de Ramadhan ne semble pas de nature à calmer les esprits. Les travailleurs de plusieurs secteurs n'hésitent plus à recourir à la grève pour tenter de se faire entendre des autorités.
Des enseignants aux médecins, en passant par les fonctionnaires des secteurs du commerce et des impôts, les postiers et les agents de la Protection civile, la colère du monde du travail gronde. Les protestataires revendiquent l'amélioration de leurs conditions de vie pendant que leur pouvoir d'achat s'érode. Après les fonctionnaires de plusieurs départements ministériels et les employés d'Algérie Poste, c'est au tour d'agents de la Protection civile d'annoncer, à travers les réseaux sociaux, une grève pour aujourd'hui. Comme pour les salariés des autres secteurs, ces agents de l'Etat réclament le paiement des primes impayées et le versement des heures supplémentaires.
Leurs revendications sont donc socio-professionnelles comme le sont celles des milliers d'employés de la poste qui débraient depuis plus d'une semaine maintenant. Malgré les menaces de l'administration de leur entreprise, les postiers continuent de refuser de travailler tant que des revendications qui datent de près de 8 ans ne sont pas satisfaites. C'est dans la Fonction publique que la colère se fait grandissante.
Plusieurs fonctionnaires, dépendant de différents départements ministériels, à l'image de ceux du secteur des finances, observent des grèves cycliques. Ils ont ainsi emboîté le pas à leurs homologues du ministère du Commerce ou des inspecteurs du travail. Au-delà des revendications salariales, tous ces fonctionnaires, engagés en première ligne pour lutter contre des fraudes de tous genres, réclament l'amélioration de leurs conditions de travail. Dans le sillage de ces mouvements sociaux, les corps communs de la Fonction publique montent au créneau pour rappeler aux autorités la situation précaire qu'ils vivent.
Certains d'entre eux perçoivent des salaires qui avoisinent le salaire national minimum garanti (SNMG) alors qu'ils sont à l'orée de la retraite. Ce sont les grands oubliés des augmentations salariales accordées en 2012 aux autres fonctionnaires. En face, les autorités se murent dans le silence. Face à des pans de la société qui protestent, chacun à sa manière, le gouvernement est à court de solutions. En plus de leur incapacité à augmenter les salaires des fonctionnaires à cause notamment du manque de ressources financières, les représentants l'Etat ne font même pas de la pédagogie. Seul le ministre de la Poste a tenté d'apporter des réponses en allant discuter avec des grévistes.
Pour les autres secteurs, ni le Premier ministre ni les ministres concernés ne s'expriment. Pendant ce temps, les prix de la majorité des produits de base augmentent de manière continue. Là encore, les autorités n'arrivent pas à stopper la spirale.
Ali Boukhlef


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.