L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au moins 31 militaires tués dans une attaque terroriste
Situation sécuritaire au Nigeria
Publié dans Liberté le 27 - 04 - 2021

Au moins 31 militaires ont été tués ce dimanche sur une route du nord-est du Nigeria où des terroristes liés au groupe autoproclamé "Etat islamique" (EI/Daech) ont tendu une embuscade à leur convoi, ont indiqué lundi deux responsables militaires.
Une vingtaine de véhicules de terroristes du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) ont attaqué dimanche vers midi (11h00 GMT) ce convoi militaire dans la localité de Mainok, située dans la périphérie de Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno, bastion de terroristes dans le Nord-Est qui dure depuis plus de dix ans.
"Dans l'embuscade des terroristes, nous avons perdu 31 soldats, dont leur commandant qui était un lieutenant-colonel", a déclaré un officier militaire. Le convoi acheminait des armes vers Maiduguri lorsqu'il a été attaqué, a déclaré une deuxième source militaire qui a donné un bilan similaire.
"Les terroristes sont arrivés dans plusieurs camions, dont quatre véhicules blindés et ont engagé le convoi dans une bataille féroce", a déclaré le second officier. Les terroristes ont fait "pleuvoir" des roquettes sur le convoi et ont submergé les soldats, entraînant des "pertes colossales" de soldats, a-t-il affirmé : "Nous avons perdu beaucoup d'hommes de manière horrible".
Les terroristes ont saisi des armes et deux blindés lors de l'attaque avant d'envahir une base militaire située à l'extérieur de Mainok, ont précisé les deux sources. Ils l'ont partiellement brûlée ainsi que plusieurs véhicules militaires. Par le passé, Mainok a été plusieurs fois prise pour cible par les terroristes, qui avaient notamment déjà envahi sa base militaire.
L'Iswap installe fréquemment de faux postes de contrôle le long de la route qui relie Maiduguri et Damaturu, dans l'Etat voisin de Yobe, sur laquelle se trouve Mainok, tuant et enlevant des voyageurs. Depuis le début de la rébellion du groupe terroriste Boko Haram en 2009 dans le nord-est du Nigeria, le conflit a fait près de 36 000 morts et deux millions de déplacés.
En 2016, le groupe s'est scindé, avec d'un côté la faction historique et de l'autre l'Iswap, reconnu par l'organisation terroriste autoproclamé "Etat islamique" (EI/Daech).

APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.