Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nacer Djabi dénonce une censure
Ahmed Taleb Ibrahimi et Lamine Khene coupés au montage de "L'UGEMA"
Publié dans Liberté le 23 - 05 - 2021

Le sociologue regrette que les témoignages d'Ahmed Taleb Ibrahimi et de Lamine Khene (membres fondateurs de l'Union générale des étudiants musulmans algériens), aient été retirés du documentaire, diffusé vendredi sur l'EPTV. Aussi ne trouve-t-il aucune raison à cette "omission" si ce n'est, probablement, que ces deux personnalités se sont exprimées en arabe uniquement.
Vendredi soir, Canal Algérie a diffusé en "exclusivité", dans son émission Ciné thématique, le documentaire L'Ugema (l'Union générale des étudiants musulmans algériens) de Mohamed Latrèche, coécrit avec le sociologue Nacer Djabi et produit par Boualem Ziani. Tournée en 2014-2015, cette production revient sur la naissance et le combat des étudiants dans la lutte pour la libération nationale, et ce, à travers des témoignages et anecdotes d'un grand nombre de militants.
Suite à cette avant-première, Nacer Djabi dit avoir été "surpris" de constater que les témoignages de deux protagonistes importants, à savoir Ahmed Taleb Ibrahimi et Lamine Khene ont été retirés du documentaire. Dans une précision adressée à notre rédaction, le sociologue regrette "avoir constaté, après le visionnage du film, que ces deux personnalités ont été occultées, alors qu'elles ont contribué à la création de cette union".
À ce propos, l'auteur indique avoir réalisé pour les besoins de ce documentaire, un entretien de deux heures avec Ahmed Taleb Ibrahimi dans son domicile algérois, "mais aucune séquence n'a été retenue !"
C'est le cas également de "Lamine Khene, personnage clé dans ce travail documentaire," qui ne figure pas, alors qu'il "avait présidé la réunion durant laquelle a été annoncée la tenue de la grève du 19 mai 1956". Au sujet de ces séquences "omises", Djabi ne veut pas parler de censure, mais la seule explication trouvée par le coscénariste est que les deux concernés ont été "coupés" au montage, car "ils avaient choisi de s'exprimer exclusivement en langue arabe" contrairement aux autres interviewés.
"Avec le producteur et le réalisateur, nous avions convenu de laisser les protagonistes s'exprimer librement dans la langue de leur choix, et d'appuyer leurs propos par des sous-titrages dans les deux langues", a-t-il précisé. Tout en martelant : "Certes le réalisateur a tous les droits sur son film. Mais, il est inadmissible artistiquement et politiquement, d'occulter deux personnalités de premier plan dans la création de l'Ugema, pour s'être exprimées en arabe !"
Sur cette démarche, il a tenu à rappeler que cette production est un travail sur l'histoire algérienne qui vise une jeunesse, dont la majorité ne maîtrise pas la langue de Molière. À travers cette précision qui tend à "soulager sa conscience", Djabi tenait, entre autres, à s'excuser auprès des autres personnalités ayant été zappées sans aucune justification de ce documentaire. Et d'insister sur le fait qu'il "n'est pas responsable de cette situation". "En attendant, les explications du réalisateur et du producteur."

H. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.