JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Sale temps pour les activistes politiques    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Aokas, ville morte    16 décès et 242 nouveaux cas    Garrido : "Le CRB est un club qui m'intéresse"    Nekkache et Raiah rejoignent le CS Sfax    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    LDC : Les résultats des matchs de mercredi    Le Bayern surclasse encore le Barça, un an après le 8-2    Formation de haut niveau    Installation du président de la cour de Saïda...    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Le président Saïed dénonce «une mafia qui gouverne la Tunisie»    Des dizaines de colons prennent d'assaut la mosquée sainte Al-Aqsa    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"LE SERMENT"
65e partie
Publié dans Liberté le 06 - 06 - 2021

Résumé : Mounir était allé chercher Norredine que toute la famille n'attendait plus. Elles étaient partagées entre la joie et la peine. Dès qu'il rentra, ses sœurs se mirent à l'interroger sur les raisons de son silence. Il confia avoir été malade pendant tout ce temps. Il voulut savoir où étaient son père et son frère. Meriem lui raconta tous les malheurs qui avaient suivi son départ.
-Oh mon Dieu. J'ai failli vous perdre, je serais devenu fou si c'était le cas. Et Djamel ? Rassurez-moi. Ils ne lui ont rien fait, j'espère.
-Ah, Djamel, soupira Meriem. C'est une longue histoire. Je te raconterais après.
Norredine se leva.
-Où est mon père ? Je voudrais le voir.
-Il est dans la chambre, dit Meriem. Allons-y.
Elle le précéda à sa chambre et ouvrit. Fayçal, assis dans son fauteuil, était perdu dans ses pensées. Il ne réagit pas à leur entrée.
-Papa !
Norredine s'approcha de lui, espérant un sourire, un mot, mais Fayçal se tourna alors qu'il se penchait pour l'embrasser sur le front.
-Papa, c'est moi, ton fils. Je suis de retour.
Il tenta de lui prendre les mains, mais il ferma les poings, refusant tout contact avec lui.
-Papa...
Meriem posa la main sur son épaule pour attirer son attention. Norredine leva des yeux larmoyants vers elle et ses sœurs qui pleuraient aussi.
-Je voulais te prévenir... Il est comme ça, depuis des mois. Cela a été difficile à accepter, lui confia-t-elle. Il est sous traitement, il est comme coupé de la réalité, mais la psy a dit qu'un jour, il reviendra à lui. Ce qu'il a vécu, l'a traumatisé. Il ne s'en est pas remis.
-Il est comme ça depuis... depuis l'attentat ?
-Son réveil a été très dur, confia Meriem. Le fait de ne plus être comme avant ; physiquement et financièrement, l'a éprouvé. Malgré les traitements et la prise en charge psychologique, son état n'a pas cessé de se dégrader. Comme tu le vois, il n'est plus qu'une ombre.
Norredine tomba à genoux et pleura, serrant très fort les mains de son père.
-Papa, pardonne-moi ! Je n'ai pas été là pour vous. Vous aviez besoin de moi et j'étais...J'étais malade, j'allais d'un hôpital à un autre. J'ignorais... Sinon je serais rentré.
-Il ne voulait pas. Au contraire, il remerciait Dieu que tu sois parti. Il espérait même que tu puisses emmener ton frère pour l'éloigner du danger. Tu ne répondais pas à ses courriers et il s'inquiétait pour toi. Personne ne comprenait pourquoi tu ne donnais pas de nouvelles. Nous étions loin d'imaginer que tu étais tombé malade. Dieu soit loué ! Tu vas bien, c'est ce qui compte pour nous.
-Où est Djamel ?
-Allons au salon, nous y serons plus à l'aise, proposa Baya. Nous avons beaucoup de choses à te raconter.
Elle le regarda embrasser leur père, puis lui caresser la tête avant de les suivre. Mounir était parti.
-Est-ce que tu as mangé ? Peut-être que tu as faim ? Ou soif ?
Norredine refusa.
-Vous aviez des choses à me raconter, leur rappela-t-il. Où est Djamel ? Que fait-il ? Il étudie, n'est-ce pas ? Est-ce qu'il est toujours tête en l'air ?
-Non, hélas, il a changé. Si seulement, nous pouvions revenir en arrière...
Meriem se mit à lui raconter tout ce qui était arrivé à Djamel. Tout en versant des larmes, elle n'omit aucun détail. Norredine se prit la tête, entre les mains quand elle parla du terroriste qu'il était devenu malgré lui. Le fait qu'il ait aussi frôlé la mort, le bouleversa.
-Et maintenant ? Qu'est-ce que nous pouvons faire pour lui ?
Meriem haussa les épaules. Quoi qu'ils puissent faire, rien ne changera le fait qu'il soit un terroriste, un criminel. Il faudra un miracle.
-Il a fait des erreurs de jeunesse, nous ne pouvons pas l'abandonner à son sort.

À SUIVRE
[email protected]
VOS REACTIONS ET VOS TEMOIGNAGES SONT LES BIENVENUS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.