«L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières»    Les députés valorisent l'engagement du Gouvernement de présenter la Déclaration de politique générale    Foot/ CHAN 2022: Algérie-Libye en ouverture le 13 janvier au stade de Baraki    Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    ONPO: 335 agences de tourisme autorisées à organiser la omra de l'année 1444 de l'hégire    La conjoncture difficile n'a pas eu raison de la détermination de l'Etat à préserver son caractère social    Escalade sioniste en Palestine: le silence de la communauté internationale déploré    «Toutes les conditions sont réunies pour son succès»    Ghardaïa: Deux morts et 17 blessés dans un accident de la route près de Mansoura    L'Algérie avance sur la voie de la véritable pratique démocratique    Benabderrahmane :«Près de 4 milliards USD à fin août 2022»    Ministère de l'Industrie: institution d'un comité de pilotage stratégique des filières textiles et cuir    Man City : Le taux de réussite délirant de Haaland    Real : Ancelotti n'accuse pas Benzema    Man City - Guardiola : "Certains joueurs n'étaient pas bons"    Benabderrahmane entame son grand oral    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    Ligue 1: l'ESS et le CSC se neutralisent, la JSK signe sa première victoire    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Tiaret: L'appel des travailleurs de l'ONDECC    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    La pomme de terre victime de la pluie    Front social: La CSA veut être associée au dossier de revalorisation des salaires    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Benabderrahmane au charbon    Anouar Malek arrêté en Turquie    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Verdict le 5 octobre    Un week-end pour la propreté    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Tirage clément pour l'Algérie    Nne E.N. New-look?    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Algériens de France s'impatientent
Réouverture des frontières
Publié dans Liberté le 06 - 09 - 2020

La reprise du trafic entre l'Algérie et la France dépend aussi du feu vert de la France et de l'Union européenne qui ont placé notre pays sur la liste des Etats dont les ressortissants ne peuvent pas se rendre en Europe pour des raisons sanitaires liées au coronavirus.
Des compatriotes résidant en France supportent de plus en plus mal la poursuite de la suspension du trafic avec l'Algérie. Beaucoup ont réagi avec une grande colère à la décision de l'Etat algérien de garder les frontières fermées pour une durée indéterminée. "J'ai perdu mon frère cet été. Non seulement, je n'ai pas pu assister à ses funérailles, mais encore je ne peux même pas aller consoler mes vieux parents", a expliqué Raouf sur Facebook. "Le Groupe des Algériens bloqués en France", qui avait été créé en avril dernier pour pousser les autorités algériennes à l'organisation d'opérations de rapatriement, a attiré de nombreux expatriés. Leur souhait : parvenir à la réouverture des frontières dans les plus brefs délais pour se rendre en Algérie. Le groupe compte actuellement près de 17 000 membres.
Ces derniers jours, des hashtags en faveur de la reprise des dessertes aériennes et maritimes sont relayées par des membres. Des appels à des rassemblements devant l'ambassade et les consulats algériens en France ont également été postés. "Le président Tebboune doit savoir qu'il y a parmi nous des gens frappés par des deuils familiaux. D'autres ont des parents malades ou âgés. Certains sont l'unique source de revenus pour leurs proches laissés en Algérie. Nous ne pouvons pas rester séparés des nôtres aussi longtemps", plaide Farid, un des initiateurs de la manifestation.
Joint par téléphone, il s'insurge contre ce qu'il considère comme un traitement discriminatoire réservé aux binationaux. "Pourquoi sommes-nous considérés comme des citoyens de seconde zone ? Nous possédons des passeports algériens et cela devrait suffire pour nous donner le droit d'entrer sur le territoire national", s'indigne notre interlocuteur.
Outre le rassemblement annoncé, une pétition en faveur de l'ouverture des frontières vient d'être lancée. Selon Farid, l'argument sanitaire avancé par le comité scientifique ne tient plus la route. "Penser que l'épidémie pourrait s'aggraver à cause de cas importés est complètement ridicule", fait-il savoir, préconisant pour plus de sécurité que les voyageurs passent des tests de dépistage avant de prendre l'avion ou le bateau.
Parmi nos émigrés, beaucoup n'ont pas attendu l'ouverture des frontières pour acheter des billets. La compagnie Air Algérie, qui a rouvert les réservations depuis juin dernier, poursuit la vente des titres de voyage. Les vols sont ensuite annulés au fur et à mesure, au grand dam des clients.
Sur le "Groupe des Algériens bloqués en France", certains participants exhortent d'autres membres à ne pas effectuer de réservations, tant que les frontières restent fermées. Contacté par nos soins, il dit avoir réagi en se basant sur son expérience personnelle. "J'ai réservé à trois reprises, depuis le début de l'été, pour des vols qui ont été supprimés. J'ai pourtant pris la peine, la dernière fois, de joindre Air Algérie pour voir si je pouvais prendre un billet ou pas", relate-t-il.
Au bout du fil, un agent le rassure en lui disant que le maintien des réservations augure une reprise imminente du trafic aérien. "Ce qui ne semble pas être le cas", constate Salah, évoquant les déclarations du gouvernement à ce sujet. Plus prudente, la compagnie française Transavia a reporté, quant à elle, l'ouverture des réservations jusqu'au 12 septembre.
Il faut savoir, enfin, que la reprise du trafic entre l'Algérie et la France dépend aussi du feu vert de la France et de l'Union européenne qui ont placé notre pays sur la liste des Etats dont les ressortissants ne peuvent pas se rendre en Europe pour des raisons sanitaires liées au coronavirus.


De Paris : Samia Lokmane-Khelil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.