Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    De l'électricité algérienne pour la Libye    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Tahar Khaoua et Arezki Berraki sous mandat de dépôt    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des choix budgétaires très compliqués
Avant-projet de loi de finances complémentaire 2021
Publié dans Liberté le 08 - 05 - 2021

Même si la hausse des prix du pétrole offre une bouffée d'oxygène au gouvernement, l'étendue de la crise complique singulièrement les arbitrages budgétaires.
Le gouvernement a examiné, mercredi, un avant-projet d'ordonnance portant loi de finances complémentaire pour 2021. Le communiqué des services du Premier ministre ne donne aucun détail sur les grandes lignes de cet avant-projet d'ordonnance, qui sera présenté "lors d'un prochain Conseil des ministres".
À l'évidence, même si la hausse des prix du pétrole intervenue depuis le début de l'année offre une bouffée d'oxygène au gouvernement, l'étendue de la crise économique et financière, aggravée par la pandémie de Covid-19, complique singulièrement les arbitrages budgétaires.
Comme l'avait déjà souligné le Cercle d'action et de réflexion pour l'entreprise (care), "la difficulté, pour les autorités économiques, est qu'elles doivent affronter cette crise extrêmement sévère à un moment où les marges de manœuvre budgétaires à leur disposition se sont très fortement amenuisées".
Jusqu'en 2017, les ressources du Fonds de régulation des recettes (FRR) permettaient de combler les déficits du budget. Mais la situation se complique depuis cette date, en ce sens que le gouvernement est tenu de trouver d'autres ressources alternatives, à défaut de pouvoir réduire la dépense publique ou d'engager des réformes sérieuses de sa gestion budgétaire.
Les solutions offertes, comme ce fut le cas quelques années plus tôt avec l'emprunt national ou le financement non conventionnel, deviennent de plus en plus compliquées à mettre en œuvre.
Le gouvernement, lui-même, a exclu le recours à l'endettement extérieur et au financement monétaire par la Banque centrale. Dans une analyse récente, l'économiste Mouloud Hedir indique que "faute de pouvoir réduire substantiellement la dépense publique ou de renforcer les prélèvements au titre de la fiscalité ordinaire, le seul indicateur susceptible d'influer réellement sur le déficit du budget est le niveau des exportations d'hydrocarbures et, en conséquence, celui de la fiscalité pétrolière".
D'une certaine façon, estime Mouloud Hedir, "on pourrait même analyser la politique économique et budgétaire suivie au cours des quatre dernières années comme l'attente désespérée d'un retour providentiel de la conjoncture pétrolière mondiale".
Selon nos sources, l'avant-projet d'ordonnance portant loi de finances 2021 prévoit une hausse des dépenses budgétaires qui se situeraient à environ 8 640 milliards de dinars.
Le budget de fonctionnement devrait augmenter de 350 milliards de dinars, pour atteindre 5 660 milliards de dinars. Le texte propose, également, de revoir à la hausse d'environ 170 milliards de dinars, les dépenses d'équipements pour les porter à plus de 2 900 milliards de dinars.
Sur le plan fiscal, l'avant-projet d'ordonnance portant loi de finances 2021 devrait contenir des mesures pour encourager la finance islamique. En mars dernier, le ministre des Finances, Aïmane Benabderrahmane, avait fait état de nouvelles mesures en cours d'études, visant à élargir les avantages fiscaux au profit des produits de la finance islamique.
Le ministre avait indiqué qu'"il a été proposé l'introduction dans la prochaine loi de finances de mesures visant à préserver l'équité fiscale, étant donné que les produits bancaires régis par les préceptes de la charia sont similaires aux transactions conventionnelles".

Meziane RABHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.