Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    De l'électricité algérienne pour la Libye    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Tahar Khaoua et Arezki Berraki sous mandat de dépôt    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui part, qui reste ?
LES ALGERIENS, NOTAMMENT CEUX ETABLIS À L'ETRANGER, S'INTERROGENT
Publié dans Liberté le 18 - 05 - 2021

S'ils ont accueilli avec soulagement la décision de la réouverture des frontières, les Algériens sont dans l'attente de clarifications sur les modalités pratiques de voyager.
La décision du Conseil des ministres, dimanche dernier, de rouvrir partiellement les frontières du pays, à compter de juin prochain, a électrisé les réseaux sociaux. Sur les groupes Facebook, constitués depuis le début de la pandémie pour alerter sur le sort des Algériens bloqués à l'étranger, les réactions se sont enchaînées, gorgées d'émotions et parfois contradictoires. Il y a de l'euphorie, de l'humour, de la déception et des inquiétudes.
Après 15 mois d'attente, certains ont accueilli la nouvelle avec légèreté, en postant des photos hilarantes, où l'on voit pêle-mêle un futur voyageur qui dort en enlaçant sa valise, un autre déambulant dans un aéroport avec un chariot encombré d'une montagne de bagages et une foule de passagers qui montent dans l'avion en s'équipant de chaises en plastique, au cas où il n'y aurait plus de place à bord. "Je suis vraiment soulagé. Enfin, les frontières rouvrent", commente Anas, un des membres les plus actifs du groupe des Algériens bloqués en France. Selon lui, cette décision est le fruit d'une forte mobilisation de la diaspora.
"C'est ce que nous avons demandé depuis longtemps. Rentrer chez nous en justifiant d'un test PCR négatif. Aujourd'hui, c'est fait. Savourons notre victoire", fait-il savoir dans un échange sur Messenger. Dans le groupe des Algériens bloqués en France, le jeune homme multiplie les posts. Mais sa joie n'est pas contagieuse à tous les coups.
Une dame lui a répondu en dénonçant une décision tardive. "J'ai déjà perdu mon père il y a quelques années et je n'ai pas pu rendre visite à ma mère alors qu'elle était mourante. À quoi bon aller en Algérie maintenant, surtout que je n'ai plus de famille", a déploré l'expatriée. Pour d'autres, la réouverture partielle des frontières, avec cinq vols quotidiens, n'augure rien de bon.
"Cinq vols à partir d'où et vers où, Alger ou les autres villes également ? Les dessertes seront assurées par qui ? Air Algérie seulement ou par d'autres compagnies aussi ?" se demande Samir, qui a multiplié les réservations tous ces derniers mois. Anticipant la reprise des vols, il avait acheté début mai un nouveau billet d'avion aller-retour Paris-Alger, auprès de Transavia. Mais il ne sait pas si la compagnie française sera autorisée à effectuer des vols vers l'Algérie, compte tenu du nombre restreint des liaisons.
"La limitation des vols va favoriser les pratiques de passe-droit et de népotisme, alors qu'il y a des gens qui ont vraiment besoin de retourner en Algérie", dit Samir, qui n'a pas pu rendre visite au reste de sa famille depuis le décès de son père l'été dernier. Sur les réseaux sociaux, beaucoup s'inquiètent, par ailleurs, de l'envolée du prix des billets proposés par Air Algérie.
Un aller-retour Paris-Alger entre le 16 juillet et le 16 août 2021 était proposé à plus de 1 500 euros hier. "C'est du vol", s'indigne Hassina, étudiante à Paris, en précisant que ce prix équivaut au montant du Smig en France. "Air Algérie veut renflouer ses caisses vides en détroussant les émigrés. C'est honteux. A-t-on pensé aux étudiants, aux vieux retraités et aux familles nombreuses qui doivent encore sacrifier un nouvel été sans revoir leurs proches ?" s'indigne la jeune fille.
Air Algérie, qui dispose pourtant de bureaux en France, reste injoignable. Son centre d'appels parisien ne répond pas au téléphone, alors que beaucoup de clients souhaitent changer les dates de réservation des billets qu'ils ont achetés avant la fermeture des frontières.
Sur son site de réservation en ligne, la compagnie nationale propose aussi cinq vols par jour à partir d'un seul aéroport parisien, celui de Roissy-Charles-de-Gaulle, alors que le nombre des dessertes autorisées par le gouvernement est le même, mais pour l'ensemble des aéroports. "Tout cela reste très ambigu. On ne sait pas comment les vols seront organisés", martèle Samir, dubitatif.

Samia LOKMANE-KHELIL


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.