Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La CAPC plaide pour l'emprunt à l'étranger
Financement des entreprises privées
Publié dans Liberté le 09 - 06 - 2021

■ Le président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC, ex-FCE), Mohamed Sami Agli, a estimé, hier, qu'il est temps que le gouvernement autorise les entreprises privées à faire des emprunts à l'étranger.
Hôte de l'émission "l'invité de la rédaction" de la radio chaîne III, Mohamed Sami Agli a indiqué qu'il fallait donner toutes les chances à l'économie nationale pour se relancer. Pour le président de la CAPC, il n'est plus permis de s'appuyer uniquement sur l'argent du Trésor et les crédits bancaires.
Sami Agli a estimé nécessaire de permettre à l'acteur économique de chercher le meilleur financement, en Algérie ou ailleurs. Le président de la CAPC a précisé qu'il ne s'agit pas de recourir au FMI, mais plutôt à des crédits faits par les investisseurs privés afin de concrétiser leurs projets.
Le challenge aujourd'hui est de trouver d'autres moyens de financement. Sami Agli a indiqué que le financement à l'étranger existe. Parfois il est même à des taux négatifs. Il faut donc essayer de tirer profit de tout cela à l'instar de tous les pays qui sont en train de le faire.
Plus explicite, l'invité de la radio a souligné que ce financement peut se faire à travers des fonds d'investissement, l'investissement direct ou indirect ou par l'association.
Le challenge des entreprises algériennes est l'internationalisation. Mais cela implique que les entreprises soient présentes à l'étranger. Qu'elles puissent racheter, qu'elles puissent réussir à tirer profit de la croissance des marchés à l'instar du marché africain que tout le monde convoite.
Les entreprises algériennes doivent pouvoir avoir des bureaux de liaison dans les pays cibles et de recruter de la ressource humaine sur place pour soutenir les ventes. Tout cela est à financer, mais comment le faire, s'est interrogé Sami Agli qui a précisé qu'aujourd'hui, la réglementation bloque cela. Il a appelé en ce sens à la levée de tous types d'autorisations et à travailler selon les standards internationaux.
L'économie se doit de fonctionner. Il faut qu'elle tourne pour générer de la croissance qui, elle, garantit les ressources en devises. C'est en ce sens qu'il faille éclaircir et assainir tout l'arsenal juridique régissant le financement de l'activité économique.
Concernant l'environnement économique, Sami Agli a déploré que personne n'ait fait l'exercice d'évaluer le coût et l'impact du temps de l'administration sur l'économie et sur les retards engendrés. Cette situation est parfois la conséquence de l'incompréhension des textes, de leur contradiction et aussi de l'attente de promulgation de textes.
A ce titre, le président de la CAPC plaide pour une mise à plat de tout l'arsenal règlementaire pour, dit-t-il, préserver ce qui est acquis et changer ce qui est à changer et aller vite dans d'éclaircissement du processus d'accompagnement des chefs d'entreprise dans la création de richesse.
Aujourd'hui, conclut-il, ce n'est pas un choix, c'est une obligation, ajoutant qu'il n'était plus possible de rester, encore, dans le même modèle économique basé sur un financement soit bancaire soit du Trésor.

Saïd SMATI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.